MG France prêche contre les déserts

Interview du Dr Claude Leicher, président de MG France. Juin 2017

La « désertification médicale » est l’un des problèmes les plus difficiles à appréhender de la politique de santé.


Beaucoup de solutions ont été tenté, avec un succès très relatif, des maisons de santé aux incitations financières, en passant par l’augmentation du numerus clausus.

C’est pour connaître les pistes de réflexion et les propositions en la matière du premier syndicat chez les médecins généralistes que le JIM s’est entretenu avec le président de MG France, le Dr Claude Leicher, qui, en plus de son activité syndicale est lui-même praticien libéral dans une petite ville de la Drôme.

De la pratique avancée infirmière à la suppression du numerus clausus, du doublement du nombre de maisons de santé, présenté comme une panacée par le nouveau Président de la République, aux recours aux médecins étrangers, de l’élargissement du secteur 2 à la réforme du zonage,  le JIM s’est efforcé de n’éluder aucune question avec cet interlocuteur.

Réagir

Vos réactions (4)

  • Interdire l'accès direct aux urgences

    Le 13 juin 2017

    Je pense qu'il faut interdire l'accès direct aux urgences des Hôpitaux qui sont saturés je le vois bien quand je prend ma garde à la MMG...Les patients ne devraient pouvoir avoir accès aux urgences que sur Tri du 15 ou lettre d'un médecin ou SAMU Social.

    Cela encouragerait nos nombreux confrères des urgences à se réorienter vers la médecine de ville en lieu et place de la MG effectuée à l'hôpital et seule une augmentation Massive du G//Gs à 50€ inciterait les jeunes à s'installer.

    Dr Stéphane Lefevre

  • Une ex-bonne idée, la Maison Medicale

    Le 13 juin 2017

    Il y a 2 ans, entre Dinard et St Brieuc, il y avait 3 villages qui déployaient des banderoles "nous cherchons des médecins". Ce week-end, j'y suis retourné : construction de maisons médicales bien avancée...mais les banderoles sont toujours là!. Construire des locaux neufs n'augmente donc pas le nombre de médecins désireux d'être généralistes. Et ça tombe bien, la Sécu refuse l'accès facile aux Professionnels de Santé, car l'Offre est l'ennemi de ses finances. De Sociale, la Sécu est en train de virer doucement a "Sécurité Antisociale".


    Maignan, Pharmacien

  • Réponse au Dr Leicher

    Le 20 septembre 2017

    L'interview du président MG France aurait pu être faite il y a 40 ans. A l'époque le syndicat du même type, il me semble "UNOF" union des omnipraticiens de France avait un dada qui s'appelait le GEF Groupement d'Exercice Fonctionnel. C'est exactement l'idée défendue dans cet interview, "Faut qu'on/y a qu'à "docte parole qui a lu le dernier rapport de la DRESS sans être capable de l'analyser ni le critiquer, le concept avancé par la DRESS est une équation où se pondère l'âge des clients, le sexe du médecin, le nombre de consultations et il en sort qu'à 2,5 consultations par an (évidemment pour quelqu'un qui a un cancer ou celui qui a une otite) il n'y a pas de désert médical...du même type que le calcul savant que de nombreux doctes ont fait pour expliquer l'évidence du numerus clausus dont la seule vraie justification était d'éviter de former des médecins pour éviter une concurrence trop grande et aussi dont l'équation était moins de médecins égale moins de prescriptions et donc moins de "trou" de sécurité sociale.

    En quelque sorte un discours prétendument scientifique mais en réalité proche du café du commerce.
    J'invite le Dr Leicher à aller visiter les centres de santé en Espagne et en Finlande et dans le Xeme arrondissement de Paris.
    Il comprendra peut être que c'est le genre de solutions qu'attendent les jeunes intelligents médecins, les autres jeunes professionnels et la population, sinon il reprend tel quel les GEF des années 1980 et comme on a oublié le nom cela paraitra nouveau.

    Dr Alain Frobert

Voir toutes les réactions (4)

Réagir à cet article