En 10 ans, l’habileté motrice des enfants de 7 à 8 ans a diminué…mais pas partout !

De nombreuses études menées dans le monde entier soulignent, par rapport à quelques décennies en arrière, une diminution progressive de la condition physique chez les enfants et les adolescents. La plupart du temps, c’est un manque global d’activité physique et sportive qui est incriminé.

La majorité de ces travaux compare les résultats obtenus une année N et l’année N + 10 (par exemple). Cette méthode, toutefois, ne tient pas compte de la variabilité interindividuelle pouvant être liée à des différences environnementales, économiques ou culturelles.

Des chercheurs de l’université de Heidelberg (Allemagne) ont voulu confirmer la diminution des habiletés motrices et de la forme physique chez les enfants, en recourant à un modèle de régression bayésien (qui permet de déterminer, par exemple, l’évolution d’un paramètre en associant des données déjà connues et des nouvelles).

Au total, 35 388 élèves âgés de 7 à 8 ans ont été recrutés dans 52 villes d’Allemagne entre 2000 et 2012. Le test utilisé est le « Körperkoordinationstest für Kinder », qui comporte une course de 6 min (6MRT), et quatre épreuves : marcher en arrière sur trois poutres (longueur 3 m, largeur 3 à 6 cm) (WB), sauter en hauteur (saut sur une jambe sur des blocs de mousse de 5 cm d’épaisseur) (HH), sauter sur le côté (le plus possible de sauts par-dessus une petite poutre en moins de 15 sec.) (JS) et se déplacer latéralement (distance maximale sur deux planches de bois en 20 sec.) (MS).

Cela dépend des villes…et de leurs équipements

Ont été inclus 35 018 élèves, dont 49,1 % de filles, 7,9 % en surpoids et 6,2 % obèses (indice de masse corporelle supérieur aux 90e et 97e percentiles respectivement). Aucune différence n’a été observée pour le test de course de 6 min. En revanche, il y avait une baisse significative des résultats pour les scores des 4 épreuves : WB (- 0,020), HH (- 0,054), JS (-0,028) et MS (-0,088).

Elle était plus marquée chez les élèves en surpoids ou obèses. La diminution variait également en fonction des villes, dans certaines desquelles les résultats étaient meilleurs (plus d’équipement sportif, meilleure accessibilité, plus de clubs sportifs, etc.). Ce qui montre l’importance du facteur environnemental dans le développement des habiletés motrices.

Comme les auteurs ne constatent pas une baisse des inscriptions en club sportif durant la période de l’enquête, ils avancent que leurs résultats pourraient être liés à une augmentation de la sédentarité et une diminution de l’activité physique non encadrée.

Un constat qui pose, une fois de plus, la question de l’égalité de l’accès de chaque jeune enfant à une pratique physique régulière.

Dr Patrick Laure

Référence
Koeppel M, Eckert K et coll. : Trends in gross body coordination and cardiorespiratory fitness-a hierarchical Bayesian Analysis of 35,000 2nd Graders. Scand J Med Sci Sports. 2022 Jun;32(6):1026–1040.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article