Imatinib 400 mg versus 800 mg : le GIMEMA s’interroge aussi

Le score de Sokal est un facteur pronostique pré-thérapeutique important dans la réponse à l’imatinib 400 mg/jour (IM 400) chez les patients atteints de leucémie myéloïde chronique phase chronique (LMC-PC) nouvellement diagnostiquée. Les données du bras IM 400 de l’essai IRIS (qui a comparé l’efficacité de l’imatinib à celle de l’interféron) ont en effet montré un taux de réponse cytogénétique complète (RCC) et de réponse moléculaire majeure (RMM) moindres en cas de score de Sokal élevé, avec un impact significatif sur la survie sans progression et sans événements. Les raisons en sont mal connues, en particulier on ne sait pas si le fonctionnement des pompes d’influx cellulaires de l’imatinib est particulièrement altéré chez les patients à score de Sokal élevé. Au total, de nombreuses raisons pour tester l’imatinib à forte dose dans cette catégorie de patients. D’où l’étude conduite par les italiens du GIMEMA, qui ont randomisé les patients en deux groupes de traitement : imatinib 400 mg versus 800 mg. L’objectif principal de ce travail était de montrer une différence en termes de RCC à 1 an.

Deux cents patients ont été inclus et tous ont un suivi minimum de 12 mois à l’heure actuelle.

En intention de traitement (ITT), les taux de RCC à 3, 6 et 12 mois sont respectivement de 20, 52 et 61 % dans le bras IM 400 et de 25, 52 et 64 % dans le bras IM 800.
Les taux de RMM à 3, 6 et 12 mois sur l’ensemble des patients sont respectivement de 6, 25 et 34 % dans le bras IM 400 et de 12, 31 et 40 % dans le bras IM 800.
Les taux de RMM à 3, 6 et 12 mois chez les patients en RCC sont respectivement de 23, 42 et 41 % dans le bras IM 400 et de 22, 51 et 62 % dans le bras IM 800.
Les taux de RMC sont de 15 % (IM 400) et 23 % (IM 800) chez les patients en RCC.
Aucune différence n’est statistiquement significative.

D’après les données rapportées au cours de cette communication, les événements indésirables semblent comparables dans les 2 bras. Cependant, la dose médiane administrée dans le bras IM 800 était de plus de 600 mg/j chez seulement 62 % des patients alors que 87 % des patients du bras IM 400 ont maintenu une dose entre 350 et 400 mg/j. A noter que la réponse semble être meilleure lorsque la posologie de 800 mg peut être supportée et maintenue. L’objectif principal de cet essai n’est pas atteint. Les italiens s’apprêtent à effectuer une méta analyse pour plus de puissance statistique… Mais sur quelle population ? Les patients à score de Sokal élevé de l’essai TOPS ? Ont-il par ailleurs déjà « embrayé » sur un essai du même type avec un inhibiteur de tyrosine kinase de 2e génération en première ligne ?

Dr Delphine Rea

Référence
Baccarani M et coll. : A prospective randomized study of imatinib 400 mg vs 800 mg as a frontline therapy in sokal high risk Ph-positive chronic myeloid leukaemia patients. Session : Chronic Myeloid Leukemia – Clinical 1. 13 th Congress of European Hematology Association (Copenhague) : 12-15 juin 2008.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article