Quelques lumières sur le traitement des hépatites chroniques B

On dispose aujourd'hui de 5 traitements pour les hépatites chroniques B (HCB) : deux interférons, l'interféron alpha-2b, l'interféron alpha-2a pégylé (peginterféron) et 3 antiviraux, la lamivudine, l'adéfovir et l'entécavir. Cependant, si tous ces médicaments donnent des résultats significatifs à un an, dans la plupart des cas le bénéfice ne se maintient pas à l'arrêt du traitement.

Il était donc intéressant de comparer deux monothérapies à une association thérapeutique.
Huit cent quatorze patients présentant une HCB HBeAg positive ont été randomisés en double aveugle en 3 groupes : monothérapie par peginterféron injectable une fois par semaine, monothérapie par lamivudine 100 mg/j par voie orale ou association des deux. Le traitement a duré 48 semaines suivi d'une période de 24 semaines de surveillance.

Vingt-quatre semaines après l'arrêt du traitement, le taux de séroconversion pour l'HBeAg était de 32 % avec la monothérapie par peginterféron, de 27 % avec l'association et de 19 % avec la lamivudine seule (p<0,001 pour la comparaison peginterféron/lamivudine). Les résultats sont allés dans le même sens pour la réponse virologique avec, toujours 24 semaines après l'arrêt du traitement, 32 % de sujets ayant des charges virales inférieures à 100 000/ml dans le groupe peginterféron seul, 34 % avec l'association et 22 % avec la lamivudine en monothérapie (p=0,01 pour la comparaison peginterféron/lamivudine).
A cette même échéance, une séroconversion pour l'HBsAg a été un événement rare qui n'a été observé que dans les groupes peginterféron (16 cas contre 0 sous lamivudine seule).

Des effets secondaires graves ont été constatés dans 4 % des cas avec le peginterféron seul, 6 % des observations avec l'association et 2 % des dossiers avec la lamivudine en monothérapie.

En pratique, sur ces bases on peut affirmer que le peginterféron a une efficacité supérieure à la lamivudine dans les hépatites B chroniques HBeAg positive. Cette efficacité est cependant loin d'être optimale et ne se maintient que très imparfaitement 6 mois après l'arrêt du traitement.

Ceci implique de conduire de nouveaux essais cliniques avec d'autres associations thérapeutiques ou d'autres schémas d'administration du peginterféron.

Dr Nicolas Chabert


Lau G et coll. : « Peginterferon alpha-2a, lamivudine, and the combinaison for HBeAg-positive chronic hepatitis B. » N Engl J Med 2005; 352: 2682-95. © Copyright 2005 http://www.jim.fr

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article