Un lien entre IMC dans l’enfance et AVC ischémique à l’âge adulte

Bien que dans de nombreux pays à revenu élevé l’incidence globale des AVC soit en baisse, l'incidence des AVC ischémiques chez les jeunes adultes a parallèlement augmenté dans certaines populations. Des hypothèses sont émises qui évoquent une exposition préalable, pendant l'enfance, à des facteurs de risque d'AVC ischémique, tels que le diabète de type 2 ou l'obésité. Une vaste étude de cohorte danoise a donc recherché un lien entre l’indice de masse corporelle (IMC) ou la variation de l'IMC dans l’enfance, et l’AVC ischémique de l’adulte de moins de 55 ans.

Cette étude est basée sur la population des enfants d’âge scolaire nés entre 1930 et 1987 avec un suivi sur les registres nationaux de santé de 1977 à 2012, l’analyse des données ayant été réalisée entre septembre 2015 et mai 2016. Le suivi s’est fait sur les mesures de l’IMC dans l’enfance (avec calcul du z-score), les modifications de l'IMC et le poids à la naissance. Pour rappel, le Z-score est égal à la différence entre l’IMC observé et la médiane de la population de référence (pour l’âge et le sexe), divisée par l’écart type de la population de référence pour l’âge et le sexe. Sur les 307 677 participants (environ 49 % de femmes et 51 % d'hommes), 3 529 femmes et 5 370 hommes ont été victimes d’un AVC ischémique au cours de la période d'étude. Les événements « AVC ischémiques » ont été distingués selon l’âge de survenue précoce (≤ 55 ans) ou tardif (> 55 ans) au moment du diagnostic.

IMC élevé mais aussi variation de l’IMC dans l’enfance sont associés à un risque accru d’AVC ischémique précoce

Un z-score de l'IMC positif entre 7 et 13 ans a été significativement associé à l’AVC ischémique précoce. À l'âge de 13 ans, un z-score de 1 était associé à des rapports de risque d’AVC (HR) de 1,26 (intervalle de confiance à 95 % IC à 95 %, 1,11-1,43) chez les femmes et 1,21 (IC à 95 %, 1,10-1,33) chez les hommes. Aucune association significative n'a été trouvée pour les z-scores d'IMC négatifs. Chez les enfants ayant un z-score d'IMC positif à l'âge de 7 ans, une augmentation de 0,5 entre 7 et 13 ans était significativement associée à un AVC ischémique précoce chez les femmes (HR, 1,10; IC à 95 %: 1,01-1,20) et chez les hommes (HR, 1,08, IC à 95%, 1,00-1,16). De même, chez les enfants ayant un z-score négatif à l'âge de 7 ans, une augmentation de 0,5 entre 7 et 13 ans était positivement associée à l’AVC ischémique précoce chez les femmes (RR: 1,14; IC 95 %: 1,06-1,23) et chez les hommes (HR, 1,10; IC 95%, 1,04-1,18).

Ainsi, indépendamment du poids à la naissance, un z-score d’IMC dans l’enfance positif ou une augmentation de ce z-score durant l'enfance sont significativement associés à l'AVC ischémique chez l'adulte de moins de 55 ans. Cependant, si cette étude met en évidence un lien entre IMC de l’enfant et AVC ischémiques précoce, il n’en est pas de même pour les AVC après 55 ans. Il est probable que pour ces AVC « tardifs », d'autres facteurs de risque à l’âge adulte (tels que l'hypertension et le diabète de type 2), jouent un rôle prépondérant par rapport à l'IMC durant l’enfance. Par ailleurs, au vu de la prévalence de l'obésité pédiatrique dans de nombreux pays, ces données sont un argument supplémentaire pour la prise en charge du surpoids de l’enfant.

Anne-Céline Rigaud

Référence
Gjærde LK et coll. : Association of Childhood Body Mass Index and Change in Body Mass Index With First Adult Ischemic Stroke. JAMA Neurol., 2017; 74: 1312-1318.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Surpoids et obesité infantile

    Le 13 janvier 2018

    C'et un sujet de pratique quotidienne et il constitue un veritable problème de santé publique car les recommandations proposées à l'enfant en matiere de mesures hygieno-dietetiques ne sont presque pas adoptées et la prise de conscience par les parents du surpoid de leur enfant est souvent incomplète ce qui leur confère une attitude passive vis-à-vis de cette situation potentiellement morbide.

    Dr Mounir Sejil

Réagir à cet article