L’huile de poisson ne peut rien contre les arythmies ventriculaires

La mort subite est volontiers la manifestation inaugurale d’une maladie coronaire silencieuse. Elle est en tout cas à l’origine d’environ 50 % des décès d’origine cardiovasculaire dans les pays occidentaux et, le plus souvent, elle est causée par une arythmie ventriculaire. La consommation d’acides gras polyinsaturés à longue ou très longue chaîne (oméga-3 PUFA) présents dans l’huile de poisson est, pour sa part, associée à une diminution de la mortalité cardiovasculaire. Les études d’observation qui ont établi cette association concernent surtout les complications cardiaques létales et, non les autres évènements cardiovasculaires, par exemple, les troubles du rythme ventriculaire récidivants.

Un essai européen multicentrique randomisé, mené à double insu contre placebo, en l’occurrence l’étude SOFA (Study on Omega-3 fatty acids) a inclus 546 malades porteurs d’un défibrillateur implantable, du fait de troubles du rythme ventriculaire documentés et potentiellement létaux, qu’il s’agisse d’une tachycardie ou d’une fibrillation. La période d’inclusion s’étale entre octobre 2003 et août 2004. Dans le groupe traité, l’huile de poisson a été administrée à la dose quotidienne de 2 grammes, pendant une durée médiane de 356 jours (extrêmes, 14-379 jours).

Les évènements primaires (mort subite, nécessité d’une intervention pour arythmie ventriculaire) sont survenus avec une fréquence comparable dans les 2 groupes, soit 30 % dans le groupe traité versus 33 % dans le groupe placebo (risque relatif, RR, 0,86, p=0,33). Les analyses de sous-groupes n’ont pas abouti à des résultats plus probants : le RR correspondant est en effet de 0,91 en cas d’antécédents de trouble du rythme dans l’année qui a précédé et de 0,76 en cas d’infarctus du myocarde ancien. 
L’effet cardioprotecteur de l’huile de poisson ne semble pas s’étendre aux malades porteurs d’un défibrillateur implantable et l’échec concerne aussi bien la prévention de la mort subite que celle des troubles du rythme ventriculaire.

Dr John Sorri

Référence
Brouwer IA et coll. : “Effect of fish oil on ventricular tachyarrythmia and death in patients with implantable cardioverter defibrillators.” JAMA 2006; 295: 2613-2619.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article