Marc Gentilini dénonce lui aussi la « dérive » de Luc Montagnier

Paris, le jeudi 9 novembre 2017 – Pour beaucoup, la campagne de vaccination contre la grippe A(H1N1) en 2009, tant en raison de son organisation que de la disproportion entre les moyens déployés et la finalement faible gravité (originellement difficile à prévoir) de l’épidémie, a constitué un point de non retour quant à l’érosion de la confiance des Français vis-à-vis des discours officiels sur la vaccination. A propos de cette opération, le professeur Marc Gentilini, en février 2010 redoutait déjà que ses erreurs « graves (...) ne portent préjudice au concept de la vaccination ». Il semble que l’histoire lui ait donné raison. En effet, même si leur impact réel sur les couvertures vaccinales pourrait ne pas être aussi majeur et durable que certains l’affirmaient, les discours anti vaccination connaissent depuis 2009 une audience très fortement augmentée.

Soyons sérieux Monsieur Montagnier

Pouvait-on  compter cependant sur quelques soldats pour défendre la vaccination. Sur d’illustres pasteuriens, totalement acquis à la cause scientifique. Non, ces soldats, qui déjà en 2009 tenaient des discours ambigus, font aujourd’hui clairement partie de ceux qui mènent les troupes de l’anti-vaccination comme nous avons pu le constater ce 7 novembre : le professeur Luc Montagnier était la vedette d’une conférence débat au théâtre des Mathurins où il se faisait le porte-parole des thèses les plus surréalistes sur les dangers supposés de la vaccination. Face à ces discours désolants, le professeur Marc Gentilini, celui qui il y a sept ans avait pressenti l’émergence d’une tendance délétère (mais qui probablement ne pouvait se douter que celle-ci serait renforcée par des hérauts aussi singuliers), ne mâche pas ses mots. Dans le Quotidien du médecin, il parle d’une « dérive pathétique » avant d’ajouter que le Prix Nobel, qui a été accordé à Luc Montagnier pour ses travaux sur le VIH, ne « l’autorise pas à dire n’importe quoi sur n’importe quel sujet ». Les propos de Luc Montagnier relayant des « relations temporelles » entre vaccination et mort subite du nourrisson, en se référant notamment au cas d’un (!) enfant américain, font bondir le pédiatre. « Soyons sérieux, M. Montagnier, un lien temporel sans relation de cause à effet établie, n’est pas un argument scientifique. Vous n’avez pas le droit avec le titre que vous portez, d’affoler impunément des jeunes parents dans un domaine dans lequel vous être incompétent » assène le professeur Gentilini.

Sanction contre un académicien ?

De la même manière que le professeur Henri Joyeux a été radié par l’Ordre (décision qui fait l’objet d’un appel) en raison de ses propos dangereux sur la vaccination, le professeur Gentilini estime que devraient être envisagées des sanctions face aux prises de position de Luc Montagnier. Il précise ainsi au Quotidien du Médecin qu’il « souhaite que l’Académie de médecine rappelle à l’ordre le Pr Montagnier, membre titulaire depuis 1989 ». Le discours du Prix Nobel est en effet en totale contradiction avec les choix de l’Académie, depuis toujours engagée en faveur de la vaccination et qui a soutenu à travers plusieurs communiqués cette année l’extension de l’obligation vaccinale qui entrera en vigueur au mois de juin pour tous les enfants nés à partir du 1er janvier.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (8)

  • Y'en a marre...

    Le 10 novembre 2017

    ...de faire peur aux parents, c'est trop facile.
    Quand je vois un enfant sans ceinture de sécurité dans une voiture, j'ai peur pour lui. Pourtant, il va rentrer chez lui très certainement sans problèmes. A moins que...
    Quand je vois un enfant vacciné, il ne fera pas les maladies, surtout si ses voisins sont vaccinés. A moins que...

    Ceux qui sont infectés actuellement par le virus de l'hépatite B accusent la fatalité. Pourtant, c'est la désinformation de leurs parents qui est responsable.
    Je vaccine, j'ai connu Berck sur plage, il n'y a plus que les accidentés de la route. j'ai sauvé plus de vies en vaccinant que quand j'étais en réanimation pédiatrique...

    Dr François-Marie Caron

  • Merci...

    Le 12 novembre 2017

    ...au Pr Marc Gentilini pour sa probité scientifique et humaine.

    Dr Michel de Guibert

  • Sénilité

    Le 12 novembre 2017

    Personne, même un professeur voire un prix Nobel, n'est à l'abri de l'apparition plus ou moins précoce de sénilité...c'est bien triste !

    Dr R.Fête, Genève

  • Absence totale de rigueur scientifique

    Le 12 novembre 2017

    Le Pr Montagnier ne sait plus quoi inventer pour faire parler de lui : il soutient mordicus la thèse de la mémoire de l'eau, il tient des propos délirants sur la maladie de Lyme (comme son confrère le Pr Perronnes qui écrit que les salles d'attente des généralistes sont remplies de patients atteints de maladie de Lyme) et là il dérape encore plus.

    Mais cette attitude n'est hélas que le reflet de l'absence totale de rigueur scientifique d'un certain nombre de professeurs et autres leaders d'opinion qui voient avant tout un moyen de se faire remarquer, quand ce n'est pas tout simplement de servir de support publicitaire à l'industrie pharmaceutique pour promouvoir des traitements qui n'apportent rien.

    Les divagations de Montagnier n'ont rien à envier aux propos tout aussi infondés par ses collègues virologues sur les risques de la fausse pandémie de grippe H1N1.
    Il existe aujourd'hui incontestablement de graves dérives dans les discours tenus par des médecins médiatiques.

    Dr Alain Siary

  • La confiance a vécu

    Le 12 novembre 2017

    Quand on n'a pas d'argument scientifique ou expérimental à opposer à de légitimes inquiétudes sur la multiplication des vaccins et la nocivité de l'aluminium, on tente de décrédibiliser les individus qui expriment ces inquiétudes. C'est un procédé digne d'une dictature.

    Ce n'est pas parce que, globalement, d'un point de vue de santé publique, les vaccins sont bénéfiques, qu'il ne faut pas entendre les réticences individuelles, qu'il ne faut pas procéder au remplacement de l'aluminium par un autre adjuvant et faire des expérimentations animales sur les multivaccinations.
    Il se peut que les accidents de vaccination soient rares mais quand cela vous tombe dessus, pour vous, c'est du 100%.

    Les gens ne veulent pas être vaccinés comme un troupeau avec un pourcentage de pertes admissible.
    Ce n'est pas par la contrainte, la précipitation, le déni des problèmes que l'on restaurera la confiance.

    Dr Joël Delannoy

  • Politique vaccinale à redéfinir car dangereuse !

    Le 12 novembre 2017

    Ce n'est pas parce que les loups hurlent entre eux, avec une incorrection inadmissible, que les problèmes des vaccins, nombreux et sans explications sérieuses, ne doivent pas être évoqués. A travers l'histoire, les exemples ne manquent pas, de Galilée livré à l'inquisition qui revient, à la pratique monstrueuse de la saignée par l'intelligentsia médicale de l'époque, qui a ainsi assassiné en chaîne...

    Qu'on se permette de traiter de sénile Luc Montagnier, qui a certes 85 ans mais toujours l'esprit vif pour ceux qui le côtoient et absents de ces colonnes, est révoltant! Une insulte de bas étage de personnages incultes. Que dire de Marc Gentilini avec ses 88 ans... et des nombreux "nommés pour services rendus" de l'Académie de Médecine... Oui mon cher Alain, toi un passionné de la transmission du savoir, tu devrais mettre ton nez dans l'histoire des vaccins, cela te réserverait de grandes surprises... négatives, qui ébranleraient tes certitudes, voire qui déroberaient le sol sous tes pieds. C'est ce qui m'est arrivé il y a plus de 4 ans alors que comme la majorité, manipulé comme tous les professionnels, je n'avais jamais remis en cause le dogme; mais la médecine n'est pas une religion qu'elle est devenue avec des protocoles dictatoriaux insupportables. Les pratiques qui doivent toujours être remises en cause, surtout quand il y a des milliards de Buzyness derrière.

    Serge Rader

  • Qui n'a pas d'argument ? (réponse au Dr Delannoy)

    Le 15 novembre 2017

    Le plus évident argument que l'on puisse opposer à Joyeux et Montagnier, c'est que eux-mêmes n'en ont pas de sérieux, c'est le caractère non scientifique de leur discours, qui confond lien de chronologie avec lien de causalité. c'est pourtant le B-A-BA...

    Dr Anne-Claire Moreau

  • Dictature ? (réponse à Serge Rader)

    Le 15 novembre 2017

    M. Rader, votre discours (pour être polie) ne me convaincra pas qu'un argumentaire est sérieux quand il fait l'amalgame (volontaire ou pas) entre un lien chronologique et une causalité. Ce n'est pas scientifique, ce n'est même pas logique, les philosophes de l'Antiquité le savaient déjà, bien avant l'émergence de la médecine moderne. "Post hoc ergo propter hoc"... erreur pourtant connue depuis bien longtemps, il est triste que des professionnels de santé se laissent berner, ou, pire, en bernent d'autres.

    Puisque vous évoquez une dictature, le mensonge est l'un des instruments de la dictature, mais il n'est pas là où vous le dites.

    Dr Anne-Claire Moreau

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.