L’adalimumab est aussi efficace sur l’atteinte unguéale du psoriasis

Le psoriasis unguéal n’est pas rare, particulièrement chez les patients atteints de formes modérées à sévères de psoriasis et ceux qui ont un rhumatisme psoriasique associé. Peu d’essais cliniques contre placebo ont été réalisés pour évaluer l’efficacité spécifique des traitements du psoriasis sur le psoriasis des ongles. Les traitements topiques sont souvent peu efficaces, mais qu’en est-il des biothérapies ?

Les résultats d’un essai de phase 3 viennent d’être publiés. Cet essai évaluait la sécurité d’emploi et l’efficacité de l’adalimumab pour des patients atteints de psoriasis modéré à sévère et un psoriasis unguéal modéré à sévère. Au total 217 patients ont été randomisés, pour recevoir un placebo (n = 108) ou l’adalimumab (n = 109) à la dose de 40 mg toutes les 2 semaines. L’objectif primaire était une amélioration d’au moins 75 % de l’indice de sévérité après 26 semaines de traitement.

Amélioration dans plus de la moitié des cas

L’adalimumab fait preuve d’une efficacité significative, puisqu’à 26 semaines de traitement l’objectif principal est atteint pour 46,6 % des patients recevant ce traitement, alors que ce n’est le cas que pour 3,4 % seulement des patients sous placebo. Les objectifs secondaires sont aussi plus souvent remplis chez les patients sous adalimumab. Une amélioration du psoriasis unguéal est constatée chez 56,2 % des patients sous adalimumab vs 11,5 % des patients sous placebo et 6,6 % vs 0 % obtiennent une disparition totale de leur atteinte unguéale. L’amélioration de la douleur, une réduction de l’invalidité, ou encore une amélioration du psoriasis du cuir chevelu sont plus souvent observées dans le groupe sous adalimumab que dans celui sous placebo. Les auteurs précisent que dès 16 semaines, les différences sont manifestes entre le groupe sous biothérapie et celui sous placebo, sauf en ce qui concerne le pourcentage de patients ayant obtenu une disparition complète de leur psoriasis unguéal, ce qui paraît normal dans un délai aussi court.

De nombreux effets indésirables

Les effets indésirables sont toutefois plus nombreux dans le groupe adalimumab (7,3 % vs 4,6 %). Il s’agit principalement d’insuffisance cardiaque congestive, de perforation de diverticule, de crise hypertensive ou encore de dépression sévère. Le taux d’infections sévères est de 3,7 % vs 1,9 % ; elles comprennent des endocardites, prostatites, érysipèles, diverticulites ou encore des bronchite. Notons qu’il n’est survenue aucune infection tuberculeuse, aucune pathologie maligne ni infection opportuniste ou décès.

Enfin les patients avaient tous une atteinte de la surface corporelle d’au moins 5 % (contre 10 % dans la plupart des autres essais cliniques consacrés à la biothérapie du psoriasis).

Dr Roseline Péluchon

Références
Elewski BEet coll. : Adalimumab for nail psoriasis: Efficacy and safety from the first 26 weeks of a phase 3, randomized, placebo-controlled trial.
J Am Acad Dermatol., 2018; 78 : 90-99.e1

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article