Interféron gamma-1b et fibrose pulmonaire idiopathique : un espoir déçu

La fibrose pulmonaire idiopathique reste une maladie au pronostic redoutable (le décès survient 3 à 8 ans après le début des symptômes) d’autant qu’à ce jour, aucun traitement n’a démontré d’efficacité en dehors de la transplantation. De cause inconnue, cette forme de pneumopathie interstitielle serait une maladie fibroproliférative, caractérisée par un processus de réparation anormale dans lequel inflammation alvéolaire et processus immunitaires joueraient un rôle modéré. Ses propriétés antifibrosantes, antiprolifératives et immunostimulantes expliquent que l’interféron gamma-1b soit devenu une piste thérapeutique intéressante ; c’est ce qu’ont semblé souligner les résultats de 3 études de faible envergure, avec notamment une amélioration de la survie dans les stades précoces.

C’est pour confirmer ces données que l’essai INSPIRE (INternational study of Survival outcomes in idiopathic Pulmonary fibrosis with InteRfEron gamma-1b) a été mis en place (1,2). Principal critère d’évaluation : la survie globale des patients. Cette vaste étude internationale, multicentrique, en double aveugle versus placebo, a inclus 826 sujets âgés de 40 à 79 ans issus de 82 centres répartis entre les USA, le Canada et 7 pays Européens. Tous souffraient de fibrose avec atteinte légère à modérée de la fonction pulmonaire (capacité vitale entre 55 et 90 % de la normale, capacité de diffusion de l'oxyde de carbone ou DLCO entre 35 et 90 % de la normale), diagnostic réalisé dans les 48 mois précédents l’inclusion. Les patients ont été répartis de façon aléatoire en 2 sous-groupes, le 1er (n=551) recevant 200µg d’interféron gamma-1b, le 2ème (n=275) un placebo, le tout en injections sous-cutanées 3 fois par semaine.

L’étude a été arrêtée au terme d’une durée médiane de traitement de 64 semaines, l’analyse intermédiaire démontrant l’absence de bénéfice sur la mortalité de l’interféron gamma-1b comparé au placebo (80 décès dans le groupe interféron [15 %] et 35 dans le groupe placebo [13 % ; différence non significative]), et une survenue d’effets indésirables comparable dans les 2 groupes (en dehors de symptômes pseudo-grippaux plus fréquents dans le groupe interféron comme on pouvait s’y attendre). Aucune différence n’a non plus été constatée sur des critères de jugement secondaires cliniques comme la survie sans transplantation, la survie sans hospitalisation pour détérioration de l’état respiratoire, la dyspnée ou la distance parcourue en 6 minutes de marche. Il en a été de même pour tous les critères de jugement spirométriques et pour la survenue de diverses complications (décompensation respiratoire, pneumonie, événements thromboemboliques).

Ces résultats signent l’abandon du traitement par interféron gamma-1b des fibroses pulmonaires idiopathiques. Mais ils soulignent également la nécessité d’inscrire dès que possible les patients concernés sur la liste d’attente des greffes…tout comme celle de poursuivre les grands essais thérapeutiques.

Dr P B

Références
1- King TE et al. Effect of interferon gamma-1b on survival in patients with idiopathic pulmonary fibrosis (INSPIRE): a multicentre, randomised, placebo-controlled trial. Lancet. 2009 Jun 29. Publication avancée en ligne ; DOI:10.1016/S0140-6736(09)60551-1
2- Bouros D. Interferon gamma for idiopathic pulmonary fibrosis. Comment. Lancet. 2009 Jun 29. Publication avancée en ligne ; DOI:10.1016/S0140-6736(09)60689-9

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article