Première mondiale à l’AP-HP : insertion d’un implant cochléaire grâce à une procédure robotisée

Paris, le samedi 17 août 2019 – Les procédures chirurgicales robotisées présentent de nombreux atouts désormais bien identifiés : l’amélioration de la précision, l’évitement des tremblements de la main ou encore la possibilité d’atteindre des organes difficilement accessibles en raison de leur forme ou de leur taille. Tous ces bénéfices sont autant de réponses attendues en chirurgie ORL. Dès lors, il n’est guère étonnant que l’unité UMR-S 1159 de l’Inserm et de Sorbonne Université (réhabilitation chirurgicale mini-invasive robotisée de l’Audition), l’institut des systèmes intelligents et robotisés (Sorbonne Université), la société Collin ORL et le service ORL de la Pitié-Salpêtrière (avec le soutien de la Fondation pour l’Audition) se soient unis pour mettre au point un robot chirurgical dédié à l’ORL. RobOtol est un « bras robotisé télé-opéré destiné au positionnement d’un porte instrument. Ce système utilise des instruments spécifiques à la chirurgie otologique et est actuellement piloté à l’aide d’une souris 3D » précise un communiqué de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP). Outre une amélioration de la précision, le dispositif « optimise la préservation du champ de vision ».

Stabilité remarquable

Ayant reçu son marquage CE en 2016, RobOtol a été depuis utilisé pour réaliser des chirurgies de l’otite chronique et de l’ostopongiose. Le 9 juillet dernier, le système a encore élargi son champ d’action en étant utilisé pour réaliser une insertion robotisée du porte-électrodes d’un implant cochléaire. Révélée ce 13 août, l’intervention a été conduite au début du mois de juillet par les docteurs Isabelle Mosnier et Yann Nguyen (Pitié-Salpêtrière) et constitue une première mondiale. Elle a concerné un patient souffrant de surdité sévère bilatérale, chez lequel les contrôles radiologiques ont montré un parfait positionnement de l’implant qui devrait être bientôt activité pour commencer la réhabilitation de l’audition. Les bénéfices du recours au robot ont été confirmés, celui-ci permettant une progression de 0,3 millimètre par seconde et offrant « une stabilité remarquable pendant toute la durée de l’implantation » relève l’AP-HP dans son communiqué de présentation.

Léa Crébat

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article