SEP agressive : taper fort pour améliorer le pronostic à 3 ans

Les SEPologues sont devenus des thérapeutes hyperactifs. Le diagnostic de SEP peut être effectué un mois après la première poussée et le traitement par interféron débuté rapidement si la charge lésionnelle observée sur l’IRM est significative. En cas de progression du handicap ou de nouvelles poussées sous interféron (IFN), deux attitudes peuvent être envisagées : natalizumab ou immunosuppresseurs. L’efficacité de la première approche a été démontrée grâce à des études de classe I alors que les données sur l’utilisation des immunosuppresseurs sont moins solides car reposent sur des petites séries ou l’expérience de leaders de la discipline.

Parmi les immunosuppresseurs, la mitoxantrone (MTX) a une place à part en raison de l’efficacité spectaculaire à court terme qui a été malheureusement contrebalancée par une toxicité non négligeable. Les effets indésirables à type de leucémie et de myocardiopathie,  déjà bien connus des cancérologues, n’ont pas épargné les patients SEP et ont limité son utilisation. L’équipe de Gilles Edan (Rennes) a été une des premières à proposer la MTX et à définir les procédures d’administration et de surveillance du traitement. A l’AAN, ont été communiqués les résultats d’une étude multicentrique comparant l’efficacité et la tolérance d’un traitement inducteur par MTX suivi d’un traitement d’entretien par IFNβ  à celles d’un traitement par IFNβ  seul. Le traitement inducteur comprenait une injection de 20 mg de MTX associée à une perfusion de 1g de méthylprednisolone par mois pendant 6 mois tandis que le groupe interféron seul était traité pendant cette période par le même traitement corticoïdes pendant 6 mois associé au traitement par IFNß.

Deux groupes d’une cinquantaine de patients âgés de 32 ans en  moyenne atteints d’une SEP évoluant depuis environ 6 ans ont été inclus dans cette étude multicentrique. Ces patients avaient eu en moyenne 2,7-2,8 poussées dans l’année précédente. L’évaluation à 3 mois montrait une réduction de 65 % du nombre de poussées sous MTX. Ce bénéfice se maintenait à 3 ans puisque 53 % des patients étaient libres de poussées alors que  seulement 26 % des patients sous IFN seul n’avaient pas eu de nouvelles poussées. Les patients ont bénéficié d’une surveillance échocardiographique et il n’a pas été noté d’effets indésirables significatifs. Cette étude souffre de quelques limites méthodologiques mais risque d’imposer la notion de traitement d’induction dans la SEP, stratégie à l’opposé de l’attitude attentiste qui a longtemps prévalu. Décidément, les temps changent vraiment en Neurologie…

Dr Christian Geny

Références
Lepage E et coll. : Comparison of two strategies therapies in Agressive Relapsing remitting Multiple sclerosis. American Academy of Neurology 60th annual meeting (Chicago) : 12-19 avril 2008.


Copyright © Len medical

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article