« L’Ordre des médecins se comporte comme un Clergé, nous voulons sa dissolution »

Des médecins des Pays de la Loire refusent de s'acquitter de leurs cotisations. Un acte de contestation par rapport aux orientations politiques et financières du Conseil de l'Ordre. Le procès devait avoir lieu vendredi 16 septembre et a été reporté au 15 novembre, afin que les six médecins soient entendus. Marie Kayser et Guillaume Getz, Deux des médecins rebelles nous expliquent leur combat.

« L’ordre ne remplit pas les missions de service public qu’il devrait remplir. » Leur avis est clair et implacable, fondé sur le rapport plutôt accablant de la Cour des Comptes de 2019. « Le fonctionnement de l’Ordre est opaque, il prend des positions politiques sur le système de santé, avec lesquelles nous sommes en désaccord, alors que ce n’est pas son rôle. Il ne défend pas les patients et ses jugements sont en contradiction avec la juridiction ordinaire. » explique Marie Kayser, médecin généraliste retraitée.

Guillaume Getz, médecin généraliste à Saint-Herblain, renchérit « ils sont complices d’actes criminels, beaucoup de scandales ont émaillé l’Ordre. Il n’enregistre pas les plaintes des patients abusés sexuellement ou les classe sans suite et n’interdit pas aux médecins d’exercer, comme cela a été le cas dans l’affaire de Joël le Scouarnec. »

Ces deux médecins en colère ne sont pas les premiers, ni les seuls à s’en prendre à l’institution. Une pétition contre l’Ordre avait été lancée. Jean Yves Lemardeley, médecin généraliste avait lui aussi refusé de payer une partie de sa cotisation : « Depuis le rapport de la Cours des Comptes de décembre 2019 sur les dérives financières du comptable de la CNOM, j’ai décidé de régler ce qui équivaut à la partie départementale et régionale. Cela correspond à 200 euros et quelques sur 335 euros ». Il est alors menacé d’être suspendu. What’s up Doc avait alors interrogé l’Ordre sur cette affaire qui n’avait pas souhaité réagir.

« Nous souhaitons montrer que c’est possible de ne pas payer. Nous voulons créer un rapport de force. »


Ce nouveau procès est une tribune et a pour objectif « de permettre aux médecins de ne pas payer leur cotisation à l’Ordre en créant une jurisprudence » explique Guillaume Getz. « Nous souhaitons montrer que c’est possible de ne pas payer. Nous voulons créer un rapport de force. »

A terme ils souhaitent la « dissolution » complète de l’organisme. « Nous serions pour le transfert des missions aux organismes compétents. En matière de juridiction, un service de juridiction public. Pour les remplaçants, un service de la caisse maladie. L’instruction des refus d’action de soin devrait être donnée à l’assurance maladie. La surveillance entre les liens de l’industrie pharmaceutique pourrait être confiée à la HAS. »

Marie Kayser, même retraitée, est tout autant remontée aujourd’hui qu’à l’époque où elle a perdu son procès contre l’organisme dans les années 80. « Je me sens concernée par les questions de santé publique et j’estime que les prises de position de l’Ordre sont nocives pour la santé publique, comme les questions sur l’IVG ».

Pour ces médecins révoltés, l’Ordre se comporte comme les syndicats de la droite dure ou « le Clergé ». « L’Ordre n’agit que lorsqu’il est contraint et forcé et ne représente plus l’avis de la majorité des médecins. »  

Cet article est republié à partir du site What’s up Doc. Découvrez What’s up Doc

Albane Cousin

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (22)

  • Mais ce sont les médecins qui élisent leurs ordinaux !

    Le 23 septembre 2022

    Vous refusez de voter et vous vous plaignez ! Libre à vous de choisir qui vous représente. Transférer à des organismes compétents ? Lesquels ? et compétents en quoi ? Sortir des poncifs éculés et mélanchonesques ne sert à rien. Vouloir des administratifs qui ignorent tout de la médecine et détestent les médecins sert à se mettre la corde au cou.
    Manifestement vous parlez ce ce que vous ne connaissez pas et vous ignorez le fonctionnement des départementaux et des régionaux (où se sont des magistrats qui, entre autres fonctions, président la chambre disciplinaire). Avez-vous assisté à une seule audience pour parler si savamment ? Ne pas les confondre avec l'autocratie du National.
    L'ultracrépidarianisme a de beaux jours devant lui.

    Dr I Gautier

  • Ordre... et critiques

    Le 25 septembre 2022

    L'Ordre a en effet un fonctionnement assez opaque et ne prend pas toujours les bonnes décisions, quelques unes sont très critiquables. C'est dommage. Mais le supprimer équivaut à créer un remplacement "judiciaire" qui risque bien de s'enliser dans les difficultés importantes de fonctionnement de la justice très en retard en France, ce n'est certainement pas une bonne solution. Essayons de voter pour des collègues intègres...

    Dr A Wilk

  • Il ne s'agit pas de savoir qui nous représente

    Le 25 septembre 2022

    Il s'agit de dissoudre cette institution faite de vieux médecins réacs qui s'offrent la belle vie à Marseille, en "fermant leur gueule" sur les scandales.

    Pr André Muller

  • Ordre des médecins

    Le 25 septembre 2022

    Ces médecins de la Loire ont bu trop de Sancerre.

    Dr B Rougier

  • Le vin de Loire

    Le 25 septembre 2022

    Le vin de Loire ne réussi pas à tous ses médecins.

    Dr B Rougier

  • Dissolution de l'Ordre des médecins

    Le 26 septembre 2022

    Je suis heureux de voir que des médecins poursuivent le combat que nous sommes nombreux et nombreuses à avoir engagé depuis 1981, date à laquelle François Mitterrand avait promis de procéder à la dissolution de l'Ordre des Médecins, mais sans hélas tenir cet engagement.

    Dr F Jésu

    Frédéric Jésu

  • 30 ans après

    Le 27 septembre 2022

    Dr I Gautier j'ignore tout de l'organigramme, du fonctionnement des Départementaux et des Régionaux, les opposer à l'autocratie du National est un début d'aveu de failles et faiblesses (euphémisme). Pas si pyramidal l'ordinal donc ? Abus d'ignorance de ma part ?
    Je règle ma cotisation -rançon ordinale- après injonction et menaces de Maitre P, depuis toujours, puéril je sais.
    Aucun contact avec le CNOM depuis 30 ans, pas de veuvage, pas d'orphelin, pas de "litige". Des bons vœux annuels assortis de l'appel puis rappel à rançon des "notables" depuis 30 ans. Comme la majorité d'entre nous probablement. Une revue reçue sans avoir rien demandé, jamais lue.
    Une activité exclusivement hospitalière occulte peut être un champ d'activité ordinale passé inaperçu , mais le régime est le même pour tous.
    La question des voiles pudiques sur la "déontologie", sur la "mal ou non-traitance" tournent en boucles depuis (au moins) 30 ans. Mes ainés gardent le souvenir de la loi de Mme S Veil, le poids de l'histoire à nouveau.
    Les concernés traitent d'un revers de main le rapport de la Cour des Comptes (CNOM), comme d'autres celui de l'IGAS (IHU) : humain et prévisible quand on est pris la main en flagrants délires. Inutile de rappeler le lobbyisme qui avait présidé au maintien du CNOM par Mr F Mitterrand, malgré vents et promesses.
    Qui connait le taux de participations aux élections (2021 ou 2022, j'hésite) ? Mais les absents ont toujours tort, les borgnes sont toujours rois ?
    La soupe devant être bonne, une mention pour les autres "ordres" et clusters attenants, infirmier notamment.

    Dr JP Bonnet, 62ans PH

  • Appel à la modération

    Le 27 septembre 2022

    (...)
    Pas sur que les réserves sur le racket du CNOM ne concernent que les pays de Loire ou régions viticoles : une pensée pour le Pr Michel Debout (Saint-Etienne) et sa lutte dès 1974.
    Reste à rappeler que la cotisation ordinale reste obligatoire (CSP - Cour de cassation 1986) et que nul n'est censé ignorer la Loi, tant qu'elle n'est pas modifiée.
    Bonne réception de la Newsletter de septembre ce jour, avec SON CHIFFRE du mois : « 40 % des médecins sont âgés de 55 ans et plus dans un tiers des pays d’Europe et d’Asie centrale : c’est ce que révèle l’OMS Europe dans un rapport publié le 14 septembre »
    Next

    Dr JP Bonnet

  • On paye qui et pourquoi ?

    Le 28 septembre 2022

    J'en ai assez de payer 350 euros ou 370 euros par an à des gens qui n'ont jamais eu d'action bénéfique à ma connaissance.

    Dr Isabelle Herry

  • Et le remplacer par un nouvel organisme étatique obèse ?

    Le 01 octobre 2022

    Le remplacer par un organisme d'état peuplé de fonctionnaires ne comprenant que le fonctionnariat ? Meilleur chemin pour la fonctionnarisation de la médecine vers laquelle on semble aller tout droit. On a fait ça l'hôpital avec des directeurs ayant appris la médecine pendant 3 ans d'école de Rennes... qui prennent des décisions sans tenir compte des données épidémiologiques (la plupart inexistantes en France) et sans aucune idée des évolutions des sciences médicales (on ne les sélectionne pas sur un profil scientifique). On va bientôt mériter un système à l'anglaise (où les médecins sont d'ailleurs mieux payés qu'en France) et ni les patients ni les médecins n'en seront très satisfaits, contrairement aux Anglais qui sont largement moins exigeants en terme de qualité des soins.

    Dr C Krzisch

  • Un ordre servile et au service du pouvoir

    Le 02 octobre 2022

    L'Ordre des médecins, à été créé, par le pouvoir politique pendant la guerre, sous Vichy, pour servir ce pouvoir politique. Ce qu'il fit avec zèle. On se souvient de la dénonciation des médecins juifs, et encore plus récemment du premier président du Conseil de l Ordre qui était le Pr. Leriche lequel a donné lieu à un débat mémoriel.
    Le CO a servi et sert le pouvoir, à toutes les époques, in fine. On se souvient du Pr Lortat Jacob, qui était contre le conventionnement, mais qui a cédé. C'est sa fonction majeure de contraindre les médecins puisque il faut se souvenir de deux choses : que les médecins ont eu une éthique professionnelle bien avant la création de cet organisme mais également, que ce genre d'organisme n'existe pas ailleurs sans que cela ne pose problème. D'ailleurs, le pouvoir à voulu créer d'autres ordres professionnels dans le sanitaire, pour verrouiller ces professions, avec les kinésithérapeutes et les infirmiers. Mais avec les infirmiers, cela s'est mal passé car la majorité sont salariés et la charge de la cotisation est retombée sur les Assistance Publique. Du coup, c'est devenu moins obligatoire. Chez les kinésithérapeutes qui sont majoritairement privés, la manne financière des cotisations a aiguisé des convoitises chez des nouveaux élus, entre eux, avec combat physique et judiciaire (c'était dans le Sud, du côté de Marseille). Ce genre d institution ne sert que l'ambition de certains, prêts à tout, car cette institution brasse beaucoup d argent.
    Question utilité et éthique du CO, on a même vu un médecin, être condamné par le CO parce qu il avait porté secours à un patient... pendant la pandémie... Tout est dit.

    Dr C Trape

  • Cotisation

    Le 02 octobre 2022

    La cotisation est à 335 € et n'a pas bougé depuis 4 ans.

    Dr A Delzenne

  • Ordre

    Le 02 octobre 2022

    Vos votes sont votre responsabilité. Ne vous plaignez pas si vous oubliez de voter, ou si vous ne vous présentez pas.

    Dr J-L Romain

  • Toujours l'homme

    Le 03 octobre 2022

    Les médecins n'ont pas besoin d'un ordre pour avoir une conduite éthique, et faire ce qu ils doivent. Ce cher Hippocrate n'avait pas d'Ordre pour le diriger, cela ne l'a pas empêché d'avoir une vision éthique. Au passage, le fameux serment des médecins n'a pas grand chose a voir avec le réel historique. Allez lire le réel à travers la traduction faite par le Pr Jouanna de la Sorbonne... Le CO des médecins est une création qui date de la guerre, de Vichy, pour servir le pouvoir politique en place. Ce rappel historique ne plaît pas, comme celui de l'objet de sa création : servir le pouvoir politique ce qui c'était traduit par la dénonciation des médecins juifs. Pas terrible quand on se présente comme un organisme qui défend la vertu, pas plus d'ailleurs que les nombreuses fois où la cour des compte a trouvé une très mauvaise gestion financière et beaucoup trop de frais de fonctionnement... en se souvenant que comptablement, les indemnités, les frais de bouche... sont des frais de fonctionnement. Pour information, l'avant dernier président national du CO avait été crédité, selon la presse, d'avoir participé à la hauteur de 10 000 euros par mois à ces frais dénoncés par la cour des comptes.
    A 335 euros de cotisation, cela fait une manne qui attire des ambitieux, au plus haut sommet de la pyramide. C'est d ailleurs pareil avec les syndicalistes. L'homme reste l'homme en toute circonstance, et les médecins ont une place privilégiée, pour appréhender, être sensibilisés à ce qu'est la nature humaine... Il suffit de ne pas l'oublier.

    Dr C Trape

  • Halte au racket

    Le 03 octobre 2022

    Je paie ma cotisation depuis 29 ans, soit plus de 10 000 euros en euro constant, pour un rendu de zero, rien, nada ! Mais il faut bien payer les petits week-end entre amis !

    Dr F Nicolas

  • Anecdote

    Le 04 octobre 2022

    Et bien moi je me souviens d'un appel du président ou vice président du conseil régional de l'ordre dont je dépendais, au secrétariat de l'hôpital psychiatrique où je travaillais à l'époque. Je suivais un confrère atteint d'un trouble de l'humeur et qui s'était mis en difficulté financière. L'ordre veut l'aider, c'est louable. Mais le président ou vice président (je ne me souviens plus) appelle la secrétaire en exigeant avec humeur qu'elle lui lise le contenu du dossier médical du patient. Il voulait avoir accès à mes notes. Elle a refusé et s'est faite engueuler par ce médecin du CO... Ça m'avait sciée...

    Dr C Martinez

  • L'Ordre des médecins

    Le 05 octobre 2022

    Contester le conseil de l'Ordre, il y a des raisons légitimes, certes, mais il y a aussi des actions de défense des médecins, de médiatisation également qui sont précieuses. Mais demander à la caisse d'assurance maladie et à des juristes, c'est à dire jamais à des gens de terrain, d'en prendre la place c'est s'égarer complètement.
    La judiciarisation à outrance et l'appel à des technocrates pour diriger, est ce qui détruit petit à petit notre profession. Les médecins se sont largement exprimés à ce sujet. Il faut que les médecins soient parties prenantes des décisions qui règlent leur profession à l’hôpital et dans le privé. On peut vouloir changer l'ordre, son fonctionnement, sa transparence, mais je ne suis pas sûre que sa suppression soit une bonne idée.

    Dr M-L Sari-Leret médecin retraitée

  • Réformer le Conseil de l'Ordre

    Le 08 octobre 2022

    Le C.O a certes un certificat de naissance sulfureux ! Mais il a le mérite de confier des arbitrages à des médecins mieux au courant de l'exercice d'un métier bien particulier qu'appréhenderons bien mal des fonctionnaires mal éclairés : voir l'incompréhension entre hospitaliers et la plupart des directeurs ! En fait c'est le CO qu'il faut réformer. (1) Que tous les médecins votent ; (2) qu'ils le fassent pour des confrères irréprochables et non pas pour les plus arrangeants,parce-qu’ils travaillent en libéral ou en hospitalier, parce qu'ils sont votre correspondant (avec ou sans dico.!).
    Bref, comme en politique, on a les élus que l'on mérite. On pourrait aussi être mieux informés des dépenses et de la gestion. On pourrait sans doute revoir un peu l'éthique : courtoisie avec les anciens (dépassement d'honoraires, RdV à la St Glinglin !).

    Dr F.Lainé Chirurgien retraité

  • Dernières convulsions

    Le 09 octobre 2022

    Dernières convulsions de la médecine de papa, fin de l’époque du « bon Docteur ». La route actuelle mène nos jeunes consœurs et confrères, les uns vers l’uber-médecine, les autres vers le salariat.
    Les premiers seront de plus en plus de faux indépendants. Leur activité sera de plus en plus cornaquée par toutes sortes de « Rosps », d’algorithmes, de directives et de contrôles des agences-ceci et cela, des caisses de ceci et de cela. L’accord entre patient et médecin n’a déjà plus guère de poids dans la conduite d’un diagnostic (nombre annuel d’IRM… ?) ou d’un traitement. Les « objectifs de santé publique », judicieux ou non prévalents. Pas seulement du fait des très hautes Autorités, mais surtout du fait de la vox populi qui les pousse avec rudesse et exige cela d’eux. Combien de maires n’exigent-ils pas au nom de leur commune unanime que l’on y catapulte un ou plusieurs médicastres, nolens volens, manu militari si nécessaire ?
    Les autres seront de plus en plus des salariés. Il est probable que ceux des pouvoirs publics y seront finalement moins mal lotis que ceux qui auront accepté les conditions et ukases de grands groupes capitalistiques propriétaires de centaines de cliniques, laboratoires, etc.
    L’OM est un vestige. Ses cadres se croient sans doute encore au temps des médecins-notables et tentent de maintenir cette illusion avec un regrettable passéisme alors que dans la tourmente actuelle la profession a vraiment grand besoin d’une institution capable de fixer des caps. Mais vers… l’avenir ! Question : qui s’y colle ?

    Dr C Kariger

  • Copains

    Le 16 octobre 2022

    L'Ordre n'est là que pour emmerder les médecins et quand il y a un litige, c'est la loi des petits copains. Écœurant !

    Dr A David

  • Perplexité

    Le 16 octobre 2022

    Remplacer le conseil de l'ordre par des administratifs, des juges, avocats, etc... ça m'étonnerait que ce soit mieux que des confrères.
    Des fois je me pose des questions sur le bon sens des médecins.

    Dr E Aley

  • Ordres

    Le 17 octobre 2022

    Il ne faut pas faire des amalgames un peu rapides entre les ordres professionnels. Certes celui des médecins qui date de Vichy n'est peut être pas le bon exemple, mais les ordres infirmiers et kiné sont récents et remplissent des fonctions réelles de protection professionnelle. Il faut voir le nombre de faux diplômes qui circulent sur lesquels les hôpitaux ferment facilement les yeux, sans parler du ménage nécessaire sur les abus de la pratique libérale. Quand certains font appel à l'éthique médicale qui serait innée pour tout médecin pour justifier de l'inutilité de l'Ordre des médecins, ils sont bien aveugles et oublient bien des attitudes inappropriées de toute nature (acte chirurgical fallacieux, facturations abusives, certificats de complaisance, agressions sexuelles...). Il est clair aussi que les abus des élus ordinaux doivent être dénoncés et condamnés. L'ordre ne devrait pas non plus se positionner par rapport à la morale ou les choix de politique de santé, mais seulement en application de la loi du moment. L'ordre ne doit pas se considérer comme un collège d'experts. Il peut émettre un avis basé sur un recueil des positionnements des adhérents mais pas celui des seuls élus, et c'est là que certains pêchent par excès de pouvoir. De l'ordre et du ménage sont certainement nécessaires.

    Dr P Rod

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.