Erreur de stérilisation : 5 000 patients invités à se faire dépister

Lyon, le mardi 30 mai 2023 – A la suite d’une erreur de stérilisation survenue dans une clinique dentaire lyonnaise, 5 000 personnes sont appelées à se faire dépister une infection éventuelle par le VHB et le VIH.

C’est un courrier pour le moins angoissant qu’ont reçu ces dernières semaines environ 5 000 lyonnais, puisque cette missive émanant des Hospices civils de Lyon (HCL) les informait qu’ils avaient potentiellement été contaminés par le virus de l’hépatite B ou le VIH et les invitait à se faire dépister, à la charge des HCL. Une mauvaise nouvelle qui concerne tous les patients pris en charge par un centre de soins dentaires situé dans le 7ème arrondissement de Lyon entre mai et décembre 2022.

A la suite d’un « évènement indésirable survenu le 12 décembre », expliquent les HCL sans plus de précision, une enquête a en effet été menée au sein de cette structure qui a permis d’établir « un défaut dans le cadre du cycle de stérilisation d’un matériel spécifique ». Plus précisément, si les embouts des instruments ont bien été stérilisés, la partie « portant l’instrument était uniquement désinfectée » créant « un risque potentiel de contamination pour les patients ». Un numéro dédié a également été mis en place « afin de répondre individuellement à toutes les questions que les patients se posent ».

Un risque de contamination extrêmement faible

Les HCL tentent de rassurer, précisant que ces courriers ont été envoyés « dans le cadre de l’application du principe de précaution » et que le risque de contamination est extrêmement faible. Lors d’un rapport réalisé en 2019 suite à des affaires similaires de manquement aux règles de stérilisation dans des cabinets dentaires, Santé Publique France avait estimé que le risque de contamination en pareil cas était de 1/516 000 pour l’hépatite B et de 1/420 millions pour le VIH. Pour le moment, déjà un millier de personnes se sont fait dépister et tous les résultats sont négatifs.

Au-delà de l’incident et de la faute commise par le centre dentaire en lui-même, c’est le délai pour prévenir les personnes concernées qui interroge, les patients n’ayant été avertis de leur potentielle contamination qu’après six mois d’enquête. « Ils n’avaient pas assez de roulettes pour faire leurs soins, pourtant tout est réglementé, il y a des normes, pourquoi avoir tant attendu ? » s’insurge la FA-FPH, un syndicat de la fonction publique.

Les urgences submergés par les punaises de lit

Cette affaire n’est malheureusement pas le seul scandale sanitaire touchant les HCL et mettant en lumière le manque de réactivité de certains responsables. Une partie des urgences et du service d’imagerie de l’hôpital Edouard Herriot dans le 3ème arrondissement de Lyon a ainsi dû être fermée ces dimanche et lundi suite à une invasion de…punaises de lit ! Les insectes auraient envahi l’hôpital à la suite de la prise en charge ce samedi d’un patient infesté de ces nuisibles.

Selon le personnel, la direction aurait au départ refusé de procéder à une désinfection rapide des lieux visités, préférant attendre la fin du week-end prolongé, pour éviter un surcout. Ce ne serait que sous la pression du personnel que la direction aurait finalement accepté de mener cette désinfection totale, un peu tardivement puisqu’une grande partie de l’hôpital avait déjà été envahi. Certains employés se plaignent désormais d’avoir ramené ces insectes chez eux et demandent à l’établissement de prendre en charge la désinfection de leur domicile. Une version des faits démentie par la direction des HCL.

Ce week-end de la Pentecôte n’aura donc pas été de tout repos pour les HCL. 

Grégoire Griffard

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article