Sécurité d’une prescription brève d’antithrombotiques après l’occlusion de l’auricule gauche

Bien qu’il soit recommandé de prescrire un traitement anticoagulant  au décours d’une procédure d’occlusion  de l’auricule gauche, il est parfois nécessaire d’interrompre ce traitement chez certains patients sans pour autant que l’on soit certain de la sûreté d’une telle stratégie.

C’est ce qui a conduit Mesnier et coll. à tenter de déterminer, dans une étude multicentrique, le pronostic de patients dont le traitement antithrombotique  avait été interrompu précocement après l’occlusion réussie de leur auricule gauche. L’arrêt précoce du traitement antithrombotique  a été défini par l’interruption, dans les 6 mois suivant la procédure, de tout traitement antithrombotique (antiagrégant plaquettaire ou anticoagulant).

Sur les 1 082 patients dont l’occlusion de l’auricule gauche avait réussi, le traitement antithrombotique avait été interrompu précocement chez 148 (13,7 %) d’entre eux.

Les patients dont le traitement antithrombotique  avait été interrompu précocement,  présentaient, par rapport aux patients dont le traitement antithrombotique  n’avait pas été interrompu, un score CHA2DS2-VASc* significativement plus faible (p < 0,001) et, dans leurs antécédents, un taux de saignements significativement plus élevé (p = 0,01).

Après un suivi moyen qui a pu atteindre 2,2 ans  (1,1 à 3,1 ans) après l’arrêt du traitement antithrombotique, pour 100 patient-années, le taux de décès était de 12,1 ; le taux d’accidents vasculaires ischémiques était de 0,6 ;  le taux d’épisodes hémorragiques était de 3,3.

Pas davantage de décès ou d’événements thromboemboliques en cas d’interruption 

Dans les 119 paires appariées (traitement antithrombotique interrompu vs non interrompu) qui avaient des caractéristiques basales semblables, les patients dont le traitement antithrombotique  avait  été interrompu présentaient un risque de décès (hazard ratio [HR] 1,06 ; intervalle de confiance [IC] 95 % : 0,65 à 1,71 ; p = 0,82), d’AVC ischémique (HR 0,39 ; IC 95 % : 0,04 à 3,79 ; p = 0,42) et d’hémorragies majeures (HR 1,48 ; IC 95 % : 0,56 à 3,88 ; p = 0,43) comparable à celui des patients dont le traitement antithrombotique n’avait pas été interrompu.

En conclusion, après l’occlusion réussie de l’auricule gauche, le traitement antithrombotique a été interrompu chez 1 sur 7 patients sélectionnés ; avec un suivi moyen qui a pu aller jusqu’à 2,2 ans ;  cette interruption ne s’est pas trouvée associée à un risque accru de décès ou d’événements thromboemboliques.

Ces données démontrent que  chez les patients à risque hémorragique élevé apprécié cliniquement, il est possible, après une occlusion réussie de l’auricule gauche, de prescrire avec une bonne sécurité, des antithrombotiques durant des périodes plus courtes.

* Pour mémoire : Le score CHA2 DS2-VASc est un score clinique qui évalue le risque d’AVC dans la FA non liée à une valvulopathie ; il aide à choisir le traitement antithrombotique. Il a remplacé le score CHADS2 (Congestive Heart failure, 1point ; Hypertension, 1 point ; Age ≥ 75ans,  1point ;  Diabetes, 1 point ; Stroke, 2 points) auquel il a ajouté 3 facteurs supplémentaires (Vascular  disease [antécédents de maladie CV, à savoir infarctus du myocarde, maladie artérielle périphérique, plaques aortiques] ; Age [65 à 74 ans], 2 points ; Sex [female]), 1 point. Le score total maximum est de 9 points. Le risque d’AVC est d’autant plus important que le score est plus élevé. Le risque est faible pour un score = 0 ; il est moyen  pour un score = 1 ; il est élevé pour un score  ≥ 2.

Dr Robert Haïat

Référence
Mesnier J et coll. : Early Discontinuation of Antithrombotic Treatment Following Left Atrial Appendage Closure. Am J Cardiol 2022 ; 79 :1785-1798.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article