Les professionnels de santé pourront-ils bientôt faire leur pub ?

Interview de Yves Doutriaux, conseiller d'Etat, président du groupe de travail "Règles applicables aux professionnels de santé en matière d'information et de publicité"


Chapitres


En mai 2017, un arrêt de la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) invitait à changer les règles du jeu dans le monde médical et paramédical. Les magistrats européens ont en effet considéré qu’empêcher un professionnel de santé de faire « sa » publicité était contraire aux directives européennes.

Prenant acte de cette jurisprudence et des attentes d’un certain nombre de praticiens et de patients, le premier ministre, Edouard Philipe a commandé au Conseil d’Etat un rapport sur les moyens à mettre en œuvre pour que le droit français s’adapte à la législation européenne.

Après avoir, il y a quelques semaines, présenté ses travaux à Matignon, travaux qui pourraient être le premier jalon d’un changement de paradigme, Yves Doutriaux, Conseiller d’Etat et ancien ambassadeur les exposent aux lecteurs du JIM.

Réagir

Vos réactions (7)

  • Publicité

    Le 13 juillet 2018

    Cette interdiction de publicité pour les médecins est une règle déontologique, qui protège surtout les malades. Cela dépend de l'ordre, et non de la loi.

    Dr Bernard Roche

  • ma "Pub" !

    Le 14 juillet 2018

    Formidable ; je vois cela d'ici : "Chez le Docteur Henri,vous serez tous guéris" "Chez le Docteur François, traités comme des Rois"- ou dans un style plus anglo-saxon : "Notre cabinet soigne mieux que celui d'à côté". Enfin dans les grandes villes ,comme je l'ai vu dans certains pays étrangers, une pancarte occupant tout un balcon :"C'est ici le cabinet du Docteur SCHMOLDUR,le meilleur de la rue".Etc... Etc... On n'arrête pas le progrès !

    Dr Richard Guidez

  • publicité en médecine

    Le 19 juillet 2018

    Dans ce "nouveau" monde ultralibéral, la médecine deviendrait un "commerce" comme les autres! Et nous, médecins, vendrions "de la santé" comme l'on vend des carottes, des vêtements, des produits ménagers... Belle mentalité et quel progrès!
    On se demande ce qui passe par la tête des préconisateurs européens, de quel lobby ils dépendent, et quels sont leurs projets... Tout ceci sans être paranoïaque... et sans rien "contre" les commerces variés précités. Mais de même que le corps humain et ses produits sont insolvables, ceux qui font métier de s'en soucier et de les soigner/préserver, ne peuvent entrer dans une marchandisation de leur métier!
    Dr Fanny Cohen

Voir toutes les réactions (7)

Réagir à cet article