Négociations infirmières : les raisons de la colère

Interview de Catherine Kirnidis, infirmière libérale, L'Isle-sur-la-Sorgue, présidente du Syndicat National des Infirmières et Infirmiers Libéraux (SNIIL)


Chapitres


Le 11 juillet, les négociations conventionnelles entre les infirmiers libéraux et l’assurance maladie ont été reportées sine die.

A la pointe de cette fronde, le SNIIL (Syndicat National des Infirmières et Infirmiers Libéraux) qui dès le 14 juin quittait avec fracas la table des négociations, avant d’être suivi par l’ensemble des organisations représentatives.

Pour comprendre les raisons de cette colère, que rien n’est venu pour l’instant apaiser, le JIM s’est tout naturellement adressé à la présidente du SNIIL, Catherine Kirnidis.

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article