Quinze jours d’antibiothérapie parentérale pour les ostéomyélites à P. aeruginosa

L’étude rétrospective de N. Laghmouche et coll. a porté sur un nombre important de patients atteints d’une ostéomyélite à Pseudomonas aeruginosa. Une telle cohorte, qui est le fruit d’une expérience de 15 années, a ainsi offert la possibilité d’une analyse exhaustive de cette pathologie.

Les observations médicales des patients admis dans un grand hôpital universitaire français avec le diagnostic d’ostéomyélite à P. aeruginosa ont été passées en revue et analysées in extenso. L’évolution a été prise en compte au terme d’un suivi d’au moins 6 mois.

Au total, ont été inclus 67 patients, dont 57 % étaient atteints d’une ostéomyélite chronique. Une infection polymicrobienne a été constatée dans une majorité de cas (63 %). Un matériel d’ostéosynthèse infecté a été impliqué chez 39 % des patients. Le taux de succès thérapeutique a été globalement estimé à 79,1 %.

Tous les participants, à l’exception d’un seul, ont bénéficié d’un traitement associant chirurgie et antibiothérapie. La durée moyenne du traitement antibiotique a été estimée à 45 jours (extrêmes : 21-90 jours). Une monothérapie a été préférée dans presque tous les cas. Un échec thérapeutique a été rapporté chez 14 patients (21 %) et, dans 4 de ces cas, celui-ci était lié à la persistance de l’infection à P. aeruginosa. En revanche, aucun facteur de risque d’échec thérapeutique n’a pu être identifié, tout particulièrement quand les stratégies thérapeutiques ont été comparées entre elles.

Au terme de cette étude, les auteurs préconisent un débridement chirurgical optimal combiné à une antibiothérapie par voie parentérale d’une durée maximale de 15 jours, suivie de l’administration d’une fluoroquinolone par voie orale. La durée totale du traitement ne doit pas dépasser six semaines et l’association de deux antibiotiques ne semble pas nécessaire.

Dr Philippe Tellier

Référence
Laghmouche N et coll. : Successful treatment of Pseudomonas aeruginosa osteomyelitis with antibiotic monotherapy of limited duration. J Infect., 2017; 75: 198-206. Copyright

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article