En prônant la contrainte, l’Ordre a créé le désordre en son sein

Paris, le mercredi 20 juin 2012 – Les syndicats, qu’ils représentent les « jeunes » médecins ou  de moins jeunes, avaient été les premiers à monter au créneau au lendemain de la publication par le Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) de recommandations détonantes concernant la régulation de la démographie médicale et la fixation des honoraires des médecins de secteur 2. Allant plus loin que la plupart des représentants politiques s’étant exprimés sur le sujet ces derniers mois, l’Ordre est en effet allé jusqu’à prôner la contrainte en matière d’installation : son projet, imposer aux jeunes médecins choisissant la voie libérale, leur lieu d’exercice au sein de leur région, au cours des cinq premières années de leur carrière. Concernant les tarifs pouvant être pratiqués par les praticiens de secteur 2, l’Ordre a par ailleurs dessiné un seuil à ne pas dépasser, équivalant à « trois à quatre fois » le montant de l’acte opposable.

Trahison irréaliste

Il n’a guère fallu attendre pour que se lévent les boucliers contre ces propositions totalement imprévisibles de la part de la si conservatrice instance ordinale. L’Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF), les organisations représentant internes et résidents (ISNAR-IMG, ISNIF, ISNCCA) et les groupes fédérant les jeunes praticiens (CSMF jeunes médecins, SNJMG, REAGJIR) ont immédiatement publié un communiqué dénonçant vigoureusement cette « trahison » de l’Ordre. Les autres syndicats de praticiens ne furent pas en reste, s’inscrivant unanimement en faux contre ces recommandations qui furent qualifiées « d’irréalistes », par le président de MG France, Claude Leicher.

Le Rhône ouvre la voie de la contestation

Mais la fronde ne se limite plus désormais aux seuls syndicats : en son sein même, le conseil national doit faire face au désaveu de plusieurs de ses antennes départementales. Le conseil du Rhône a à cet égard été le premier à désavouer les méthodes du conseil national et à remettre en cause ses propositions. Ainsi, après avoir reçu le 5 juin une délégation d’étudiants et de jeunes médecins « faisant part de leur inquiétude et de leur colère », le conseil départemental a officiellement et solennellement indiqué « désapprouver l’absence de concertation avec les Conseils départementaux, régionaux et les organismes représentatifs ». Il a également appelé le conseil national « à mettre en place de manière urgente, une concertation avec les futurs confrères afin de privilégier des mesures incitatives ».

Paris appelé à se libérer de l’Ordre

Ce premier accroc à l’unité ordinale a été suivi de nombreuses rumeurs au sein des instances départementales, faisant état des réserves de nombreux conseillers vis-à-vis des positions défendues par le bureau national. Ces rumeurs ont connu hier une confirmation éclatante avec la lettre envoyée aux médias par le président du syndicat des médecins de Paris, le docteur Bernard Huynh. Dans une longue missive de deux pages où il ne cache pas sa colère, le praticien affirme en effet que « certains élus du conseil départemental de l’Ordre des médecins de Paris envisagent de démissionner de leur poste si le Conseil de l’Ordre départemental de Paris ne se désolidarise pas (…) des conclusions du séminaire du Conseil national de l’Ordre ». Poursuivant sa sévère diatribe contre le bureau national, il souligne en outre que « tous les membres élus des conseils départementaux (…) ont été totalement écartés de cette réflexion ».

Un conseil national qui promet d’être tendu

Enfin, dernière confirmation du chaos créé au sein même de l’Ordre par ces recommandations : selon le Quotidien du médecin, 80 conseils départementaux sur 103 ont rédigé à l’égard de ces propositions des motions les désavouant plus ou moins fermement, motions qui seront examinées ce vendredi 22 juin à l’occasion de la session plénière du Conseil national. Parmi ceux qui contestent le bien fondé de l’orientation prise par l’Ordre, le docteur Catherine Oliveres-Gouthi, conseiller de l’Ordre de Paris, cité par le Quotidien du médecin prévient : « L’Ordre a intérêt à revoir sa copie ».

La fin de l’Ordre ?

Cette fronde inédite incite une nouvelle fois à interroger les raisons qui ont pu pousser l’Ordre à pareilles suggestions, allant totalement à contre courant de son rôle et des positions qu’il a toujours défendues. Dans son brûlot contre le bureau national, Bernard Huynh suggère quelques pistes. « La volonté de se refaire une virginité vis-à-vis du pouvoir politique et de répondre à la menace récemment évoquée de suppression des Ordres professionnels pourrait expliquer la transformation de certains en courroie de transmission servile pour tenter de garder leurs prérogatives ». Par cette attaque non déguisée, Bernard Huynh fait allusion d’une manière générale aux réticences depuis toujours exprimées par la gauche contre les structures professionnelles et plus particulièrement aux déclarations du député Jean-Marie Le Guen remettant récemment en cause la légitimité de l’Ordre des infirmiers. La nécessité de « se refaire une virginité politique » serait quant à elle imposée par la proximité des actuels dirigeants de l’Ordre avec l’ancien Président de la République. Au-delà des influences politiques éventuelles qui auraient pu dicter à l’Ordre ses curieux revirements, cette fronde en témoigne, à l’instar de ce qui a été frôlé pour l’Ordre infirmier, les médecins pourraient organiser eux-mêmes la mise sur la touche de leur ordre… sans que le pouvoir ait à intervenir ! En tout état de cause, les remous actuels pourraient de fait donner de nouveaux arguments aux opposants historiques à l’Ordre des médecins.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (6)

  • Service rural et banlieusard des étudiants

    Le 20 juin 2012

    Un grand bravo au Conseil de l'Ordre !
    Les carabins constituent du personnel très bon marché, exploité comme externe et interne, de jour et de nuit.
    Pourquoi ne pas continuer quelques années de plus ?
    On raconte que l'Etat leur paie leurs études.
    Je ne m'en étais pas rendu compte avec ma progéniture.
    Les confrères de ma génération ont bien servi de médecins corvéables à merci en Algérie... Certains y sont même restés.
    Un petit ennui: le nombre d'étudiants (et d'étudiantes) va baisser. Les champs de betteraves et les banlieues suspectes n'attirent guère...
    Dr Gilles Delluc

  • L'Ordre et la Morale...

    Le 21 juin 2012

    Si l'Ordre des médecins "oublie" sa vocation première qui est de défendre les intérêts des médecins cotisants il ne faudra pas s'étonner qu'un jour les cotisations ne viennent plus...et alors c'est la chronique d'une mort annoncée...
    Vouloir contraindre les jeunes médecins à s'installer dans des déserts médicaux, c'est aller à l'encontre de la liberté d'installation que l'Ordre devrait défendre bec et ongles, et c'est courir le risque de décourager les vocations de médecin généraliste, déjà qu'on en manque...
    Si l'ordre persiste dans cette erreur j'appelle tous les médecins à refuser de payer leur cotisation, exit l'Ordre qui ne sait pas nous défendre.

  • La révolte pourrait aboutir au rafraichissement de l'Ordre

    Le 23 juin 2012

    On pourrait croire qu'au-delà des influences politiques éventuelles et des menaces qui existent sur son existence et qui auraient pu dicter à la tête de l’Ordre ses curieux revirements, cette fronde de presque tous les médecins contre le Dr Legmann témoignerait d'une hostilité envers cet organisme qui pourrait disparaître à l’instar de ce qui a été frôlé, de la part du socialiste Le Guen, par l’Ordre infirmier.
    On pourrait aussi croire que les médecins pourraient organiser, eux-mêmes, après celle de leurs syndicats signataires de conventions appelées à disparaître, la mise sur la touche de leur Ordre sans que le pouvoir ait à intervenir en ce sens !
    Certes les remous actuels pourraient, de fait, donner de nouveaux arguments aux opposants historiques à l’Ordre des médecins, mais rien n'est certain à cet égard car cela pourrait être le signe de l'hostilité du corps médical.
    Une sourde révolte pourrait bien se révéler, lors des renouvellements des conseillers ordinaux, qui serait la preuve d'un énorme rafraichissement des idées qui parcourent le corps médical avec le rétablissement des libertés d'installation, de prescription, de libre choix du parcours du diagnostic, de liberté des honoraires.

    Dr Jean Doremieux, Le Tampon, La Réunion

  • L'Ordre ne renie pas ses origines !

    Le 23 juin 2012

    Une fois de plus, chassez le naturel et il revient au galop.
    Notre Ordre National est bien digne de ses fonds baptismaux !
    Faisons comme les infirmiers, arrêtons de payer, il s'éteindra tout seul.
    J'avais voté pour cela en 1981 et j'attends toujours sa disparition.
    Cette institution ne sert à rien et s'emploi à emmerder les médecins "normaux"!

    Dr Patrick Chemin

  • Utilité des ordres professionnels

    Le 30 juin 2012

    Penser que les ordres ont pour vocation de défendre les intérêts des cotisants (obligatoires) est un fâcheux contresens, un peu comme de croire que le Trésor Public a pour mission de défendre les contribuables... Les ordres professionnels sont des organismes chargés de réguler la flagrante dissymétrie d'information qui existe entre l'usager et certaines catégories de professionnels, de maintenir l'indépendance, le caractère non-commercial de certaines professions... d'encourager les bonnes pratiques et de sanctionner celles qui contreviendraient au code de déontologie de la profession concernée.
    L'habituelle confusion entretenue par l'ignorance du commun (on lui pardonnera) et par la volonté beaucoup plus pernicieuse de certains entre le rôle dévolu aux syndicats (défense des intérêts pécuniaires des professionnels) et celui dévolu aux ordres (respect d'un code de déontologie qui décrit les rapports qui s'imposent entre les professionnels et entre les professionnels et les clients) est toujours navrante.
    Il n'existe pas d'ordre pour les professions commerciales car il est juridiquement licite qu'un commerçant puisse extraire un bénéfice pécuniaire maximal (c'est la vocation première de son activité) de sa relation au client qui le sollicite, client considèré comme complètement informé et capable de discernement. Dans certains domaines de compétence tels que la médecine, le droit, l'architecture, l'usager est contraint par son ignorance (à moins de devenir médecin, juriste, architecte, géomètre, etc) de remettre la défense de ses intérêts dans les mains du professionnel habilité à exercer (donc inscrit à l'ordre, justiciable devant cette juridiction très spécialisée), un professionnel à qui s'impose le devoir de considérer l'intérêt de son client comme le sien propre.
    Le simple constat de la considérable différence de posture entre un commerçant et un professionnel de santé, du droit, etc... justifie amplement l'existence d'ordres professionnels (indépendants financièrement et moralement) dans nos sociétés avancées, certes de droit, certes démocratiques, mais aussi, convenons en, de plus en plus soumise à une logique marchande... Les penchants humains (la nature) et l'intérêt de la collectivité (la raison) sont souvent opposés... il faut être bien naïf pour imaginer que la dissolution des ordres dans le socialisme puisse être profitable à notre société !

    Eric Charuel

  • contrainte proposée par le conseil de l'Ordre

    Le 02 juillet 2012

    Que vaut-il mieux pour les déserts médicaux ? Un exercice contraint pour une durée assez courte ou un conventionnement individuel par les CPAM...
    Gérard Body

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.