L’une reste, l’autre part

Un ministre et une secrétaire d’Etat du précédent gouvernement sont accusés de viol et d’agression sexuelle, Damien Abad, accusé d’agressions sexuelles et Chrysoula Zacharopoulou qui fait l’objet de trois plaintes pour des « violences gynécologiques ». Faut-il voir dans l’éviction du premier et le maintien de la seconde un positionnement du gouvernement dans ce débat qui agite la communauté médicale depuis plusieurs années ? A suivre dans les prochains mois avec les nouvelles polémiques sur ce type de "violences" qui ne manqueront pas de survenir.

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article