Le pouvoir est au bout de l’écouvillon

Pékin, le samedi 21 janvier 2023 Les huiles du Parti Communiste Chinois ont mis fin sans préavis le 7 décembre à la plupart des mesures sanitaires contre la Covid-19, sur fond d'exaspération grandissante de la population et d'impact considérable sur l'économie. Une certaine euphorie s’est répandue depuis en Chine qui s’est notamment traduite par une explosion de 850 % des recherches en ligne pour des vols vers l'étranger ! Mais ce léger vent de liberté n’a pas fait que des heureux.

Ils sont ouvriers dans les usines qui fabriquent des produits en lien avec la Covid, testeurs, laborantins et vivaient directement de la Covid-19 et de son contrôle strict. La levée des restrictions les a mis au chômage. Des centaines de milliers de personnes manifestent désormais régulièrement un peu partout dans le pays pour obtenir une indemnisation.

La fin du zéro Covid a en effet provoqué la brutale résiliation de contrats mirifiques passés avec des entreprises chargées de produire des milliards de tests PCR, des combinaisons anti-Covid, des masques et des gants de protection.

Beaucoup des entreprises concernées ont même déjà mis la clé sous la porte. Et il ne s’agit pas d’un point de détail, on estime ainsi que le seul déploiement des tests PCR en Chine coûtait au pays 2% de son PIB chaque année, soit autant que le budget de la Défense !

L’ironie de l’histoire veut que le Covid n’ait jamais (officiellement) été aussi meurtrière dans le pays, qui a déjà reconnu plus de 60 000 morts depuis la fin de la politique zéro Covid.

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.