ASCO 2006. Intérêt de Glivec dans les GIST métastatiques réséquées en totalité

Les tumeurs stromales gastro-intestinales (ou GIST pour Gastro-Intestinal Stromal Tumors) sont rares (environ 900 nouveaux cas par an en France). Leur agressivité dépend de leur taille et du nombre de mitoses retrouvées à l’examen anatomopathologique. Un certain nombre de formes agressives vont rechuter après résection chirurgicale. Or, la prise en charge et le pronostic de ces rechutes ont été transformés depuis l’introduction de l’imatinib en 2001, traitement ciblé de l’anomalie moléculaire en cause à savoir, la mutation de l’oncogène, c-KIT, codant pour un récepteur tyrosine-kinase, KIT, présente dans environ 90 % des GIST.

On sait que plus de 80 % des patients ayant une GIST en rechute répondent très bien à l’imatinib. En revanche, on ne connaît pas précisément le devenir des GIST métastatiques sans maladie résiduelle  après résection chirurgicale hormis le fait que ces formes sont à très haut risque de rechute.

Les données préliminaires de l’étude BFR14 modifiée, présentées par le Dr Binh Bui au nom du Groupe Sarcome Français, apportent des éléments de réponse.
Sur les 265 patients inclus dans l’étude, 96 avec une forme métastatique complètement réséquée ont fait l’objet d’une analyse particulière. L’âge moyen des patients était de 61 ans. Dans 40 % des cas, le site primaire était gastrique et dans 42 % des cas, intestinal. Ces patients ont bénéficié d’une résection simultanée du site de dissémination (45 % des métastases étaient uniquement hépatiques, 15 % uniquement péritonéales et 22 % étaient présentes dans les deux sites).
La durée moyenne du traitement par imatinib , après la résection a été de 13 mois. L’analyse  préliminaire retrouve une survie moyenne sans progression de 25 mois (Intervalle de confiance à 95 % [IC95 %] entre 20,3 et 34,4 mois) et une survie globale à 2 ans de 80,7 % [IC95% entre 68,6 et 92,8 %]. Ce qui confirme non seulement le pronostic défavorable de ces GIST, mais aussi l’intérêt de l’imatinib dans les formes métastatiques réséquées de la même manière que pour les GIST métastatiques non réséquées. On ne connaît cependant pas encore la durée optimale du traitement, qui sera mieux précisée par les prochains résultats de cette étude.

Dr Dominique-Jean Bouilliez

Référence
Bui B et coll.: “Do patients with initially resected metastatic GIST benefit from 'adjuvant' imatinib (IM) treatment ? Results of the prospective BFR14 French Sarcoma Group randomized phase III trial”. Communication à la 42ème réunion annuelle de l’ASCO, 2-6 juin 2006, Atlanta (Etats-Unis)

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article