Contusions du rachis cervical : le scanner haute définition suffit le plus souvent !

L’incidence des contusions du rachis cervical est stable depuis 30 ans. Le scanner donnait des résultats corrects en ce qui concerne leur exploration, mais l’apparition de l’imagerie de résonance magnétique (IRM) a apporté un progrès en permettant de détecter sur les clichés en flexion extension d’éventuelles lésions ligamentaires. Cependant, la nouvelle génération de scanners ont une résolution telle que la nécessité de l’IRM peut être remise en question.

Des auteurs new-yorkais ont repris les dossiers de toutes les contusions cervicales vues dans leur centre entre 2008 et 201, les traumatismes pouvant affecter les ligaments, les disques intervertébraux, le squelette ou la moelle épinière. Sur les 8 785 cas observés pendant la période, 241 ont bénéficié d’un scanner et d’une IRM lors de la même hospitalisation.

L’évaluation de la douleur cervicale, médiane ou latérale, passive ou active, était complétée d’un examen neurologique attentif puis d’un scanner. En cas de déficit neurologique ou d’anomalie sur le scanner, une IRM statique immédiate était demandée, éventuellement programmée dans les 48 heures.

Le scanner comportait des sections axiales tous les mm allant de la base du crâne jusqu’à T1, avec injection de produit de contraste, les coupes étant sagittales et transversales.

Pas besoin d’IRM quand le scanner est normal et qu’il n’y a pas d’atteinte neuropsychique

Sur les 241 cas, 140 ont été considérés comme normaux sur le scanner et l’IRM, 65 comme anormaux sur les 2 examens, le scanner a étant le seul à montre des anomalies dans 23 cas, et l’IRM dans 13 cas. Il y a donc eu (140 + 13) 153 scanners considérés comme normaux et 88 pathologiques. Ces 88 ont été confirmés 65 fois par l’IRM, dont 17 avec une  atteinte médullaire.

Parmi les 65 patients présentant des anomalies sur les 2 types d’examens, 6 montraient des signes d’atteinte ligamentaire, 3 médullaire et 2 discale. Pour les 54 autres il n’y avait pas de traduction clinique.

Cinq patients ont eu des arthrodèses cervicales en urgence.

Les 23 patients dont les scans étaient « suspects » mais l’IRM normale ont tous été guéris grâce au port d’une minerve.

Quant aux 13 patients chez lesquels l’IRM était anormale, contredisant un scanner normal, tous étaient éveillés et vigilants. La persistance d’une douleur nucale ou un déficit neurologique ou mental avaient motivé l’IRM, laquelle a mis en évidence une rupture ligamentaire ayant justifié une intervention chez l’un, une hernie discale compressive chez un autre. Les 11 autres ont été traités par collier cervical ou pas du tout.

En conclusion, si le scanner haute définition est normal, et qu’il n’y a pas d’atteinte neuropsychique, on peut se passer de résonance magnétique !

Dr Jean-Fred Warlin

Références
Novick D et coll. : The cervical spine can be cleared without MRI after blunt trauma: a retrospective review of a single level 1 trauma center experience over 8 years.

Am J Surgery, 2018; 216: 427-430.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article