Contraventionnalisation du cannabis : une fausse bonne idée !

Interview vidéo du Pr Jean Costentin, professeur de pharmacologie à l'université de Rouen, membre des Académies nationales de médecine et de pharmacie.

Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a annoncé, quelques jours avant les élections législatives, sa volonté, conformément au programme du nouveau Président de la République, de contraventionnaliser la consommation de cannabis.

Pour ouvrir le débat sur cette mesure, souvent annoncée, toujours repoussée, qui rappelons-le, ne constitue pas une dépénalisation, le JIM s’est entretenu avec le Pr Jean Costentin, professeur de pharmacologie à l’université de Rouen, membre des Académies nationales de médecine et de pharmacie…et dont nos fidèles lecteurs connaissent l’opposition résolue à cette substance.

Dans les jours qui viennent, ce sera au tour du Dr William Lowenstein, président de SOS Addictions, de nous donner son avis sur cette proposition gouvernementale.

Retrouvez notre sondage : Etes-vous favorable à la contraventionnalisation de la consommation de cannabis ?

Réagir

Vos réactions (16)

  • Très mauvaise idée...

    Le 01 juillet 2017

    ...sauf rares cas thérapeutiques...en dernier ressort.

    Dr Serge Strulo

  • Quelle solution !

    Le 01 juillet 2017

    Bof Bof donc pas de solution hormis un discourt répressif. Faut-il donc mettre en prison (où l'on fume) tous les consommateurs de cannabis ? Prohibition ? Test salivaires au collège ou lycée? Qui les fera? Quelles sanctions? Quelle prise en charge? Par qui? Et pourquoi pas un test au Nutella ou au Coca? Restons sérieux...

    Dr Jacques Grobois

  • Excellente démonstration !

    Le 02 juillet 2017

    Excellente démonstration, s'il en était besoin, de la nécessité de ne pas "baisser la garde" devant ce fléau qu'est le cannabis.
    Oui, la contraventionnalisation est définitivement une bonne mesure à condition qu'elle s'ajoute à la législation actuelle et non qu'elle la remplace !

    M. Costentin a très bien démontré par ailleurs les effets pervers de l'assouplissement de cette législation et pointé du doigt les carences qui existent au niveau de la prévention.
    Il est évident que l'on ne peut s'affranchir de la nécessité de soigner les toxicomanes, de la nécessité de les aider à se réhabiliter et à devenir abstinents, de la nécessité de réprimer les trafics mais le point essentiel doit être l'éducation.

    On peut affirmer sans l'ombre d'un doute que l'unique cause de la consommation de drogues est l'ignorance. La solution est donc tout naturellement de "rééquilibrer ces 4 points (prévention, repression, soin et réhabilitation) en donnant une place prépondérante à l'éducation, ce qui aujourd'hui fait cruellement défaut.

    Quant à ceux qui confondent le cannabis avec le Coca-cola ou le Nutella, soit il s'agit d'une plaisanterie de fort mauvais goût, soit ils ne font que démontrer l'étendue de leur ignorance du sujet.

    Robert Galibert

Voir toutes les réactions (16)

Réagir à cet article