Le prépuce au secours de la peau

Bien que la prévalence des ulcères de jambe soit variable selon les études (de 0,1 à 2 % dans les pays à revenus élevés), leurs conséquences socio-économiques sont toujours importantes. La plupart de ces plaies sont d’origine vasculaire, les ulcères veineux représentant 60 % d’entre eux. Parfois l’évolution est chronique, pouvant excéder 2 ans, et pour les patients concernés, il paraît souhaitable de mettre au point de nouveaux traitements susceptibles d’accélérer la guérison, la compression et les soins classiques étant à l’évidence insuffisants.

Parmi les nouvelles approches possibles, différents substituts de peau, produits par ingénierie ou issus de thérapies cellulaires (tels que Apligraf, Dermagraft ou Epidex), sont déjà disponibles dans certains pays et utilisés dans le traitement des plaies chroniques. Bien que se situant dans ce cadre, la technique proposée par R Krisner et coll. à Miami est quelque peu différente.

Cette thérapie cellulaire repose sur des kératinocytes et fibroblastes en croissance arrêtée (par irradiation 80 Gy) en provenance de prépuces de nouveau-nés (HP802-247). Elles sont délivrées sur la plaie par un spray. Les études in vitro en montré que ces cellules, assemblées dans une matrice de fibrine, et les facteurs qu’elles produisent (facteurs de croissance, Granulocyte macrophage colony stimulating factor) participent à la cicatrisation.

Elle a été évaluée dans un essai de phase 2 qui a inclus à partir de 28 centres aux USA et Canada,  228 patients porteurs de 1 à 3 ulcères dont l’un mesurant au moins 2 à 12 cm2 et évoluant depuis 6 à 104 semaines. Cinq groupes ont été constitués, de manière randomisée et en double aveugle,  pour juger des effets de deux concentrations différentes de cellules délivrées soit tous les 7 jours soit tous les 14 jours, par rapport à ceux du véhicule seul. Tous les patients ont bénéficié de bandes de compressions. Deux cent cinq patients se sont rendus à toutes les consultations de suivi.

En intention de traiter, une réduction significative de la surface moyenne de la plaie a été constatée dans les groupes recevant le traitement actif. Ainsi à 12 semaines, dans le groupe  traité par 0,5 x 106 cellules par mL tous les 14 jours (schéma qui est apparu optimal), 70 % (32/46) des plaies étaient fermées contre 46 % (23/50) dans le groupe contrôle ; la diminution  moyenne de la surface de l’ulcère dans ce même groupe de traitement actif était de 91 % (DS 21 %) vs 80 % avec le véhicule (DS 30 %), soit 16 % environ d’amélioration relative ; intervalle de confiance à 95 % : 5,56 à 26,41 %, p = 0,0028). Le niveau de diminution de la douleur était à peu près comparable dans tous les groupes, de même que l’incidence et la sévérité des effets secondaires.

Ces résultats suggèrent donc l’intérêt de cette technique dans le traitement des ulcères de jambe et sans doute dans d’autres types de plaies chroniques. Mais une meilleure connaissance des mécanismes d’action permettrait seule d’élargir le champ des indications. Quoi qu’il en soit cet essai bien mené est l’un des rares à avoir authentifié l’efficacité significative, bien que somme toute limitée, d’une thérapie cellulaire. D’autres études de ce type sont attendues pour tester les méthodes de même nature ainsi que les produits d’ingénierie, en dépit de leur coût souvent élevé mais qui pourrait ne pas être supérieur à celui de traitements classiques au long cours.

Dr Marie-Line Barbet

Référence
Kirsner RS et coll. : Spray-applied cell therapy with human allogeneic fibroblasts and keratinocytes for the treatment of chronic venous leg ulcers : a phase 2, multicentre, double-blind, randomised, placebo-controlled trial.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article