Antibiothérapie pour infections respiratoires hautes, quel âge a le médecin ?

Malgré des recommandations sans ambiguïté, les antibiotiques continuent à être fréquemment prescrits pour les infections aiguës, non-bactériennes, des voies respiratoires supérieures (IRS). Les raisons en sont multiples : sont évoquées pêle-mêle, la pression des patients de pair avec des consultations à rallonge, la peur des complications ou les différences dans la formation des médecins.

Réduire les prescriptions inappropriées d’antibiotiques dans les IRS impliquant une meilleure compréhension des facteurs médicaux, des auteurs canadiens ont ainsi regardé la prévalence de la prescription d'antibiotiques au cours des IRS chez les sujets âgés, selon différentes caractéristiques médicales. L’analyse est rétrospective et concerne la période de janvier à décembre 2012, en Ontario, Canada.

Les patients inclus sont âgés de 66 ans et plus et sont atteints d’une infection non bactérienne des voies aériennes supérieures. Les malades atteints de cancer ou d'immunosuppression et les résidents des maisons de soins de longue durée ont été exclus de l’étude.

Un modèle de régression logistique multivariée a été utilisé pour examiner si les taux de prescription varient indépendamment en fonction de caractéristiques « médecin ». Les variables suivantes ont été examinées : sexe ; nombre d’années écoulées depuis  l'obtention du diplôme (début de carrière [< 11 ans], milieu de carrière [de 11 à 24 ans], ou fin de carrière [≥ 25 ans]) ; modèle de rémunération et d’exercice ; affiliation à un hôpital ; statut de l'emploi (temps partiel [< 150 jours travaillés/an] vs. temps plein) ;  volume de la patientèle (nombre médian de patients vus en consultation par jour en 2012) ; et lieu des études médicales (défini comme domestique si le médecin a été diplômé au Canada ou aux États-Unis [qui ont un cadre d'accréditation commun] ou sinon, international).

Consultations chargées et médecin « plus tout jeune » favoriseraient une prescription plus large

La cohorte comprend 185 014 patients, âgés en moyenne de 74,6 ans, souffrant d’une IRS  (rhume pour 53,4 %, bronchite aiguë pour 31,3 %,sinusite aiguë [13,6 %] et  laryngite aiguë [1,6 %]) et 8 990 médecins généralistes. Quarante-six pour cent des patients ont une ordonnance comportant des antibiotiques. La plupart des antibiotiques prescrits sont des agents à large spectre (69,9 %). Les patients avec une prescription d'antibiotiques sont plus souvent atteints de bronchite aiguë (45,3 % contre 19,3 %) ou de sinusite (17,1 % contre 10,6 %). Les autres caractéristiques « patients » (y compris l'âge et les comorbidités associées) sont similaires entre les groupes.

L’analyse en régression montre que les patients sont plus susceptibles de se voir prescrire des antibiotiques :

(1) si leur médecin est en milieu ou en fin de carrière par rapport aux patients de médecins en début de carrière (écart de  5,1 et de 4,6 points de pourcentage, respectivement),
(2) si leur médecin a été formé à l'extérieur du Canada ou des États-Unis (3,6 points de pourcentage),
(3)  si leur médecin voit en consultation de 25 à 44 patients par jour ou plus de 45 patients par jour par comparaison au médecin voyant en consultation moins de 25 patients par jour (3,1 et 4,1 points de pourcentage, respectivement).

Ces 3 résultats restent significatifs si l’on considère uniquement les cas de rhumes et de laryngite.

Une des limitations réside dans le design de l’étude qui fait que la justification médicale de la prescription reste inconnue.

Dr Béatrice Jourdain

Référence
Silverman M et coll. : Antibiotic Prescribing for Nonbacterial Acute Upper Respiratory Infections in Elderly Persons. Ann Intern Med., 2017; 166 : 765-774.doi:10.7326/M16-1131

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article