Hausse importante de la « surmortalité » en 2022

Paris, le mercredi 7 juin 2023 – Malgré le recul de l’épidémie de Covid-19, la « surmortalité » a augmenté en 2022 par rapport aux années précédentes.

Si l’année 2022 a été celle du retour à « la vie d’avant » avec la levée de toutes les mesures sanitaires, le recul de l’épidémie de Covid-19 n’aura pas mis fin à la forte hausse de la mortalité observée ces dernières années. Des premiers chiffres non consolidés de l’Insee publiés en janvier dernier montraient déjà que l’année 2022 avait connu quasiment autant de décès que les années 2020 et 2021, pourtant les plus sévères de l’épidémie. Les chiffres consolidés publiés par l’Insee ce mardi confirment cette première impression : 675 000 personnes sont décédées en France en 2022, soit 0,9 % de plus qu’en 2020 (668 900 morts) et 2 % de plus qu’en 2021 (661 600 morts).

Dans cette nouvelle étude statistique sur la mortalité ces dernières années, l’Insee se concentre sur la notion de surmortalité, c’est-à-dire la différence entre le nombre de décès observés et le nombre de décès attendus. Ce dernier chiffre s’obtient en conjuguant deux facteurs allant en sens inverse : la hausse normale de la mortalité due au vieillissement et à l’augmentation de la population, et la baisse attendue en raison de la diminution du risque de décès à chaque âge observé (due au progrès de la médecine et au recul des comportements à risque). 

8,7 % de surmortalité en 2022

Selon ce calcul, sans événement inattendu (et notamment sans la Covid-19), seulement 621 200 personnes auraient « dû » mourir en 2022 et non pas 675 000, soit une surmortalité de 53 800 personnes (8,7 %). C’est plus qu’en 2020 (48 400 morts supplémentaires, 7,8 %) et en 2021 (42 700 décès supplémentaires, 6,9 %). 

Une tendance à la hausse étonnante quand on sait que le nombre de décès dus à la Covid-19 a fortement diminué en 2022, tout à la fois grâce à la vaccination et à l’arrivée du variant Omicron : 38 300 sujets sont morts de la Covid-19 en 2022, contre 64 400 en 2020 et 59 100 en 2021. L’Insee rappelle d’ailleurs que le nombre de décès supplémentaire et celui des morts liés à la Covid-19 ne se confondent pas : certains morts de la Covid-19 étaient des décès attendus (notamment les personnes très âgés et malades), tandis que certains décès « inattendus » n’ont pas été liés à la Covid. Le nombre de décès supplémentaires depuis mars 2020 (153 500) est d’ailleurs inférieur à celui des morts imputés à la Covid-19 (162 000). 

Les causes de cette surmortalité exceptionnelle observés en 2022 seraient donc à aller chercher ailleurs. L’Insee avance plusieurs pistes et en premier lieu les fortes chaleurs, l’année 2022 ayant été marquée par plusieurs épisodes caniculaires. Une surmortalité de 13 % a ainsi été observée en juillet 2022 (contre 1 % en 2021). Autre explication, l’année 2022 a comporté, de manière inhabituelle, deux épidémies de grippe, l’une tardive en mars-avril (favorisée par la levée des mesures barrières) et l’autre en décembre.

Le dernier mois de l’année 2022 a d’ailleurs connu une surmortalité exceptionnelle de 25 %, du jamais vu depuis les mois de mars 2020 (33 % de surmortalité) et de novembre 2020 (31 % de surmortalité), marqués par des vagues épidémiques de covid intenses. Enfin, l’Insee évoque les causes indirectes en rapport avec l’épidémie de Covid-19 comme les reports d’opérations ou le recul du dépistage, mais une étude plus approfondie des causes de décès doit être menée pour confirmer cette hypothèse.

Forte hausse de la surmortalité chez les jeunes

La surmortalité est assez proche chez les femmes (8 %) et les hommes (9 %) mais a plus fortement augmenté chez les femmes (elle n’était que de 5 % en 2021). La surmortalité touche toutes les classes d’âge, même si les 75-84 ans sont les plus fortement touchés (11 % de surmortalité). La situation des 15-34 ans est à cet égard préoccupante : ils ont connu en 2022 une surmortalité de 10 % (600 décès de plus qu’attendus) alors qu’ils présentaient une sous-mortalité (- 1,3 %) en 2020. La hausse des accidents mortels de la circulation dans cette classe d’âge (+ 12 % en 2022) est l’une des explications possibles de cette surmortalité.

On le voit l’interprétation des chiffres bruts de mortalité est loin d’être un long fleuve tranquille. 

Quoi qu’il en soit, si cette tendance à l’augmentation de la surmortalité se confirme et que dans le même temps la natalité continue de baisser, la population française pourrait bien commencer à diminuer dans les prochaines années.

Quentin Haroche

Copyright © 2023 JIM SA. Tous droits réservés.

Réagir

Vos réactions (6)

  • On pourrait en rire si ce n’était pas dramatique

    Le 07 juin 2023

    Voyons voyons, cette mortalité touche quasiment toutes les catégories d’âge et les deux sexes. Mais intéressons-nous plus particulièrement aux jeunes de 15 - 34 ans dont le taux de mortalité est extrêmement stable au cours des ans. On nous dit 600 morts supplémentaire soit 10 % de plus, c’est énorme pour cette catégorie d’âge. Certains seraient morts sur la route (augmentation de 12 % ce qui nous fait environ 109 morts supplémentaires), il nous reste encore environ 500 morts inexpliquées. Qu’est-ce qui a bien pu se passer pour ces jeunes dans les années 2021 et 2022, le Covid, ah non ils n’en meurent pas, la canicule, ah non ils n’en meurent pas. Non, vraiment je vois pas ce qu’il s’est passé pour ces jeunes en 2021 et 2022 ? Surtout, continuons à ne même pas évoquer cette possibilité . Vive les autruches !
    Dr Bentolila

  • Même constatation

    Le 09 juin 2023

    Au risque de paraître "complotiste" je suis arrivée aux mêmes chiffres et à la même constatation. L'explication des "accidents de la route" en augmentation m'ayant étonnée, j'ai recompté.
    Je ne vois pas ce qui s'est passé pour ces jeunes.
    Si même les professions médicales ne voient pas la cause de cette augmentation de morts chez les jeunes, qui le verra?

    A. Levry (pharmacien)

  • Et ailleurs…

    Le 11 juin 2023

    … Royaume Uni, Australie, Allemagne, Suisse, USA, etc… Absolument tous les pays fortement vaccinés covid décomptent un net surcroît de mortalité dans presque toutes les tranches d’âges. Mais les médecins modernes, écrasés entre la peur des procès ordinaux et leurs conflits d’intérêts avec les industriels du secteur ne peuvent plus jouer leur rôle de sentinelle de santé publique. Quel naufrage collectif, ne plus s’étonner si la population commence à nous traiter avec mépris, on l’a bien mérité ! Merci l’Ordre !

    Dr V Reliquet

  • Surmortalité en 2022

    Le 12 juin 2023

    Le suicide n'est pas cité... Qu'en est-il de la variation avant et depuis le COVID?
    Certains décès sont liés à un important retard de prise en charge pour des cancers, des maladies cardiovasculaires...
    Les overdoses liées à l'utilisation de cocktails de drogues, dans la rue ou ailleurs...
    La solitude et l'abandon de personnes âgées, que ce soit à domicile ou en EHPAD...
    Liste non limitative...

    Dr X Baizeau

  • Surmortalité aussi en Allemagne

    Le 13 juin 2023

    Un article déposé en preprint en aout 2022 vient seulement d'être publié.
    Il conclut que l'excès de mortalité en Allemagne ainsi que l'excès de mortinaissances n'a pas d'autre explication plausible que les campagnes de vaccinations ant-Covid.
    https://www.cureus.com/articles/149410-estimation-of-excess-mortality-in-germany-during-2020-2022/#!/
    Estimation of Excess Mortality in Germany During 2020-2022
    Ceci est retrouvé dans d'autres pays européens
    https://ec.europa.eu/eurostat/web/products-eurostat-news/w/ddn-20230217-1#:~:text=Excess%20mortality%20in%20the%20EU,mortality%20was%20at%20%2B8%25

    H Banoun, pharmacien

  • Surmortalité 2022

    Le 19 juin 2023

    Soyons réalistes. Le Médiator a été commercialisé en 1976 comme anti-diabétique. Tout le monde savait que c'était un anorexigène amphétaminique, personne ne voulait le savoir. Il a été prescrit à 5 millions de patients en toute connaissance de cause dans le but de faire perdre 4 ou 5 kg.
    Les valvulopathie, les HTAP ont été niées, occultées pendant 30 ans avec le soutien actif des plus éminents pharmacologues et de certains membres de l'académie de médecine.
    Comment peut-on imaginer que le Corminaty puisse être remis en question, même si son efficacité avoisinait les zéro pour cent avec de nouveaux variants ?
    Le Comirnaty (qui n'a pas encore trouvé son Pr Abenheim ou son Irène Frachon) a encore 30 ans de succès commerciaux devant lui, quels que soient ses effets secondaires et son efficacité.

    Dr J-J Perret

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.