L’UFML : un nouveau syndicat au programme ambitieux

Collioure, le mardi 12 septembre 2017 - Un an après le vote en ce sens de l’organisation, l’Union française pour une médecine libre (UFML) s'est officiellement constituée en syndicat de médecins libéraux ce samedi, à l'occasion de son assemblée générale qui se tenait à Collioure. Parallèlement à cette nouvelle structure de défense des intérêts des praticiens de ville, l’association UFML continuera son chemin et aura toujours vocation à rassembler tous les soignants.

Le Dr Marty, qui était déjà président de l’association, a été élu président du syndicat pour 5 ans. David Schapiro, Jacqueline Goltman et Franck Chaumeil occuperont les postes de vice-présidents.

Dans sa lettre-programme le nouveau syndicat fustige en premier lieu les propos récents d’Agnès Buzyn qui avait fait valoir que « la priorité ne doit plus être la revalorisation des actes » en établissant un parallèle avec le ministère du travail : «  Imagine-t-on un seul instant le ministre du travail annoncer : la priorité ne doit plus être aux revalorisations des salaires » !

Un programme ambitieux

Le syndicat, qui vise déjà la première place aux prochaines élections professionnelles, a dévoilé son programme.

Il préconise notamment la fin des contrats responsables, des réseaux de soins, l’abolition de la loi de modernisation de la santé (qui permet notamment les baisses tarifaires unilatérales). Il propose aussi que le  tiers payant soit social et libre et  que soient mis fin aux « atteintes au secret médical présentes au travers du Dossier Médical Partagé ».

Créer une véritable démocratie sanitaire

Cette nouvelle organisation semble particulièrement sensible aux questions de démocratie sanitaire et de conflits d’intérêts. Ainsi, le syndicat met en avant sa volonté de soutenir «  l'entrée pleine et entière des soignants au sein de la gouvernance, aux cotés des patients et de l'administration, sur une même ligne, chacun avec un droit d'opposition, un droit de blocage ».

Il promet aussi un syndicalisme libre de tous conflits d’intérêts notamment avec l’industrie pharmaceutique, l’état et les assurances privées.

L’UFML plaide en outre et entre autres pour l’élargissement et la régionalisation du numerus clausus, la sortie de la rémunération des médecins de l’ONDAM, la suppression de la ROSP ou encore la création d’un examen de compétence et de français en sus des ECN !

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (4)

  • Bravo

    Le 12 septembre 2017

    Oui,bravo à eux ! Je les suis depuis le début...c'est réellement la seule organisation qui soutienne vraiment la médecine libérale dans la forme et dans l'esprit. Ne lâchez rien.

    NL

  • Combat de la dernière chance

    Le 15 septembre 2017

    Si les soignants persistent à courber la tête sans s'unir et en regardant ailleurs...ils sont morts.
    La Santé telle qu'elle est rêvée par les politiques est un cauchemar à exercer pour les médecins et une dégradation des soins pour les Français.

    L'UFML est la seule structure à demander la fin du conflit d'intérêt qui lie la signature des syndicats à la subvention et la seule à imaginer, enfin, de réunir tous les soignants maltraités.
    Debout avec l'UFML !

    Dr Christine Lamarche Arene

  • Pur une médecine libre !

    Le 18 septembre 2017

    Bravo pour ces bases de réflexions saines et éthiques.

    Serge Rader

Voir toutes les réactions (4)

Réagir à cet article