Cancer : le prix de la survie

Interview du Pr Thierry Philip, professeur de cancérologie, président de l'Institut Curie

Les anticancéreux de dernière génération sont en train de révolutionner le traitement de certains cancers.

Mais ces bouleversements sont loin d’être indolores pour la collectivité en raison du prix élevé de ces produits et il convient désormais de déterminer si elle parviendra à les prendre en charge dans les années à venir.

Le Pr Thierry Philip, cancérologue, maire adjoint de Lyon et président de l’Institut Curie a été parmi les premiers à tirer la sonnette d’alarme  et à ouvrir la réflexion sur ce sujet.

Pour connaître ses pistes de solution, le JIM s’est entretenu avec lui.

Réagir

Vos réactions (2)

  • Le prix de la survie?

    Le 23 décembre 2017

    La vie n'a pas de prix, la survie a un coût. Comment notre société résoudra-t-elle le conflit entre l'argent et l'éthique, l'intérêt publique et les demandes individuelles? Qui tranchera la fin de vie?

    Dr I G, Paris

  • Prévention moins chère

    Le 23 décembre 2017

    La prévention serait plus efficace et peut être moins chère

    Dr Henri Rochefort

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.