L’oxymétrie paradoxale du pouls améliore le diagnostic de tamponnade cardiaque

Le pouls paradoxal, est lié à une variation respiratoire excessive (≥10 mm Hg) de la pression artérielle systolique. On considère qu’il est pathognomonique d’une tamponnade cardiaque.

Il peut cependant être difficile à mesurer.

L’onde d’oxymétrie du pouls mesurée par pléthysmographie est liée au volume capillaire qui dépend lui-même du volume d’éjection systolique et de la pression artérielle. Lors d’une tamponnade cardiaque d’origine péricardique, l’amplitude de l’onde de pouls mesurée par pléthysmographie varie avec le cycle respiratoire permettant une représentationgraphique du pouls paradoxal.

Doukky et coll. ont cherché à développer et valider une mesure des variations respiratoires cycliques de l’amplitude de l’onde pouls qui permettrait d’aider, avec l’échocardiographie, au diagnostic de tamponnade cardiaque.

L’étude a porté sur 74 patients (hommes : 51 % ; âge moyen : 54 ± 15 ans) dont 19 avaient une tamponnade cardiaque.

Un test simple, plus performant que la mesure du pouls paradoxal par sphygmomanomètre

Un capteur d’oxymétrie du pouls a été placé sur l’index de chaque patient et les ondes plethysmographiques ont été enregistrées avec un plethysmographe commercialisé (Fig. 1). Les amplitudes verticales des ondes plethysmographiques ont été mesurées du (nadir au pic) puis on a calculé le rapport entre l’amplitude maximale et l’amplitude minimale lors d’un cycle respiratoire. Les rapports de cycles respiratoires consécutifs ont ensuite été moyennés et désignés sous le terme ‘’d’oxymétrie paradoxale (Ox-P)’’.

Le rapport Ox-P moyen a été de 1,28.

Les rapports Ox-P des patients qui avaient une tamponnade cardiaque étaient significativement plus élevés que ceux des patients indemnes de toute tamponnade (1,97 ± 0,64 vs 1,26 ± 0,24 ; p < 0,001). De plus, le rapport Ox-P a diminué significativement après le drainage péricardique de la tamponnade cardiaque (Fig. 1).

La performance diagnostique de l’oxymétrie paradoxale du pouls s’est montrée significativement supérieure à celle du pouls paradoxal mesuré par sphygmomanomètre.

En conclusion, cette étude a permis de définir et valider l’Ox-P comme étant un test simple pour diagnostiquer une tamponnade cardiaque à partir des variations respiratoires phasiques de l’onde de pouls mesurée par pléthysmographie.

Figure 1 : Ondes de pouls oxymétrique enregistrées à l’aide (en haut à gauche) du pléthysmographe Passport 2—Datascope pulse oximetrydevice (Mindray, Shenzhen, China).
En haut à droite, calcul du rapport de l’Ox-P : l’amplitude verticale de l’onde de pouls oxymétrique est mesurée du nadir au pic. Le rapport entre l’amplitude maximum (A) et l’amplitude minimum (B) a été mesurée à 3 secondes d’intervalle.
Patient 1. Diabète, insuffisance cardiaque à fonction ventriculaire préservée, insuffisance rénale, dyspnée. Pouls paradoxal : 6 mm Hg ; le rapport d’oxymétrieparadoxale (A/B = 9 mm / 8 mm) est normal et égal à 1,1. A l’échographie, important épanchement péricardique sans signe de tamponnade.
Patient 2. Adénocarcinome pulmonaire évolué, dyspnée et douleur thoracique. Avant traitement, pouls paradoxal : 18 mm Hg ; le rapport d’oxymétrie paradoxale (A/B = 15 mm / 8 mm) est élevé et égal à 1,9 ; à l’échographie, présence de signes de tamponnade. Après évacuation de l’épanchement, le pouls paradoxal  chute à  8 mm Hg de même que le rapport d’oxymétrie paradoxale (A/B = 16 mm / 12 mm) qui passe à 1,3.
Patient 3. Péricardite récente. Réapparition d’une dyspnée. Pouls paradoxal : 45 mm Hg ; le rapport d’oxymétrie paradoxale (A/B = 8,5 mm / 3 mm) est élevé et égal 2,83 ; à l’échographie, présence de signes de tamponnade.


Dr Robert Haïat

Référence
Doukky R et coll. : Usefulness of Oximetry Paradoxus to Diagnose Cardiac Tamponade. Am J Cardiol 2019;123:498−506.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article