Un pas en avant dans le traitement du glioblastome

Le glioblastome, qui est la tumeur cérébrale maligne la plus fréquente, est grevé d'un pronostic effroyable. On estime en effet que la survie médiane est de un an avec les traitements actuels.

La prise en charge de ces tumeurs comporte généralement une chirurgie de réduction tumorale lorsqu'elle est techniquement possible et une radiothérapie. Certains cancérologues proposent également une chimiothérapie adjuvante par nirtroso-urée sans que les bénéfices tirés de ce traitement complémentaire aient été démontrés formellement.

Un groupe multicentrique regroupant équipes canadiennes et européennes a donc entrepris une vaste étude internationale pour évaluer l'intérêt d'une chimiothérapie par temozolomide associée à la radiothérapie. La temozolomide est un agent alkylant actif per os qui a démontré son activité anti-tumorale dans les récidives de gliome.

Cinq cent soixante treize malades souffrant d'un glioblastome prouvé histologiquement ont été randomisés entre une radiothérapie isolée (60 Gy sur 6 semaines) et une radio-chimiothérapie comportant, en plus de l'irradiation, 75 mg de temozolomide par m2 /j pendant les 6 semaines de radiothérapie suivis de six cycles de 5 jours de temozolomide (150 à 200 mg/m2) tous les 28 jours.

Compte tenu des critères d'exclusion, ces patients avaient un meilleur pronostic que la moyenne des glioblastomes (âge moyen 56 ans, intervention de réduction tumorale possible dans 84 % des cas, relativement bon état général).

Avec un suivi médian de 28 mois, la survie médiane a été améliorée de 2,5 mois (12,1 mois avec la radiothérapie seule contre 14,6 mois avec le traitement combiné). La durée médiane de la survie sans récidive est passée de 5 mois avec la radiothérapie à 6,9 mois avec la radio-chimiothérapie. Plus important peut-être, à deux ans, la survie a été de 26,5 % sous traitement combiné contre 10,4 % sous radiothérapie seule et la survie sans récidive de 1,5 % sous radiothérapie contre 10,7 % avec la radio-chimiothérapie.

La tolérance du traitement a été jugée satisfaisante avec des effets secondaires hématologiques de grade 3 ou 4 chez 7 % des patients seulement.

Pour les auteurs comme pour l'éditorialiste du New England Journal of Medicine, à la lumière de ces résultats il paraît raisonnable d'adopter ce protocole thérapeutique chez tous les malades atteints de glioblastome. On peut toutefois émettre une réserve sur une administration systématique de la temozolomide en relevant le fait que les malades les plus graves de cette étude (ceux qui n'avaient pu bénéficier d'une chirurgie de réduction tumorale et ceux dont l'état général était dégradé) n'ont pas eu d'amélioration significative de leur survie avec ce traitement.

Dr Céline Dupin


Stupp R et coll. : « Radiotherapy plus concomitant and adjuvant temozolomide for glioblastoma. » N Engl J Med 2005 ; 352 : 987-96.

DeAngelis L. : "Chemotherapy for brain tumors. A new beginning." N Engl J Med 2005 ; 352 : 1036-1038. © Copyright 2005 http://www.jim.fr

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article