Un nouvel espoir dans la leucémie lymphoïde chronique

Paris, le mardi 20 novembre 2018 - La Commission Européenne a approuvé le 29 octobre 2018 l’extension d’indication de Venclyxto® (vénétoclax) en association avec le rituximab pour les patients présentant une leucémie lymphoïde chronique (LLC) en rechute/réfractaire, ayant déjà reçu au moins une ligne de traitement.

Des résultats très encourageants

Cette extension d’indication repose sur les résultats de l’étude de phase 3 MURANO qui a mis en évidence une diminution de 83% du risque de progression de la maladie ou de décès chez les patients traités par Venclyxto® associé au rituximab, par rapport à l’immunochimiothérapie associant bendamustine et le rituximab.

Mieux, l’obtention de réponses profondes chez les patients ayant reçu Venclyxto® en association avec le rituximab permet une « durée fixe de traitement » et la possibilité d’arrêter le traitement au bout de 2 ans, ce qui change la prise en charge de cette pathologie chronique.

« L’un des intérêts de l’étude MURANO est d’éviter de recourir à la chimiothérapie tout en proposant une durée fixe de traitement (...) Le fait de pouvoir dire aux patients que le traitement peut s’arrêter au bout de 2 ans est très positif dans le cadre d’une maladie chronique » souligne le Pr Guillaume Cartron du CHU de Montpellier et principal investigateur de l’étude MURANO.

Cette extension d’indication fait donc de Venclyxto® la première thérapie ciblée orale avec une durée fixe de traitement, en association avec le rituximab, et sans chimiothérapie, pour les patients atteints de LLC ayant reçu au moins un traitement antérieur.

F.H.

Référence
Communiqué de presse des laboratoires AbbVie

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article