Antibiothérapie dans la lombalgie chronique, cela ne va pas de soi !

Entre 40 % et 50 % des patients souffrant de lombalgies non spécifiques présentent des modifications des plateaux vertébraux, associées à une dégénérescence discale. En 1988, Modic et al. proposaient une classification de ces modifications, en 3 types : Modic 1, correspondant à un œdème, Modic 2, à une involution graisseuse, Modic 3 à une ostéosclérose (plus rare). L’hypothèse a été émise d’une atteinte infectieuse du disque, responsable de ces modifications, et causée par Cutibacterium acnes (ou Propionibacterium acnes), bactérie commensale commune de la peau et anaérobie Gram positif. La porte d’entrée de la bactérie serait la voie sanguine, favorisée par l’inflammation au niveau d’une hernie discale.

Trois mois d’amoxicilline

L’on peut s’interroger dès lors sur l’intérêt d’une antibiothérapie pour la prise en charge de ces douleurs chroniques. C’est la raison pour laquelle une équipe norvégienne a réalisé un essai multicentrique en double aveugle contre placebo. L’objectif était de comparer l’effet d’un traitement antibiotique et celui du placebo sur des lombalgies chroniques survenant après une hernie discale, chez des patients présentant des modifications des plateaux vertébraux type Modic 1 (n = 118) ou 2 (n = 62). Les patients recevaient pendant 3 mois un traitement par voie orale d’amoxicilline à la dose de 750 mg 3 fois par jour, ou un placebo. Le critère principal était le score au questionnaire d’incapacité Roland-Morris après 1 an de suivi. La différence entre les scores devait être au moins égale à 4 pour attester d’une efficacité clinique.

Sans bénéfice clinique notable

Les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes, puisque l’analyse sur l’ensemble de la cohorte montre une différence du score de Roland-Morris de seulement - 1,6 points en moyenne en faveur du groupe traité par antibiotique (intervalle de confiance à 95 % -3,1 à 0,0). L’on ne peut toutefois exclure un effet bénéfique pour certains patients : l’analyse en sous-groupe montre une différence moyenne de – 2,3 (- 4,2 à – 0,4) pour certains patients Mobic 1, en faveur de l’antibiothérapie, l’intervalle de confiance dépassant donc très légèrement le seuil de significativité clinique préalablement fixé. Mais l’analyse des critères secondaires ne montre pas de différence clinique significative entre les 2 groupes. Notons des effets indésirables plus nombreux dans le groupe traité par amoxiciline, dont 56 % des personnes ont rapporté au moins 1 effet indésirable contre 34 % dans le groupe placebo.

Pour les auteurs, les effets indésirables de l’antibiothérapie et le trop faible bénéfice clinique constatés au cours de cette étude ne permettent pas de recommander un traitement antibiotique pour ces patients aux antécédents de hernie discale, souffrant de lombalgie commune chronique avec modifications des plateaux vertébraux.

Dr Roseline Péluchon

Références
Haugli Bråten L C et coll. : Efficacy of antibiotic treatment in patients with chronic low back pain and Modic changes (the AIM study): double blind, randomised, placebo controlled, multicentre trial BMJ 2019; 367: l5654.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Antibiotique à charge positive ? Poids moléculaire ?

    Le 21 octobre 2019

    Encore faudrait-il choisir la bonne molécule :
    https://link.springer.com/article/10.1007/s00586-018-5838-z

    Dr Johannes Hambura

Réagir à cet article