Observons un protocole treat and extend pour la DMLA néovasculaire

Le traitement actuel de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) exsudative repose principalement sur des injections intravitréennes (IVT) d’anti-VEGF. Il permet en règle de stabiliser ou d’améliorer la vision, sans pour autant avoir une dimension curative. Deux anti-VEGF ont une AMM dans cette indication, respectivement le ranibizumab et l’aflibercept, le bevacizumab faisant l’objet d’une RTU (recommandation temporaire d’utilisation). Ces médicaments peuvent être administrés selon divers protocoles, en fonction de la fréquence des injections et les modalités du suivi. Le schéma thérapeutique individualisé « Treat and Extend» vise à simplifier la prise en charge, mais son efficacité mérite d’être évaluée à long terme.

Tel est l’objectif de l’étude d’observation multicentrique rétrospective dite ARMADA dans laquelle ont été inclus 115 patients (âge moyen 78,6 ± 8,6 ans ; femmes : 52 %) atteints d’une DMLA néovasculaire traitée par l’aflibercept administré selon le protocole « Treat and Extend », au terme d’un traitement d’attaque. Le suivi a été au moins de 12 mois et a atteint, dans certains cas, trois ans. Lors de chaque consultation, la meilleure acuité visuelle corrigée (MAVR) a été évaluée et une tomographie de cohérence optique (TCO) a été systématiquement réalisée.

On peut espacer les injections selon les résultats d’ARMADA

La MAVR moyenne (en lettres lues) est passée en moyenne de 60,6 ± 18,7 au moment du diagnostic à 66,9 ± 16,2 à 1 an (+6,3, p = 0,003) pour rester stable par la suite (63,1 ± 20,3 soit +2,5, NS) et 64,0 ± 20,1 soit +3,4, NS) respectivement au terme de 2 et 3 ans de suivi. L'épaisseur moyenne de la rétine centrale a diminué de manière significative, passant de 358,2 ± 87,9 au départ à 302 ± 71,7 µm à 12 mois pour rester stable par la suite (à 36 mois 297,1 ± 76 µm, p < 0,0001 versus état basal).

Le nombre moyen d'injections intravitréennes était à 1, 2 et 3 ans, respectivement de 6,6 ± 2,2, 4,8 ± 1,9 et 5,6 ± 1,7. Le nombre cumulé moyen des injections au terme de 3 ans de suivi a été estimé à 16,4 ± 5,6. L'intervalle moyen entre les traitements était de 6,8 ± 2,5 semaines à 1 an. Un intervalle de 8 semaines à 1, 2 et 3 ans était observé dans respectivement 59,5 % 19,1 %, 65,8 % des cas. Quant à un intervalle plus long, de l’ordre de 12 semaines, les valeurs correspondantes étaient respectivement 36,8 %, 69,5 % et 41,5 %.

L’étude d’observation dite ARMADA, menée dans le monde réel, plaide en faveur du protocole treat and extend recommandé dans la prise en charge de la DMLA néovasculaire. Les injections intravitréennes d'aflibercept ont pu être espacées progressivement sans pour autant empêcher une amélioration durable et significative de l’acuité visuelle.

Dr Philippe Tellier

Référence
Gascon P et coll. : Aflibercept in real-life for the treatment of age-related macular degeneration using a treat and extend protocol: The Armada study. Eur J Ophthalmol. 2022;32(1):356-363. doi: 10.1177/11206721211005703. 

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article