Quand la troponine cardiaque augmente sans raison apparente

L’élévation du taux de troponine cardiaque (TnC) est fréquente chez les patients hospitalisés en urgence, même en l’absence de syndrome coronaire aigu (SCA). Or il arrive que chez certains de ces patients on ne retrouve pas la cause de cette élévation des taux de TnC et, dans cette situation, le terme de troponinémie est souvent utilisé.

Eggers et coll. ont tenté de déterminer l’association qui pouvait exister entre l’élévation des taux de TnC associée à des signes cliniques et le pronostic à long-terme de patients hospitalisés en urgence pour une suspicion de SCA et qui ont ensuite été autorisés à quitter l’hôpital sans qu’un diagnostic spécifique n’ait été porté.

L’étude rétrospective a été menée à partir des données du registre suédois SWEDEHEART (Swedish Web-system for Enhancement and Development of Evidence-based care in Heart disease Evaluated According to Recommended Therapies) dans lequel 48 872 patients avaient été inclus.

Les patients ont été  stratifiés en différentes cohortes selon que leur taux de TnC était inférieur ou égal à celui du 99e percentile de la normale ;  puis, si leur taux de TnC était plus élevé, ils ont été répartis en différents tertiles en fonction de leur taux de TnC. Un taux de TnC > 99e percentile a été noté chez 9 800 (20,1 %) patients. La prévalence des facteurs de risque cardiovasculaire et des comorbidités, cardiovasculaires ou non, était augmentée pour les nivaux élevés de taux de TnC.

Le critère composite principal est la survenue d’un événement majeur, à savoir décès de toute cause, infarctus du myocarde, réhospitalisation pour insuffisance cardiaque, accident vasculaire cérébral.

Un facteur de mauvais pronostic

Sur un suivi moyen de 4,9 ans, un événement du critère composite principal a concerné 7 529 (15,4 %) patients. 

Le risque d’événement cardiovasculaire majeur a été trouvé associé aux niveaux les plus élevés de taux de TnC (hazard ratio [HR] pour les tertiles de taux de TnC les plus élevés 2,59 ; intervalle de confiance [IC] 95 % : 2,39 à 2,80 ; HR pour les patients indemnes de comorbidités cardiovasculaires, d’insuffisance rénale, de dysfonction ventriculaire gauche, de sténoses coronaires significatives 3,57; IC 95 % : 2,30 à 5,54).

Ainsi, chez des patients hospitalisés en urgence et qui ont ensuite quitté l’hôpital sans qu’un diagnostic spécifique ait été porté, un taux élevé de TnC a été associé à des comorbidités cardiovasculaires et non cardiovasculaires ; l’élévation du taux de TnC est un facteur prédictif de la survenue d’un des événements cardiovasculaires majeurs. Plutôt que d’utiliser le terme de troponinémie, qui est réducteur, et de s’en contenter il est préférable de poursuivre le bilan chez ces patients.

Dr Robert Haïat

Référence
Eggers KM et coll. : Cardiac Troponin Elevation in Patients Without a Specific Diagnosis. J Am Coll Cardiol., 2019; 73: 1–9.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • La question reste en suspens

    Le 06 février 2019

    Cette étude n'apporte pas vraiment d'information utile. La question reste en suspens.
    Il est plus que vraisemblable que les patients ayant ultérieurement présenté un problème coronarien n'avaient pas été correctement diagnostiqués au départ. On voit malheureusement ça tous les jours.

    La vraie question est de savoir pourquoi certains avaient une troponinémie élevée sans aucun problème cardiaque, ceux qui, a posteriori, n'ont plus présenté aucun problème.
    Car le nombre de fois où le cardiologue de garde est sollicité pour voir un patient qui a une troponinémie élevée sans aucun autre point d'appel (Question "Pourquoi avez-vous demandé la troponine ?" Réponse "Pour que le bilan soit complet" Réponse du cardiologue "Et on fait quoi avec ça, maintenant ?") est une vraie nuisance.

    Il faut éduquer les jeunes (et moins jeunes) médecins à ne demander un examen que lorsqu'ils savent a priori ce qu'ils vont faire en fonction du résultat. Pas pour que "le bilan soit complet" ou pour "éliminer un diagnostic" absolument improbable.

    Dr Jean-Paul Huisman


Réagir à cet article