Quand c'est le médicament qui vous observe !

Washington, le samedi 18 novembre 2017- Les objets « connectés » sont à la mode et on en trouve désormais dans tous les domaines. Le secteur se développe particulièrement pour la santé, avec des tensiomètres connectés, des glucomètres connectés etc… La Food and Drug Administration (FDA) vient d’ailleurs d’autoriser la mise sur le marché aux Etats-Unis du premier comprimé connecté.
Mais qu’est-ce qu’un comprimé connecté ? Et connecté à quoi ? Il s’agit en réalité d’un médicament associé à un capteur comestible. Lorsque le comprimé est "digéré" au niveau de l’estomac, un message est automatiquement envoyé à un patch porté par le patient, qui transmet lui-même l’information à un smartphone. Les patients peuvent accepter de transmettre automatiquement les données relatives à leur observance à leur médecin, et jusqu’à 4 personnes de leur entourage. 

Pour débuter, un antipsychotique

Comment ça marche ? Le capteur est constitué de magnésium et de cuivre. Lorsqu’il est digéré dans l’estomac, les deux métaux créent un faible courant électrique qui est détecté par le patch connecté situé au niveau du torse.  Cette technique dépoussière les méthodes habituelles d’évaluation de l’observance, basées aujourd'hui sur des constatations cliniques, sur des questionnaires, ou encore le compte de pilule. Si le dispositif est correctement utilisé, il est en théorie impossible de passer à côté d’une prise de traitement.

Pour ce premier traitement connecté, ou pourrait-on dire "surveillé", il fallait une pathologie chronique dans laquelle le maintien de l’observance est indispensable à l’efficacité clinique. Ce nouveau capteur est en l’occurrence associé à un traitement antipsychotique, l’aripiprazole, sous le forme d’une nouvelle spécialité : Abilify MyCite, dont l’indication principale est la schizophrénie (mais qui est également utilisée dans le traitement des épisodes maniaques ou mixtes et plus rarement en association dans le traitement de la dépression).

Un choix discutable

Cette nouvelle "galénique" a donc pour objectif d’améliorer l’observance des patients. Encore faut-il accepter de porter un patch en continue… Dans l’étude de faisabilité réalisée par Otsuka en 2016 1, les patients portaient en moyenne leur patch 70,7 % du temps. Le dispositif n’a permis de détecter « que » 59,4 % des ingestions de comprimés normalement attendus. Le traitement a été bien accepté par les patients, et considéré comme un aide utile par les participants. En pratique, on ne sait pas précisément comment seraient utilisées les informations reçues par l’équipe de soin. Faut-il appeler les patients à chaque comprimé oublié ? Une autre inconnue demeure : le prix ! Quel est le coût du rajout d’un capteur sur chaque comprimé ?

L’étude a été réalisée chez des patients dans une phase relativement stable de la maladie. On peut s’interroger sur l’acceptation d’un tel dispositif chez des patients en phase aiguë qui présentent généralement des idées délirantes persécutives. Cette surveillance "en continue", que le retrait d’un patch suffit pour annuler, serait probablement difficile à faire accepter.
On peut d’une manière générale s’interroger sur le choix de la schizophrénie pour une première pilule connectée qui envoie des informations à « l’insu » des patients à travers le corps directement à des personnes extérieures.

Un intérêt pour la recherche ?

Comme le souligne la FDA, l’efficacité de ce traitement pour augmenter l’observance thérapeutique n’est pour l’instant pas démontrée. Et comme pour tout objet connecté dans le domaine de la santé, il est primordial de garantir la confidentialité et la sécurité des données collectées et envoyées par le smartphone. On peut s’interroger en effet sur les conséquences que pourraient avoir l’accès à ces informations, par exemple par des assureurs. Ces derniers pourraient d’ailleurs exiger de leurs clients qu’ils choisissent la version connectée du traitement, pour vérifier la bonne prise du médicament.
Au-delà de ces quelques limites, attendons surtout que l’intérêt de ce type de traitement soit prouvé. On peut en tout cas espérer qu’une telle approche soit utilisée en recherche afin d’évaluer le plus précisément possible la prise des traitements au cours d’essais thérapeutiques.

Pour conclure, rappelons qu’il existe un outil très utilisé en psychiatrie qui a montré son efficacité dans le traitement de la schizophrénie par rapport aux galéniques classiques : il s’agit bien entendu des traitements retard. L’aripiprazole est d’ailleurs disponible en France en injection mensuelle sous la forme Abilify Maintena. On peut d’ailleurs regretter que les formes retard des traitements des maladies chroniques ne soient pas aussi développées dans d’autres spécialités, le problème de l’observance n’étant pas l’apanage des pathologies psychiatriques, loin de là !

Dr William Hayward

Référence
Peters-Strickland, T. et al. Usability of a novel digital medicine system in adults with schizophrenia treated with sensor-embedded tablets of aripiprazole. Neuropsychiatr. Dis. Treat. 12, 2587 (2016).

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article