La prévention des thromboses veineuses en orbite de JUPITER

L’étude JUPITER (pour Justification for the Use of statins in Prevention : an Intervention Trial Evaluating Rosuvastatin) n’a pas fini de faire parler d’elle.

Rappelons que cet essai multicentrique international randomisé en double aveugle publié en novembre 2008 dans le New England Journal of Medicine a montré que, chez des sujets apparemment sains ayant un taux de LDL normal (inférieur à 1,30 g/L) et une CRP égale ou supérieure à 2 mg/L, une prévention primaire par 20 mg de rosuvastatine par jour, sur une durée médiane de 1,9 ans, réduisait de 44 % (p<0,00001) la fréquence de certains événements cardiovasculaires graves (infarctus du myocarde [IDM], accident vasculaire cérébral [AVC], revascularisation artérielle, hospitalisation pour angor instable ou décès de cause cardiovasculaire). 

Une diminution de 43 % des événements thromboemboliques veineux

Dans le cadre de JUPITER les effets de la rosuvastatine ont également été évalués sur la prévention des thromboses veineuses. Les 17 802 sujets inclus ont été suivis durant une durée médiane de 1,9 ans avec comme critère de jugement secondaire préspécifié la survenue d’une embolie pulmonaire (EP) ou d’une thrombose veineuse profonde symptomatique (TVP) prouvées par une technique d’imagerie. En intention de traiter, le taux d’événements thromboemboliques veineux (TVP + EP) dans le groupe rosuvastatine a été de 0,18 pour 100 patients années contre 0,32 dans le groupe placebo. Ceci équivaut à une diminution du risque d’événements thromboemboliques veineux de 43 % (intervalle de confiance à 95 % [IC95] entre -14 et - 63 % ; p=0,007). Dans le détail, l’incidence des TVP isolées était diminuée significativement de 55 % (IC 95 entre – 21 et – 75 % ; p=0,004) tandis que celle des EP n’était pas réduite significativement (- 23 % ; IC95 entre – 59 et + 45 % ; p=0,42, NS). Cet effet favorable sur le risque d’événements thromboemboliques veineux symptomatiques était significatif pour les thromboses provoquées par un cancer, un traumatisme, une hospitalisation ou une intervention chirurgicale  (- 48 % ; IC95 entre – 4 et – 72 % ; p=0,03) mais non pour les thromboses veineuses spontanées (- 39 % ; IC95 entre – 65 % et + 9 % ; p=0,09, NS).

Un mécanisme d’action indéterminé

Ce bénéfice lié à la prescription de rosuvastatine s’est révélé indépendant de la diminution du risque d’événements cardiovasculaires graves. Aucune différence significative de la fréquence des accidents hémorragiques n’a été constatée entre les groupes rosuvastatine et placebo. 

JUPITER démontre donc que les statines (en l’occurrence la rosuvastatine) réduisent de façon significative le risque de TVP en prévention primaire chez des sujets en bonne santé apparente. Il s’agit là d’un effet qui n’avait pas été prouvé jusqu’ici dans un essai de grande ampleur. Cette action favorable est de même ampleur que celle qui a été observée dans JUPITER pour les accidents vasculaires cérébraux et les infarctus du myocarde.

Il faut cependant souligner que les sujets sélectionnés pour JUPITER n’étaient pas nécessairement représentatifs de la population générale puisque si leur LDL-cholestérol était normal (moins de 1,30 g/L), leur C-réactive protéine devait être élevée (supérieure ou égale à 2 mg/L).

Les mécanismes par lesquelles une statine exercerait cet effet préventif des thromboses veineuses ne sont pas élucidés. Ils sont peut être indépendants de l’action hypolipémiante de ces molécules et diverses pistes biologiques doivent être explorées pour préciser leur mode d’action éventuel dans ce domaine.  

Avant de tirer des conclusions pratiques de cette étude, il faut sans doute attendre une confirmation de ces résultats par d’autres essais, portant sur des populations à haut risque de TVP et non sélectionnées sur leur taux de CRP.

Dr Céline Dupin

Référence
Glynn R et coll. : A randomized trial of rosuvastatin in the prevention of venous thromboembolism. N Engl J Med 2009; publication avancée en ligne le 29 mars 2009 (10.1056/NEJMoa0900241).

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • JUPITER et TVP

    Le 07 avril 2009

    TVP et EP sont des critères secondaires. Il est rapide et erroné d'écrire que la démonstration est faite, comme le suggère l'auteur.

    Michel Damagnez

  • La réponse de la rédaction

    Le 07 avril 2009

    Si TVP et EP étaient bien des critères secondaires de jugement de JUPITER, il s’agissait bien de critères pré-spécifiés et non d’une analyse post-hoc. Nous n’avons pas écrit que la démonstration de l’intérêt des statines dans cette indication était faite puisque nous avons insisté sur le fait que les patients sélectionnés n’étaient pas représentatifs de la population générale (CRP élevée) et que de nouvelles études, portant sur des sujets «à haut risque et non sélectionnés sur leur taux de CRP» seraient nécessaires pour conclure.

Réagir à cet article