Archie Battersbee, l’enfant qui a bouleversé le Royaume-Uni

Londres, le lundi 8 août 2022 – La mort d’un jeune garçon après une longue bataille judiciaire a ému et divisé le Royaume-Uni.

Archie Battersbee est mort ce samedi à 12h15. Cet enfant de 12 ans, dans le coma depuis le 7 avril dernier, était connu de tous les Britanniques, après que ses parents aient médiatisé leur combat pour le maintenir artificiellement en vie, contre l’avis des médecins et de la justice britannique. Une histoire de deuil impossible, de médecine et de droit qui a ému et divisé les Britanniques, entre partisans des parents et ceux du NHS.

« J’ai fait tout ce que j’avais promis à mon petit garçon de faire » a déclaré sa mère Hollie Dance dans une énième intervention télévisée ce samedi.

Le jeune homme avait été retrouvé inconscient chez lui le 7 avril dernier avec une ficelle autour du cou. Il a vraisemblablement été victime du « black-out challenge », un « jeu » très populaire sur le réseau social Tik Tok qui consiste à stopper sa respiration jusqu’à l’évanouissement (l’équivalent du jeu du foulard).

Très rapidement, les médecins du Royal London Hospital de Whitechapel qui l’ont pris en charge ont conclu que le jeune garçon était en état de mort cérébrale et qu’il était inutile de le maintenir artificiellement en « vie ».

Les parents déboutés par la justice britannique et européenne

Convaincu que l’enfant présentait encore des signes de vie et animé par une foi chrétienne à toute épreuve, les parents de l’enfant ont alors entamé une bataille judiciaire pour « sauver » leur fils, obligeant les médecins à maintenir l’enfant en vie le temps de la procédure.

Soutenue par des associations chrétiennes, les parents estiment que leurs convictions religieuses et celles de leurs enfants doivent être prises en compte, suscitant des débats sans fin au sein de l’opinion publique britannique.

Les parents éplorés ont finalement été débouté devant toutes les juridictions saisies. Mardi dernier, les juges de la Cour Suprême du Royaume-Uni ont considéré que « l’organisme, les organes et le cœur d’Archie étaient en train de s’éteindre » et qu’il était « dans son intérêt de ne pas le maintenir en vie ».

Le lendemain, la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) a refusé d’entendre la plainte des parents, qui ont ainsi épuisé tous leurs recours.

Ces derniers ont alors tenté une ultime procédure, en demandant que leur enfant soit transféré dans une clinique spécialisée en soins palliatifs.

Mais ce vendredi, la Haute Cour de Londres a refusé ce transfert, jugé impossible en raison de l’état de santé de l’enfant. A la suite de cette décision, les médecins ont définitivement interrompu les soins maintenant en vie Archie, provoquant son décès ce mardi

Des parents portent plainte contre Tik Tok

Ce n’est pas la première fois que le Royaume-Uni est marqué par des affaires de ce genre, où des parents tentent, en vain, de s’opposer à l’arrêt des soins maintenant en vie leur enfant.

En 2018, les parents d’un nourrisson de deux ans atteint d’une maladie neurologique rare souhaitant le maintenir en vie avaient reçu le soutien du Pape et du gouvernement italien, ce qui n’avait pas empêché la justice britannique de décider de l’arrêt des soins.

En France, on pense immanquablement à l’affaire Vincent Lambert, un patient en état végétatif qui s’était retrouvé au cœur d’une bataille judiciaire de plus de 6 ans (ce qui ne manque pas d’interroger sur la lenteur de la justice française comparée à celle du Royaume-Uni).

L’affaire Archie met également en lumière les risques auxquels les réseaux sociaux exposent les enfants. Aux Etats-Unis, les parents de deux petites filles de 8 et 9 ans mortes en tentant le « black-out challenge » ont porté plainte contre le réseau social Tik Tok, accusé de ne pas assez modérer le contenu qu’il diffuse.

Huit enfants sont morts dans le monde à cause de ce « jeu ».

Quentin Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article