Homéopathie : la goutte d’eau qui fait déborder la coupe d’Hygie ?

Interview du Pr François Chast, pharmacien des hôpitaux de Paris, président honoraire de l’Académie de pharmacie


Chapitres


Pays de Descartes, la France est également l’un de ceux de l’homéopathie. Pour démêler ce paradoxe, à l’heure où les Académies européennes ont une nouvelle fois pointé l’inefficacité et même la nocivité de cette thérapeutique, le JIM a interrogé le Pr François Chast, pharmacien des hôpitaux et président honoraire de l’Académie de pharmacie.

Que les lecteurs homéopathes du JIM se rassurent, nous avons aussi soumis à la sagacité de notre interlocuteur quelques-uns des arguments en faveur des thèses d’Hahnemann…

Réagir

Vos réactions (33)

  • Parfait

    Le 28 octobre 2017

    Tout ce que dit François Chast est parfait...

    Dr Gilles Roche

  • Raisonnée et appliquée

    Le 28 octobre 2017

    Je pense que les publications des observations de Demangeat par exemple pourraient suffire à démontrer l'utilité de l'homéopathie et son bienfait au regard des effets secondaires de la médecine allopathique.

    Dr Soearti Darjana

  • VS...

    Le 28 octobre 2017

    Le Pr Chast nous explique que l'efficacité d'un traitement homéopathique est du niveau du placebo. Soit.
    Nous connaissons tous l'importance, la dimension de l'effet placebo (et nocebo).
    Pourquoi ne pas conduire des essais cliniques : médicament homéopathique/placebo VS rien ?
    Ma suggestion est sérieuse.

    Yves Brasey

  • Expérimentations

    Le 28 octobre 2017

    Des tests ont été faits sur les végétaux et les animaux,et cela fonctionne.

    Christiane Stritani-Nicaise

  • Des incultes et des charlatans ?

    Le 28 octobre 2017

    Ce cher Professeur a la même approche que tous les détracteurs de l'homéopathie. On veut faire faire à l'homéopathie les mêmes examens et analyses que pour un médicament chimique ce qui est complètement inadapté. L'homéopathie agit par information et non par son action chimique. Basez-vous sur la clinique.

    Tant qu'à la base le raisonnement est faux on ne trouvera jamais un terrain d'entente. Pour tout dire, tous les homéopathes qui ont usé leurs culottes sur les mêmes bancs des facultés de médecine et obtenus les mêmes diplômes que les médecins classiques sont donc des incultes et des charlatans ?

    N'avez-vous jamais entendu parler de la médecine quantique dont les plus grands savants mondiaux travaillent actuellement sur le sujet ? C'est une approche similaire. Je sais bien que l'on traite honteusement les anciens prix Nobel comme le Prof. Luc Montagnier qui travaille également dans le même domaine de "vieillard sénile" Un peu de respect svp devant ces grands hommes.

    Faisons un pas de plus. Et s'il s'agissait effectivement d'un placébo ? Et alors, où est le problème s'il guérit ? Si j'a bien compris la peur vient du fait que l'homéopathe fait un mauvais diagnostic et ne traite les cas graves que par homéopathie ? Donc il serait plus mauvais en diagnostic que son confrère chimiste ?

    Allons messieurs les détracteurs de l'homéopathie, prenez un peu de recul, soyez sérieux et arrêtez de tout vouloir mieux connaitre que vos autres confrères médecins !

    J'ai simplement omis d'ajouter un élément intéressant. L'homéopathie est un élément subtil non démontré scientifiquement dit-on avec comme conclusion "elle n'existe pas".

    L'empathie, la compassion et l'amour sont également des éléments subtils qui existent chez l'homme (chez l'animal et peut-être même chez les plantes ?). Ai-je le droit de l'affirmer ? Ou dois-je pour autant douter de leur existence jusqu'à ce que de grandes preuves scientifiques internationales me fournissent la preuve ?

    Je souhaite à tous les incrédules de homéopathie d'avoir eu dans leur vie le bonheur d'éprouver ces sentiments subtils sans avoir sous la main de preuves scientifiques formelles.

    Richard Haas

  • Homeopargie

    Le 28 octobre 2017

    Les publications de Demangeat montrent qu’une substance qui n’a pas d’action n’a pas d’effet secondaire ? C’est bon ça!

    Dr Pierre Castaing

  • Pratique de l’homéopathie

    Le 28 octobre 2017

    Après 13 ans de médecine de famille en pleine campagne meusienne j’ai été frappé par une succession de pathologies dermatologiques guéries alors que force dermatologues de haut niveau (professeur entre autre) avaient achoppés sur, par exemple, un lichen plan affectant une patiente, affection particulièrement rebelle jusqu’au jour où cette patiente est revenue me voir pour me montrer que son lichen avait disparu et fort timidement me montre ce qu’elle me dit être le traitement causal. Un petit tube gros comme le petit doigt et elle me dit alors vraiment timidement: "je sais que  vous n’y croyez pas c’est de l’homéopathie" . Alors m’est revenu des patients porteurs d’eczémas tenaces disparus sans que je comprenne par quel traitement, aussi je suis retouné voir chacun de ces patients porteur de cette pathologie et à ma grande surprise ils finirent tous par  m’avouer (après une forte insistance de ma part) qu’ils avaient consulté un homéopathe. Depuis je me suis formé et j'ai pratiqué cette discipline pendant 21 ans et fort surpris des résultats obtenus et notamment chez les enfants et mes animaux de compagnie!

    Dr Hugues Seroussi

  • Aucun argument sérieux

    Le 28 octobre 2017

    A Richard Haas.

    "L'homéopathie agit par information et non par son action chimique" ? Mais encore ?
    Aucun argument sérieux dans votre argumentaire en faveur de l'homéopathie.

    Dr Anne-Claire Moreau

  • Médecine prétendue "quantique"

    Le 28 octobre 2017

    "N'avez-vous jamais entendu parler de la médecine quantique dont les plus grands savants mondiaux travaillent actuellement sur le sujet ?" : pouvez-vous nous dire, M. Haas, de quels "grands savants" il s'agit ?

    Voici ce que j'ai trouvé sur le sujet :
    https://www.psiram.com/fr/index.php/M%C3%A9decine_quantique
    Ce qu'il y a de commode avec la physique quantique, c'est que, pas grand-monde y comprenant quelque chose à part certains physiciens (ce que nous ne sommes pas), on peut lui faire dire n'importe quoi...

    Dr Anne-Claire Moreau

  • 40 ans de pratique

    Le 29 octobre 2017

    Ce grand Professeur, Pharmacien des Hôpitaux, nous parle d'un ton très docte. Notre expérience de 40 ans de prescription en Homéopathie n'a évidemment aucune valeur, à balayer d'un revers de main, de même l'expérience de médecins depuis 200 ans dans le monde entier. Car quand même nous sommes médecins, pas meilleurs que les autres, mais pas pires!

    Dr Jean-Claude Ravalard

  • Homépathie mortelle

    Le 29 octobre 2017

    J'ai perdu deux pauvres patientes "traitées" par homéopathie. L'une de 15 ans est arrivée au stade terminal d'un Crohn après avoir été soustraite à ses parents et à leur homéopathe de compétition par ses grands-parents, trop tard hélas ! L'autre patiente, diabétique de type1 avait arrêté l'insuline sur la conseils avisés de son homéopathe. Présentant une décompensation cardiaque gravissime due à l'acidose, il avait fallu la mettre sous contre-pulsion aortique (si mes chers confrères homéopathes ne savant pas ce que c'est, je veux bien le leur expliquer). Nous l'avions sauvé in extremis. Deux mois après, elle retomber sous la coupe de son homéopathe et décéder quelques jours plus tard !

    Il est question de faire passer des examens de contrôle à tous les praticiens après 15 à 20 ans de pratique. J'attends ce moment avec impatience pour voir les résultats des nos brillants homéopathes. J'en souris d'avance...
    Pour ma part, ancien interniste de 82 ans, j'irai présenté cet examen, pour le plaisir.

    Dr Guy Roche

  • Homéopathie, sérieux ou non ?

    Le 29 octobre 2017

    Au Dr. Anne-Claire Moreau

    Et ça s'est sérieux ou non ??

    http://theses.unistra.fr/ori-oai-search/notice/view/oai%253AEPrintsUneraTest01%253A1702

    http://scd-theses.u-strasbg.fr/1702/

    http://unt-ori2.crihan.fr/unspf/2014_Lille_Bailleul_Homeopathie/co/Contenu_recherche.html

    https://controversehomeopathie.wordpress.com/category/arguments-pour/des-hypotheses-scientifiques-expliquant-lefficacite-de-lhomeopathie/

    Le prof. Marc Henry vous connaissez ? (très connu dans le domaine scientifique).

    https://mediaserveur.u-bourgogne.fr/videos/les-hautes-dilutions-mythe-ou-realite/iframe/

    http://eauseanceilive.blogspot.fr/2013/09/les-hautes-dilutions-mythes-realites.html

    http://www.nexus.fr/wp-content/uploads/2014/12/NX72_07_therapie-quantique_light.pdf

    etc... etc...

    Mais jetez donc un oeil sur internet. Il y a des choses très intéressantes au niveau scientifique et universitaire.

    Et même un diplôme universitaire !

    https://sfc.unistra.fr/formations/pharmacies-dofficine_-_pharmacies-dofficine_-_diplome-duniversite-de-therapeutique-homeopathique-niveau-2_-_2041/

    Ne pensez-vous pas qu'il serait temps de cesser nos querelles et de nous chamailler ? Il nous faut absolument collaborer entre toutes les médecines sérieuses existantes pour le bien être du malade. Les chinois et les indiens ont utilisés pendant des millénaires autre chose que la chimie et cela avec succès et sans preuves scientifiques. Cela ne veux pas dire que comme ancien professionnel de la santé de 81 ans je crache dans la soupe et que rejette en bloc la médecine classique avec ses médocs chimiques. Il les faut absolument mais il faut aussi admettre que d'autres médecines arrivent à avoir de bons résultats avec autre chose que de la chimie, même si on ne comprend pas encore exactement comment cela marche ! Si cela marche sur des milliers de gens depuis des lustres alors, inutile de preuves scientifiques habituelles. La clinique suffit.

    Avec tout le respect que je vous dois.

    Richard Haas

  • Homéopathie et conduite thérapeutique retardée dans des maladies graves

    Le 29 octobre 2017

    Même s'il existait d'autres arguments, le fait que nos confrères homéopathes ne reconnaissent pas les dangers de la surconsommation de ce type de prescription, me parait grave!
    Dites nous exactement de quelles indications vous parlez d'abord...et de quelles contrindications.

    Dr Michel Amiel

  • Des patients éclairés

    Le 29 octobre 2017

    Je pense qu'il faut poser les bonnes questions aux bonnes personnes : personne ne pense que l'homéopathie pourrait remplacer une chimiothérapie, par contre si on subit un tel trt la liste des effets secondaires est bien longue et ceci risque bien d'être définitif.

    Alors dans ces cas là et après mûre réflexion il existe en effet des parades dans ce sens.
    D'autre part si certains patients (éclairés pour la plupart) se tournent vers de telles méthodes ce sont pour la plupart parce que pour certaines pathologies +\- bénignes nos ministres de la santé ont purement et simplement retiré du marché des médicaments inoffensifs et efficaces.

    Dr Patricia Erbibou

  • Aussi efficace que le placebo

    Le 29 octobre 2017

    Une etude canadienne en double aveugle contre placebo méthodologiquement bonne a montré il y a plus de 15 ans que l'homéopathie était aussi efficace que le placebo pour traiter des verrues, je n'ai pas suivi d'autre littérature mais cela doit être kif kif pour le reste.

    Dr Patrick Combemale


    comme on sait depuis les années soixantes que l amiante est responsable des cancers de la plèvre ( était inscrit dans la liste) des maladies professionnelles et on decouvre dans les années 2000 qu il y a un risque

    Il serait temps de sortir de l irrationnalité ou du moins que cela se fasse au dépend de celui qui y croit mais non du contribuable

  • Homéopathie: la coupe d' Hygie est pleine !

    Le 30 octobre 2017

    -Le présent: laboratoire fançais Boiron, "leader" mondial de l'homéopathie.
    -Le passé: Descartes, un vrai grand savant français du début du XVII° siècle.
    -La France est un pays formidable...vrai, il y a plus de trois siècles.

    Dr Jackie Durand

  • Mémoire de l'eau et intérêt des placebos

    Le 30 octobre 2017

    J'ai une question à l'intention des homéopathes, un peu (beaucoup) orientée je dois l'admettre.

    Vous admettez volontiers que l'eau a une mémoire, en dépit du fait qu'aucune étude scientifique rigoureuse et reproductible ne vienne étayer ce fait, les recherches du Dr. Benveniste n'ayant jamais pu être reproduite. Les hypothèses "quantiques" avancées ne bénéficient d'aucun appui expérimental, et reposent bien trop souvent à mon gout sur une incompréhension totale du concept même de physique quantique.

    Ma question donc. Si l'eau a une mémoire, comment se fait-il que l'eau du robinet, après ses multiples passages dans les stations d'épuration, ne soit pas le pire poison connu de l'homme ?

    J'ai également une question aux médecins allopathes, pour le coup totalement ouverte celle-ci.

    Les bénéfices de l'effet placébo ont été démontré chez l'homme adulte, l'enfant et l'animal, et même lorsque le patient sait qu'il prend un placébo. Pensez vous que la médecine allopathique puisse bénéficier de l'utilisation de placébo pour le traitement de certaines pathologies bénines ? Et si oui, quelle forme pourrait prendre cette prescription, sans qu'il soit nécessaire de mentir ou de cacher des informations aux patients ?

    Benjamin Choquenet

  • En lisière de nos possibilités thérapeutiques

    Le 30 octobre 2017

    Réponse au Dr Choquenet

    J'ai utilisé des placebo avec succès : perfusion ou IM de NaCl, comprimés de M...(une enzyme antioedémateuse) ou autres médicaments réputés peu actifs.
    Notre collègue le Dr Erbibou pose bien le problème : à force de supprimer du Vidal ces médicaments inoffensifs, et au nom de la transparence de nos prescriptions, il ne va pas nous rester grand chose à prescrire !
    Au fait, savez vous qu'il existe une chirurgie placebo ? Aujourd'hui elle serait considérée comme non déontologique (voire une escroquerie !) (La revue du praticien, mise au point publiée en 1985) ; avec le recul, je pense que l'homéopathie a occupé ce terrain en lisière de nos connaissances et de nos possibilités thérapeutiques, dégagé pour elle par l'information (on sait tout sur chacun de nos médicaments "allopathes" que nous prescrivons) et la réglementation.

    Dr F.Chassaing

  • Les guérisseurs sont infiniment moins dangereux

    Le 30 octobre 2017

    Je suis étonné que personne n'ait réagi à mon commentaire. Plus facile... Le problème de l'homéopathie n'est pas dans les poudres de perlimpinpin mais dans l'incompétence totale de médecins homéopathes. Car il n'est pas possible de croire encore à la vraie médecine et à l'homéopathie, médecine élaborée sous Louis XV.

    Les guérisseurs sont infiniment moins dangereux que les homéopathes car ils ont la plupart de temps une bon sens clinique et ils savent passer la main quand ils reniflent quelque chose de grave.

    Jamais un homéopathe ne s'abaisserait à passer la main à un autre médecin, comme cela a été le cas pour ma pauvre petite atteinte d'une maladie de Crohn. Leur orgueil incommensurable le leur interdit.

    Dr Guy Roche, ancien interniste

  • Continuons de nous former ainsi

    Le 31 octobre 2017

    Je suis tout à fait en accord avec ce qu'écrit Richard Haas.
    Cessons de nous critiquer les uns les autres. Cela me parait totalement improductif et cela dure depuis si longtemps. Parmi les allopathes comme chez les homéopathes, il y a d'excellents médecins qui continuent de se former régulièrement et restent connectés avec les apports et découvertes de la médecine scientifique. Continuons de nous former ainsi, c'est ce qu'attendent nos patients.

    Dr Jean-Claude Ravalard

  • Des principes ineptes

    Le 04 novembre 2017

    L’intervention du Professeur Chast est en tous points excellente et mérite d’être largement diffusée.
    Sans reprendre ici la critique de l’homéopathie qui a été faite depuis longtemps et de façon définitive par tous les scientifiques qui se sont penchés sur la question, il n’est peut-être pas inutile de rappeler les « principes » ineptes, totalement fantaisistes et dépourvus de tout fondement rationnel ou expérimental, sur lesquels repose cette pseudo-médecine, inchangée depuis plus de deux siècles, qui n’a jamais vaincu aucune maladie (a-t-on jamais vu un pays affecté par une crise sanitaire réclamer des « homéopathes sans frontières » pour l’aider à résoudre ses problèmes de santé publique ?), et qui ignore toujours les bactéries, les virus, les hormones, l’inflammation, l’immunité, et toutes les connaissances qui ont contribué à comprendre et faire reculer les grandes pathologies.

    Voici les quatre principes cardinaux de l’homéopathie :

    -D’abord, le « principe de similitude » : selon ce principe, une substance dont l’absorption produit des symptômes sur un homme sain, est capable de guérir une maladie donnant les mêmes symptômes. Ce qui n’a, d’une part, aucune logique (quelle explication ?, quels mécanismes physiologiques ?) et, d’autre part, n’est évidemment pas vérifié non plus par les vrais médicaments : est-ce que la prise d’antibiotiques produit les symptômes de l’infection chez un homme sain ? Est-ce que l’aspirine produit fièvre et céphalées sur les bien-portants ?

    -Le « principe de dilution » n’est pas moins fantaisiste, qui conduit à fabriquer des « médicaments » tellement dilués qu’ils ne contiennent plus une seule molécule du produit supposé actif.
    -On rappellera de la même manière l’inanité du « principe de dynamisation » (secouez avant de rediluer pour que les molécules de solvant se souviennent d’avoir vu passer une molécule de substance « active » !) ou du « principe de personnalisation » (sous le prétexte duquel, les homéopathes prétendent s’affranchir de l’exigence de reproductibilité de l’efficacité des traitements).

    Il faut aussi souligner une fois de plus qu’aucune des nombreuses études réalisées à ce sujet n’a jamais mis en évidence une efficacité des « médicaments » homéopathiques supérieure à celle d’un placebo.
    Même sans méconnaître l’utilité occasionnelle des placebos (à conditions qu’ils soient utilisés comme tels et en connaissance de cause par le praticien qui les prescrit – ce qui exclut de fait les « homéopathes »), on ne rappellera jamais assez, comme le fait ici le Pr Chast, que le recours aux homéopathes conduit régulièrement des malades atteints de pathologies graves, à perdre des mois (et donc des chances de guérison) avant de bénéficier d’un traitement adapté.
    Et ce qui vaut pour l’homéopathie vaut bien sûr aussi pour les autres « médecines » dites douces ou « alternatives » (auriculothérapie, iridologie, étiopathie, et autres thérapies « holistiques ») fondées sur des théories plus que fragiles et une expérimentation inexistante ou douteuse.

    Mais au delà du domaine médical, le plus inquiétant dans cette vogue des « médecines » alternatives, est probablement la montée de l’irrationnel qu’elle révèle, le regain de la croyance et de la pensée magique au détriment de la pensée rationnelle et de l’esprit critique.

    Parce que même si les dogmes farfelus des « médecines douces » peuvent paraître ne mériter qu’un sourire ou un haussement d’épaules, il ne faut pas oublier que « le sommeil de la raison engendre des monstres » : les populations qui perdent la capacité de penser au point de mettre sur le même plan Darwin et le « créationnisme », de ne se soigner que par l’homéopathie ou les «médecines naturelles », de refuser la vaccination ou de consulter leur horoscope avant de prendre une décision, sont mûres aussi pour le conspirationnisme et la « post-vérité » et pour admettre sans broncher les doctrines qui professent que les femmes sont inaptes à la pensée abstraite et ne peuvent pas prétendre à l’égalité avec les hommes, que les noirs ne sont bons que pour la danse et l’athlétisme et ne peuvent se gouverner eux-mêmes, que le sida est une punition divine pour sanctionner des offenses à la morale ou à la religion, etc.

    Et cela n’est pas une question mineure...

    Dr Paul Karsenty

  • Quantique… et toc ?

    Le 04 novembre 2017

    L'homéopathie repose sur un effet placebo, qui - lui - est bien démontré. Être aussi efficace que le placebo, c'est déjà très bien (même si l'homéopathie est plus chère).
    Alors pourquoi ajouter du "quantique" et autres arguments surnaturels ?

    Pourquoi ne pas être transparent avec les patients et leur expliquer, tout simplement ?
    L'effet placebo "honnête" marche aussi très bien, et cela éviterait bien des débats et tentatives de justification… quan-toc.

    Dr Philippe Mayran

  • Homéopathie et sens

    Le 04 novembre 2017

    Pouvez vous imaginer plus de 4 dimensions . Non mais faisons une intégrale ou une dérivée à plus de 5 ? Nos sens et moyens de perceptions ne nous ne le permettent pas.
    Pourtant en mathématique nous sommes sûr de 17 .
    Nos moyens d'investigation nous limitent , l'allopathie en est encore a ce stade: pas de moyens de mesure, donc n'existe pas.
    L' humanité n en est qu'à ses balbutiements et la médecine une vieille dame.

    Bruno Beaujoin

  • Remède ou médicament ?

    Le 05 novembre 2017

    La nature de l'homéopathie réside peut être dans la subtile nuance entre ces deux termes.

    Daniel Elliott

  • Homéopathie mortelle, homéopathes gourous

    Le 05 novembre 2017

    Autre histoire épouvantable dans le même registre que celles du Dr Roche. Il y a une trentaine d'année, entre dans mon cabinet de rhumatologie un papa tenant sa fille de 9 ans dans ses bras. Je constate d'emblée un visage livide et une maigreur extrême. Ma fille a une polyarthrite juvénile, me dit le père, elle est suivie à Lille par un grand homéopathe, mais j'aimerais votre avis car les trajets pour Lille la fatiguent beaucoup...

    Je lui demande d'allonger sa fille sur la table d'examen et j'ai la surprise de constater que toutes les articulations des 4 membres sont complètement ankylosées en flexion hormis les coudes qui gardent environ 30° de flexion extension ! Mains, poignets, genoux, chevilles, pieds sont chauds rouges et gonflés, extrêmement douloureux à toute tentative de mobilisation.
    Je m'étonne auprès du père que son homéopathe ne l'ait pas fait hospitaliser.

    Il y a un an, elle était hospitalisée en rhumatologie pédiatrique, me dit-il, mais rendez vous compte, ils l'avaient mise sous cortisone à forte dose... J'en ai alors parlé à mon homéopathe qui m'a dit : il vont vous la tuer, sortez la de l’hôpital et amenez la moi... C'est ce que j'ai fait séance tenante. Quelques jours plus tard, nous étions ma fille et moi dans son cabinet. Ils sont nuls, stoppez immédiatement tous ces poisons m'a-t-il dit, et faite lui prendre ce traitement, je la reverrai tous les mois et dans un an, croyez moi, votre fille sera guérie !
    Un an après cette fillette entrait dans mon cabinet dans l'état décrit plus haut...
    Je prenais donc immédiatement contact avec un Professeur de rhumatologie pédiatrique à l'hôpital Necker à Paris. Elle a été hospitalisée le jour même. Elle y a reçu un traitement spécifique pour sa polyarthrite et au bout de quelque semaine son état général s'est amélioré.

    Elle a été envoyée ensuite dans un centre de rééducation afin d'essayer de récupérer le maximum possible de mobilité articulaire avant d'envisager la chirurgie, l'objectif étant de pouvoir la remettre debout...
    Au cours de cette rééducation, une nouvelle poussée de polyarthrite nécessita le retour à Necker.
    Hélas, pendant ce nouveau séjour à Necker, elle développa une coagulation intravasculaire disséminée gravissime. Elle mourut en quelques heures.

    Pour terminer, je dirai que bien des homéopathe sont de vrais gourous pour leurs patients, celui-ci en était un... En effet à l'issue de l'enterrement de la fillette, sa maman s'est approchée de moi et m'a seulement dit avant de me tourner le dos : "docteur, vous l'avez envoyée à Paris et votre professeur de rhumatologie, il me l'a tuée"... Que répondre dans pareille circonstance ?

    Ce souvenir n'a pas perdu son amertume depuis trente ans.

    Dr JY Château

  • Ne pas prendre vos patients pour des ânes

    Le 05 novembre 2017

    Si les nommés homéoptathes veulent être crédibles il faudrait commencer par avoir le courage d’informer leurs adeptes.

    1/ étiqueter leur produit en français et abandonner le latin.

    2/ Accepter, comme aux USA de bien notifier « ce produit ne contient aucun principe actif identifiable ».

    Il est probable qu’il sera plus difficile d’abuser les patients.
    Craie ou Sel de cuisine, n’en contenant pas est plus honnête que Calcarea Carnonicum ou Natrum Muriaticum 15CH est nettement moins mystérieux.

    C’est seulement une fois ces deux points actés qu'une discussion productive pourra se mettre en place en toute sérénité.

    Dr Jean-Luc Besnard

  • La mémoire de l'eau est prouvée scientifiquement !

    Le 05 novembre 2017

    A l'attention de Mme le Dr. Anne-Claire Moreau,

    Aucun argument sérieux dites-vous ?? L'homéopathie marche exactement comme le mémoire de l'eau.

    Et là, vous semblez totalement ignorer les travaux du Dr. Jacques Benvéniste, du prix Nobel Luc Montagnier, comme je l'ai déjà écrit plus haut qui est considéré et désigné honteusement comme étant un vieillard sénile parce qu'il n'est pas dans la pensée unique, et plus récemment les travaux de mon ami le Prof. Marc Henry de l'université de Strasbourg, connu sur le plan international, ou je vous engage vivement à visionner sa conférence de qualité scientifique ou il démontre qu'il existe bien des preuves scientifiques de la mémoire-information de l'eau et par la même occasion l'explication de de l'homéopathie. Voir la vidéo

    https://www.95degres.com/videos/03-11-2017-l-eau-et-l-information-pr-marc-henry

    Naturellement si vous souhaitez rester dans le camp de septiques, rien ne vous oblige de prendre en considération des travaux scientifiques qui vont à l'encontre d'idées préconçues.

    R. Haas.

  • Charlatan

    Le 05 novembre 2017

    Mr Haas,votre méconnaissance de la pratique scientifique est ahurissante. Une étude n'est valable que si elle peut être reproduite par une autre équipe, n'ayant aucun lien avec la première. Or personne au monde n'a pu refaire cette expérience sur cette prétendue mémoire de l'eau.
    Il faut que vous admettiez une fois pour toute que Benvéniste n'est qu'un charlatan.

    Dr Bruno Fourrier


  • Histoires de chasse

    Le 06 novembre 2017

    Halte au feu ! Des histoires de chasse en allopathie où sont impliqués les urgences, des internistes et même des professeurs j'en ai quelques unes sous le coude... le monde médical qu'il soit homéopathe ou allopathe est loin d’être parfait...

    Dr Bernard Lamy

  • Retour aux fondamentaux

    Le 07 novembre 2017

    Mesdames et Messieurs les cartésiens et homéopathes, un peu de calme s'il vous plait, et revenons aux fondamentaux.

    Que dit Descartes ? « Et les démonstrations* de tout ceci sont si certaines qu'encore que l'expérience nous semblerait faire voir le contraire, nous serions néanmoins obligés d'ajouter plus de foi à notre raison qu'à nos sens. René Descartes, Principes de la philosophie*(Issues de la pensée inspirée par Dieu). Pour résumer, Descartes est un adversaire de la médecine expérimentale.
    Lorsqu'une molécule diluée-dynamisée au-delà du nombre d'Avogadro entraîne une modification de la structure de l'eau objectivable en RMN, ce n'est pas une opinion, c'est un fait.
    Lorsque 2400 grenouilles réagissent à une dilution-dynamisation de thyroxine au-delà du nombre d'Avogadro dans une expérience en aveugle confirmée par trois autres «équipes dont celle d'un CHU français, c'est une preuve. "NON-MOLECULAR INFORMATION TRANSFER FROM THYROXINE TO FROGS
    By Means of Homoeopathic Preparation and Electronic Processing
    P.C. ENDLER1, W. PONGRATZ1, C.W. SMITH2, J. SCHULTE3, F. SENEKOWITSCH4, M. CITRO5
    1Ludwig Boltzman Institut für Homöopathie, Durerg.4, 8010 Graz, Austria
    2Department of Electric and Electronic Engineering, University of Salford, 827221 Salford, UK.
    3National Superconducting Cyclotron Laboratory, Michigan State University, East Lansing, USA
    4Institute of Bioinformatics, Graz, Austria
    5Research Institute Alberto Sorti (IDRAS), Turin, Italy

    Choeur des cartésiens; “une preuve? Où ça? Je ne vois rien”.

    Dr Jean-Jacques Perret

  • Pour les mêmes règles que les médicaments classiques

    Le 07 novembre 2017

    Effectivement, pas 2 poids, 2 mesures, les mêmes règles que les médicaments classiques. Que l'on soit pour ou contre, il faut de vraies études statistiquement probantes. C'est tout. La phytothérapie, les plantes sont à l'étude. Elles ont données le Taxol, la digitale etc. Mais j'estime que l'on a pas à rembourser des traitements qui n'ont pas été étudiés.

    Dr Marilyn Kalfa

  • Homéopathie...

    Le 11 novembre 2017

    Et à quand une comparaison entre : allopathie, homéopathie et acupuncture ?
    Je serais heureux de connaître l'opinion des experts (souvent auto-proclamés...)

    Dr Sylvain Scapa(ER)

  • Doigt dans l'engrenage

    Le 13 novembre 2017

    Ca ne sert à rien de s'énerver contre Haas (-been?), plus on est investi dans une croyance (ici la durée d'une pratique), plus il est difficile d'y renoncer: plus on insiste, plus on renforce sa croyance, et en prime, on le met en colère contre nous. On sait que l'homéopathie relève du placébo (vous croyez franchement que si une étude avait montré un effet supérieur au placébo, Boiron ne se serait pas hâté de la publier?), maintenant, il faut laisser parler les croyants, parce qu'ils voudront de toute façon avoir le dernier mot.

    Dr Romain Vetillard

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.