Le régime végétalien fait-il baisser la pression artérielle ?

Le régime végétalien a pour vocation d’éliminer tous les aliments d’origine animale, qu’il s’agisse de la viande, du poisson, des crustacés, des œufs, des produits laitiers ou encore du miel. Les « végans » excluent par ailleurs d’autres choix qui ne sont pas alimentaires, puisque le respect de l’animal qui est la base de ce mode de vie les conduit à n’utiliser au quotidien ni soie, ni cuir, ni laine. Ils  s’abstiennent aussi de prendre des médicaments dont les excipients seraient d’origine animale. Le végan est donc un végétalien, mais l’inverse n’est pas vrai. Quoiqu’il en soit, ces régimes ont la cote et leur popularité ne cesse de croître en ces temps où la biodiversité animale est fortement menacée. Leurs effets bénéfiques sur la santé, indépendamment de toute restriction calorique, peuvent concerner autant le profil lipidique que la glycémie, mais la pression artérielle fait-elle partie des paramètres sensibles à l’exclusion des aliments d’origine animale ?

Pour répondre à cette question une méta-analyse a été entreprise à partir des bases de données MEDLINE, EMBASE, CENTRAL et ClinicalTrials.gov qui ont été interrogées à la recherche d’études ayant comparé les régimes végétaliens à d’autres régimes moins restrictifs et les chiffres tensionnels avant et après l’intervention étant connus. Au total, onze études randomisées ont été sélectionnées au sein d’une liste de 1 673 publications traitant du sujet de loin ou de près. Les résumés ont été passés en revue par deux experts indépendants qui ont respecté les recommandations de PRISMA (Preferred Reporting Items for Systematic Reviews and Meta-Analyses) pour aboutir à cette sélection. La synthèse des données a été effectuée au moyen d’un modèle à effets aléatoires.

Une baisse de quelques mm Hg lorsque la PA systolique de base est supérieure à 130

Les données poolées ont concerné 963 participants adultes. Comparativement aux régimes moins restrictifs, le régime végétalien n’a pas eu d’effet significatif sur les chiffres tensionnels, qu’il s’agisse de la PA systolique (-1,33 mm Hg ; intervalle de confiance à 95 % [IC], -3,50-0,84 ; NS) ou de la PA diastolique (-1,21 mm Hg ; IC 95 %, -3,06-0,65 ; NS). Cependant, dans une analyse restreinte portant sur des participants dont la PA systolique basale était ≥130 mm Hg, le régime végétalien a conduit à une baisse significative quoique modeste des chiffres tensionnels, en moyenne de l’ordre de  -4,10 mm Hg; IC 95 %, -8,14 à -0,06; p= 0,047) pour la PA systolique et de -4,01 mm Hg ; IC 95 %,-5,97 à-2,05 ; P = 0,001) pour la PA diastolique.

Ce résultat rejoint celui obtenu avec des régimes moins restrictifs mais allégés qui figurent d’ailleurs dans les recommandations des sociétés savantes… sans aller jusqu’au régime végétalien qui, en cas de PAS élevée à l’état basal, fait toutefois chuter cette dernière de quelques mm Hg, un bénéfice secondaire obtenu dans le respect de la cause animale.
 

Dr Philippe Tellier

Référence
Lopez PD et coll. The Effect of Vegan Diets on Blood Pressure in Adults: A Meta-Analysis of Randomized Controlled Trials. Am J Med., 2019 ; 132(7):875-883.e7.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article