Otite et antibiotiques : faut-il attendre ?

L’otite moyenne aiguë (OMA) est la cause la plus fréquente de prescriptions d’antibiotiques (AB) en pédiatrie. Le taux d’utilisation au cours des OMA varie de 80 % à 85 % aux USA et en Angleterre à 64 % aux Pays-Bas ce qui induit des résistances des pneumocoques et Haemophilus influenzae non typables. Dans plusieurs pays, des recommandations ont été édictées pour restreindre l’utilisation des AB au cours des OMA. Des auteurs israéliens ont évalué rétrospectivement l’impact de cette politique. Les recommandations comportaient un traitement local et général analgésique systématique mais pas d’antibiotiques d’emblée sauf pour les enfants de moins de 6 mois et les cas avec tableau clinique sévère, otite récidivante, déficit immunitaire, anomalies faciales ou si persistance des symptômes après 48 à 72 h. Cette stratégie est basée sur le fait que 80 % des otites guérissent spontanément et que les AB n’apportent qu’un bénéfice modéré.
De 1997 à 2007, les données informatiques de l’un des systèmes d’assurance ont été revues, concernant les enfants de 6 mois à 5 ans, avec un diagnostic de 1ère otite, sans intervention pour otite récidivante et pas de prise d’AB précédant le diagnostic. La consommation d’AB, amoxicilline dans 75 % à 85 % des cas, a été évaluée à partir des données informatiques de délivrance des médicaments.
L’étude a porté sur une population variant de 154 961 enfants en 2002 à 158 971 en 2007. Entre 2002 et 2004, la fréquence des traitements AB initiaux pour la 1ère otite documentée, dans les 3 jours suivant le diagnostic, est passée de 53 % des cas à 61 % pour les enfants de 6 mois et 1 an, de 56 % à 63 % entre 1 et 2 ans et 51 % à 56 % de 2 à 5 ans (p<0,001). Entre 2004 et 2007, dans les mêmes tranches d’âge, la fréquence de ces traitements a baissé de 61 % à 54 %, de 63 % à 54 % et de 56 % à 47 % respectivement (p<0,001). La proportion d’enfants traités exclusivement par analgésiques et topiques a augmenté entre 2004 et 2007 de 5 % à 9 %, de 4 % à 8 % et 8% à 14 % par tranche d’âge (p<0,001).
En conclusion, la mise en œuvre de directives pour retarder le traitement par AB a entraîné une réduction significative de leur consommation chez les enfants entre 6 mois et 5 ans, inversant la tendance antérieure.

Pr Jean-Jacques Baudon

Référence
Grossman Z et coll. : Implementing the delayed antibiotic therapy approach significantly reduced antibiotics consumption in Israeli children with first documented acute otitis media. Pediatr Infect Dis J 2010;29:595-99.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article