Une nouvelle piste thérapeutique dans la rectocolite hémorragique

La rectocolite hémorragique (RCH) reste une affection inflammatoire digestive difficile à traiter, aussi plusieurs approches originales sont actuellement l'objet d'essais cliniques.

L'inhibition la plus spécifique possible de la migration des leucocytes dans les lésions intestinales est l'une d'entre elles.
C'est dans ce cadre qu'a été élaboré un anticorps monoclonal humanisé dirigé contre une molécule d'adhésion, l'alpha4bêta7 intégrine. Ce nouveau produit, le MLN02, a été testé chez 181 patients souffrant de RCH dans le cadre d'une étude randomisée en double aveugle. Deux posologies de MLN02 (0,5 mg/kg et 2 mg/kg) administrées par voie intraveineuse à J 1 et J 29 ont été comparées à un placebo.

A 6 semaines, le taux de rémission clinique a été plus important sous traitement actif (33 % à faibles doses et 32 % à fortes doses) que sous placebo (14 %). Les taux de rémission endoscopique ont également été meilleurs sous MLN02 (28 % sous faibles doses et 12 % sous fortes doses) que sous placebo (8 %). Il faut noter également que 24 % des sujets sous MLN02 ont développé des taux d'anticorps anti-MLN02 supérieurs à 1/125 et que chez ces malades, le taux de rémission clinique était équivalent à celui des patients sous placebo.

Sur cette brève durée de traitement aucune différence significative n'a été constatée entre malades traités et sujets sous placebo pour ce qui est des effets secondaires.

L'utilisation de ce type d'anticorps monoclonal humanisé dirigé contre une molécule d'adhésion est donc une piste à explorer dans la RCH probablement en utilisant les doses les plus faibles testées dans cet essai.

Il faut cependant souligner que rien ne démontre pour l'instant que ces anticorps puissent être supérieurs aux traitements classiques de la maladie, qu'apparemment un quart des patients échappent au traitement à très court terme et surtout que l'innocuité de ce type de stratégies est loin d'être acquise.

La récente expérience du natalizumab, un anticorps monoclonal anti-alpha-4 intégrine utilisé dans la sclérose en plaques, dont les essais ont été interrompus brutalement en raison de l'apparition de 3 cas de leucoencéphalopathies multifocales progressives, incite à la plus extrême prudence.

Dr Céline Dupin


Feagan B et coll. : " Treatment of ulcerative colitis with a humanized antibody to the alpha4bêta7 integrin." N Engl J Med., 2005 ; 352 : 2499-507. © Copyright 2005 http://www.jim.fr

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article