Covid-19 : faut-il vraiment craindre l’ibuprofène ?

L’ibuprofène est un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) en vente libre dans la plupart des pays du monde et, de ce fait, largement utilisé pour soulager des symptômes volontiers associés aux états fébriles, qu’il s’agisse de céphalées, de courbatures ou de douleurs diverses. Depuis l’émergence de la Covid-19, ce médicament a suscité une levée de boucliers et de mises en garde au bénéfice notamment de l’acétaminophène. Mais que disent réellement les études ?

Des bases biologiques

Les motifs de cette mise à l’index sont d’abord d’ordre biologique. Il s’avère que l’ibuprofène augmente les concentrations plasmatiques de l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ECA2) en interférant avec le système rénine angiotensine aldostérone (SRAA). Or, l’ECA2 est le corécepteur membranaire par lequel le SARS-CoV-2 pénètre dans les cellules de l’hôte, ce qui a fait craindre un risque d’aggravation de l’infection par une exposition précoce à ce médicament pris devant les symptômes inauguraux de la Covid-19, tels la fièvre et les myalgies. Il a même été suggéré que ce médicament pouvait augmenter le risque de contracter cette infection.

Il est établi que l’ECA2 joue un rôle majeur dans la physiopathologie de la Covid-19, le virus favorisant la production excessive d’angiotensine II et, de ce fait, augmentant la perméabilité vasculaire et les lésions pulmonaires. La sécurité d’emploi de l’ibuprofène a donc été mise en doute devant ces mécanismes d’action biologiques et quelques études cas-témoins qui ont déclenché des réactions épidermiques relayées rapidement par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), au point de mettre en alerte les professionnels de santé et le public. L’OMS est d’ailleurs revenue en arrière le 18 mars 2020 en pesant le pour et le contre, mais le débat n’est pas pour autant clos.

Dans un essai de phase II, l’ECA2 recombinant améliore le SDRA

Pourtant, certaines données expérimentales sont venues contredire les hypothèses précédentes en suggérant que l’augmentation accrue de l’expression de l’ECA2 chez le rat diabétique atténue les effets de l’angiotensine II et de facto les lésions pulmonaires. Par ailleurs, d’autres médicaments que les AINS sont à même d’augmenter les taux d’ECA2 : c’est le cas notamment des thiazolidinediones, des inhibiteurs de l’enzyme de conversion ou encore des antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II.

La polémique s’est d’ailleurs étendue à ces classes pharmacologiques pour lesquelles un certain flou a régné pendant plusieurs semaines avec des positions contradictoires des uns et des autres, jusqu’à ce que la situation se clarifie. Chez les patients diabétiques et hypertendus, exposés à ces médicaments, la controverse sur l’ibuprofène a gagné en puissance pour revenir à de plus justes proportions.

Au cours de certaines infections pulmonaires virales, dans un essai de phase II, l’administration d’ECA2 recombinant peut améliorer le syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA), ce qui tendrait à innocenter encore plus les AINS, dont l’ibuprofène, et les antagonistes pharmacologiques du SRAA. Le rôle complexe du système immunitaire dans la pathogénie de la Covid-19 a, d’ailleurs, conduit à évaluer les immuno-modulateurs dans son traitement tels le tocilizumab.

La fièvre témoignant d’une réponse antivirale robuste, les antipyrétiques ne doivent pas être prescrits de façon systématique

Il n’en reste pas moins que l’ibuprofène fait preuve d’autres effets potentiellement néfastes tels l’inhibition de la production des anticorps dans des cultures cellulaires ou encore l’atténuation d’une fièvre, ce qui peut retarder le diagnostic de la maladie. Alors, que faire ? Face à un syndrome fébrile, faut-il recourir à l’ibuprofène ou à l’acétaminophène ? La fièvre dans les infections virales est un phénomène autolimité qui témoigne d’une réponse immunitaire robuste de l’hôte face au virus. Les antipyrétiques ne sont donc pas contre-indiqués, mais leur usage n’a aucune raison d’être systématique, et leur indication mérite d’être posée au cas par cas, toujours en fonction du rapport bénéfice/risque propre à chaque patient et à chaque situation clinique.

Dr Philippe Tellier

Référence
Kutti Sridharan G. et coll. : COVID-19 and Avoiding Ibuprofen. How Good Is the Evidence? Am J Ther. American J Therapeutics 2020 : 27, e400–e402.DOI: 10.1097/MJT.0000000000001196.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (5)

  • La courbe en cloche est inexpliquée

    Le 11 août 2020

    Que penser de l'ibuprofène ?

    Par contre je continue de lire l'excellent site : https://konfedera.org/gestion-epidemies.php

    Par exemple le chapitre Extinction que je cite.

    "Les épidémies ont une évolution dont la courbe a la forme d'une cloche, ce qui signifie qu'au début elles montrent en général une croissance exponentielle. Or toutes les épidémies s'éteignent naturellement avant d'avoir contaminé 100% de la population. Et la plupart avant même d'avoir atteint le taux théorique d'immunité collective, pour des raisons encore inconnues mais très probablement liées au virus lui-même et/ou aux écosystèmes dans lesquels il évolue."

    Je soumets une hypothèse capable peut-être d'expliquer cette extinction naturelle. Le virus tout nouveau tout puissant pénètre le premier sujet. A cet endroit il est soumis aux défenses naturelles de l'individu. Il y perd quelques forces, pas toutes. Puis il est transmis à une seconde personne qui lui résiste. Il y perd de la virulence. Ainsi de suite jusqu'au moment où il est affaibli au point de ne plus pouvoir se transmettre. C'est le bas de la descente de la cloche.

    Je vois bien d’avance les critiques. Mais bon si on ne cherche pas on ne trouvera pas.

    Dr JD

  • L'ibu n'est pas en vente libre

    Le 11 août 2020

    Que l'on voit ce genre d'erreur dans la presse grand public, ok, mais dans la presse pro, ça me dérange. L'ibuprofène n'est absolument pas un médicament en vente libre en France, comme aucun médicament d'ailleurs; il n'y a que des médicaments à prescription médicale obligatoire ou facultative. Dans le cas de l'ibuprofène, il est listé en liste 2 (renouvellement non restreint) et a, de par la loi une dose d'exonération pour 400 mg par prise et 6 g maxi remis au public (soit maximum 15 comprimés délivrés en une seule fois).
    Le pharmacien étant responsable de ses délivrances, il doit s'assurer qu'il n'y a pas de contre indication à la dispensation d'ibuprofène, et a tout le loisir de refuser la dispensation s'il en détecte une.

    Sylvie Parent (pharmacien)

  • Pourquoi un AINS ?

    Le 12 août 2020

    On n'a pas attendu l'émergence de la Covid19 pour s'insurger contre l'usage des AINS en général, et notamment de l'ibuprofene si inconsidérément promu auprès du public.
    L'humanité pourrait se passer sans le moindre inconvénient de cette classe de médicaments, et surtout très avantageusement les interdire dans les maladies fébriles.

    Dr Pierre Rimbaud

Voir toutes les réactions (5)

Réagir à cet article