La cinquième vague a-t-elle déjà commencé ?

Paris, le mardi 12 octobre 2021 – Tous les indicateurs semblent au vert et beaucoup de nos concitoyens pensent l’épidémie derrière eux. Pourtant certains signes commencent à alerter spécialistes et politiques.

Rebond d’incidence dans certains départements et mauvais signaux des eaux usées

La semaine passée, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, avait averti à l’occasion d’une conférence de presse donnée à l’issue du conseil de défense : "Dans près d'une trentaine de départements, l'épidémie ne recule plus, voire repart très légèrement à la hausse". La situation interpelle particulièrement le gouvernement dans plusieurs départements de la région Pays de la Loire et dans l’Aude. Par exemple, en Mayenne le taux d’incidence est remonté au-dessus des 50 cas pour 100 000 habitants en passant à 56 cas…et les cas augmentent en particulier chez les plus de 65 ans, population la plus susceptible d’être hospitalisée.

Cette légère augmentation des cas se confirme également dans l’analyse des eaux usées. Le virologue Vincent Maréchal, cofondateur du réseau Obépine, signale ainsi dans Ouest-France « Depuis la fin août, nous observions une nette baisse des traces de Covid-19 dans les eaux usées. Mais depuis une semaine à dix jours, nous avons l’impression que cette décroissance s’est arrêtée sur certaines stations. La prudence est de mise, il faut attendre une à deux semaines pour voir si les tendances se confirment ».

Sur LCI, le Pr Antoine Flahault (Institut de santé globale, Genève), souligne : « Le taux de reproduction du virus avoisine 1 (0,94, NDLR)  et augmente ces derniers jours après une baisse tout au long du mois de septembre. (…) Lorsque cet indicateur est de 0,94, comme actuellement, il faut six semaines pour que le nombre de cas soit divisé par deux. (…) Un rebond est fort possible, mais quand ? Nous ne le savons pas ».

Vers des hôpitaux saturés ? Rien n’est moins sûr

Il met d’ailleurs en lumière la situation d’autres pays : « Malgré un taux de vaccination supérieur à 80%, Singapour a connu un rebond épidémique. Toutefois, l'augmentation des hospitalisations et de la mortalité y est restée plus faible que sans la vaccination. La France peut donc, peut-être, éviter une saturation des hôpitaux ».

Mais la France pourrait être plus vulnérable que d’autres pays développés : en effet, « seuls » 90 % des plus de 75 ans sont vaccinés dans notre pays, un taux très élevé, mais qui pourrait se révéler insuffisant pour éviter une vague hospitalière relativement importante. 

Pour autant l’Institut Pasteur a fait part de son « optimisme prudent » et le Conseil scientifique, qui s’appuie sur ces modélisations, estime que les mesures contraignantes comme le couvre-feu ou le confinement ne devraient plus être nécessaires.

Dans ce contexte, les médecins appellent à maintenir les gestes barrières, malgré la lassitude bien naturelle après plus de 18 mois de pandémie.

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (3)

  • Demande de précisions

    Le 17 octobre 2021

    Le nombre de cas augmente chez les plus de 65 ans ? Vaccinés ? 2 ou 3 injections ?

    Dr Daniel Muller

  • Singapour

    Le 19 octobre 2021

    Comment pouvez affirmer que "Singapour a connu un rebond épidémique. Toutefois, l'augmentation des hospitalisations et de la mortalité y est restée plus faible que sans la vaccination" alors que la vague actuelle est sans commune mesure avec les précédentes, tant en terme d'hospitalisation (x 3) que de mortalité (x5)... Source: JHU CSSE COVID-19 Data.

    Dr J-M Leveque

  • Constat

    Le 24 octobre 2021

    On ne cesse de parler que de la saturation des hôpitaux...
    Mais qui donc est responsable de la destruction systématique des hôpitaux si ce ne sont nos politiques depuis plus de 30 années.
    Numérus clausus + MICA +numérus clausus descendu à 3000 étudiants pour la France entière toutes spécialités confondues ...

    Il y a eu un baby boom des années 50 donc beaucoup de médecins sont nés dans les années 50 et ils arrivent tous à la retraite (65 ans) à partir de 2015.
    Il suffit de consulter un machin superbement ignoré de ENA et de toute la classe politique. Ce machin s'appelle TABLE DEMOGRAPHIQUE.

    Et quand les génies inspirés En Marche prétendent que la situation va s'améliorer... c'est dans 10 ans ... Minimum.
    Et nous faisons quoi pendant ces 10 années avec à la clé d'autres pandémies organisées pour détruire encore plus notre système de santé.

    Et vous verrez que nos génies politiques si inspirés par leur science infuse seront les premiers surpris de la chute de l'espérance de vie "télémédecine" ou pas "Intelligence Artificielle" ou pas.

    Dr Marc-Louis Maine

Réagir à cet article