Un plat qui se mange froid

A.Roublev,

New-York

 

28 Janvier 2009. Un homme de 39 ans et sa fiancée de 19 ans, tous deux originaires d’Asie du sud, sont admis au service des urgences d’un hôpital du Middlesex (Royaume Uni). Chez les deux patients les signes ont débuté dans les minutes ayant suivi l’ingestion d’un curry (plat indien en sauce). La symptomatologie a associé dans les deux cas des paresthésies (d’abord peri-orales puis des membres), des troubles de la vue, une faiblesse musculaire empêchant la station debout, des sueurs abondantes, des douleurs abdominales et des vomissements profus. 

A l’admission, l’examen clinique des deux malades était normal. Un traitement symptomatique par anti-émétique a alors été immédiatement prescrit.

Mais, dès la première heure d’hospitalisation, l’état de l’homme s’est détérioré avec apparition d’un état d’agitation et d’une tachycardie. Rapidement, des extrasystoles ventriculaires sont apparues et ont évolué vers une tachycardie ventriculaire (TV). Celle-ci a résisté à l’amiodarone injectable et à des chocs électriques externes et s’est compliquée d’un collapsus. Des crises comitiales sont alors survenues puis une fibrillation ventriculaire qui n’a pu être réduite et le malade est décédé deux heures après son admission.

Dans le même temps la situation de sa jeune fiancée s’est également dégradée avec apparition de lambeaux de TV et d’une hypotension artérielle. Sa prise en charge symptomatique a associé, un traitement anti-arythmique par amiodarone et sulfate de magnésium, un lavage gastrique et une hémofiltration (pour éliminer un éventuel toxique), des agents inotropes et une ventilation assistée (VA) pour combattre le collapsus et les troubles ventilatoires.

La VA a pu être interrompue au deuxième jour et l’état de la patiente s’est amélioré permettant une récupération complète en une semaine.   

Il restait à porter un diagnostic.


Quel est votre diagnostic ?

Copyright © http://www.jim.fr

Votre diagnostic

Votre réponse


Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article