Il est bon d’avoir pris une statine avant le SCA !

On connait mal l’impact de la prise de statines sur le risque de survenue d’une maladie cardiovasculaire (CV) athéromateuse et de sa complication majeure, à savoir l’insuffisance cardiaque aiguë.

C’est cette incertitude qui a conduit Bugiardini et coll. à tenter de déterminer, chez des patients hospitalisés pour un syndrome coronaire aigu (SCA) révélateur d’une maladie CV athéromateuse, si un traitement par statine institué antérieurement au SCA réduisait la fréquence de l’insuffisance cardiaque aiguë et en améliorait le pronostic.

L’étude a été menée à partir des données de l’enquête internationale conduite sur les SCA (International Survey of Acute Coronary Syndromes Archives). Elle a ainsi porté sur 14 542 patients blancs hospitalisés pour un SCA révélateur de la maladie coronaire. Certains avaient pris une statine avant le SCA et d’autres non.

Le critère principal était l’incidence de l’insuffisance cardiaque aiguë appréciée selon la classification de Killip* et taux de mortalité de toute cause à 30 jours.

Moindre incidence de l’insuffisance cardiaque aiguë et moindre mortalité

Un traitement antérieur par statine a été trouvé associé :

1-Lors de l’admission du patient, à une diminution de l’incidence de l’insuffisance cardiaque aiguë (réduction absolue du risque : 4,3 % ; rapport de risque [RR] 0,72 ; intervalle de confiance [IC] 95 % : 0,62 à 0,83) et ce, quel que soit l’âge (40 à 75 ans, ou plus) et le genre du patient (p pour l’interaction = 0,22).

2-A 30 jours, à une moindre mortalité (réduction absolue du risque : 5,2 % ; RR 0,71 ; IC 95 % : 0,50 à 0,99).

Ainsi, chez des patients adultes hospitalisés pour un SCA révélateur de la maladie CV athéromateuse, la prise de statine avant la survenue du SCA était associée à un moindre risque d’insuffisance cardiaque aiguë et à une amélioration significative de la survie.

Pour mémoire : *la classification de Killip et Kimball (Am J Cardiol 1967 ; 20 : 457-464) stratifie en 4 classes la gravité de l’infarctus du myocarde : I : absence de signe d’insuffisance cardiaque ; II : crépitants, galop, turgescence jugulaire ; III : œdème pulmonaire franc ; IV : choc cardiogénique ou hypotension (pression artérielle systolique < 90 mmHg) et signes de vasoconstriction périphérique (oligurie, cyanose, sueurs).

Dr Robert Haïat

Référence
Bugiardini R et coll. : Reduced Heart Failure and Mortality in Patients Receiving Statin Therapy Before Initial Acute Coronary Syndrome. J Am Coll Cardiol., 2022 ; 79 : 2021-2033.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article