Un « Doc » dans le viseur des complotistes

Paris, le samedi 10 décembre 2022 – Inscrit sur Twitter sous le nom de « Le Doc », le Dr Franck Clarot est devenu bien malgré lui la cible privilégiée des complotistes.

« Cette guillotine sera pour toi », « Tu as du sang sur les mains et tu rendras des comptes au peuple » : voilà le genre de messages haineux que le Dr Franck Clarot, radiologue à Rouen et cofondateur du site de vulgarisation scientifique « Du côté de la science » reçoit régulièrement sur le réseau social Twitter, où il est connu sous le nom de « Le Doc ».

Le dernier « raid numérique » dont il a été victime, comme on appelle ces nuées de messages menaçants et insultants sur les réseaux sociaux, date du week-end dernier. Le 4 décembre, l’actrice Beatrice Rosen, également chroniqueuse dans l’émission de Cyril Hanouna Touche pas à Mon Poste et qui a régulièrement critiqué la politique sanitaire du gouvernement, se plaint dans un tweet de la pénurie d’amoxicilline qui touche actuellement les pharmacies françaises, évoquant un « retour au Moyen-âge ». Un brin moqueur, « Le Doc » répond alors qu’il se « souvient bien de la première pénurie d’amoxicilline vers 1350, on en avait parlé sur Twitter ».

« Sac à merde de la médecine »


Une plaisanterie visiblement peu appréciée des 80 000 followers de l’actrice, parmi lesquels de nombreux adeptes des théories complotistes sur la Covid-19, qui se livrent alors à un véritable déchainement de violences verbales à l’encontre du radiologue. « Sac à merde de la médecine », « corrompu par Pfizer, Moderna et Cie », « un odieux vassal des laboratoires pharmaceutiques » : des messages de haine parfois relayés par des personnalités bien connues de la sphère complotiste sur Twitter comme « l’hyperdocteur » Idriss Aberkane ou l’ancien sénateur Yves Pozzo Di Borgo. Après trois jours de curée, l’actrice Beatrice Rosen appellera ses followers au calme, tout en dénonçant les propos peu déontologiques du Dr Clarot.

Le radiologue est malheureusement un habitué de ces menaces. Depuis le début de la pandémie de Covid-19, le médecin utilise Twitter pour défendre l’utilité du masque et des vaccins, mais également des décisions plus polémiques, telles l’instauration du passe vaccinal, la vaccination des enfants ou l’obligation vaccinale des soignants. Des prises de positions qui lui ont malheureusement valu d’être à plusieurs reprises violemment pris à partie. « J’ai été menacé de mort par un compte Twitter qui a été créé exprès pour moi » expliquait-t-il en septembre 2021, montrant les messages d’un compte nommé « Doc mort » le menaçant de décapitation.

« Je pense que le premier point de bascule a été la polémique autour de l’hydroxychloroquine, puis en second lieu le masque et le passe sanitaire ont fait basculer un certain nombre de personnes du côté obscur des réseaux sociaux » commente le Dr Clarot dans une interview accordé à nos confrères du Quotidien du médecin. « Leur but est de nous faire taire » explique-t-il.

Elon Musk met fin à la lutte contre la désinformation


Le radiologue a reçu le soutien de l’Union Française pour une médecine libre (UFML), dont le médiatique président, le Dr Jérôme Marty, est depuis longtemps sensible à ces questions de menaces et de harcèlement, dont il a lui-même été victime. « Depuis la mise en place de l’obligation vaccinale, c’est devenu n’importe quoi, on a dit que le vaccin était dangereux, qu’il tuait, que c’était une injection d’une puce 5G et que les médecins qui le défendaient participaient à un complot mondial » se rappelle le syndicaliste.

Alors que l’épidémie est en recrudescence et qu’on reparle dans les médias de la nécessité de porter le masque et se faire vacciner, le Dr Marty note que le harcèlement en ligne des médecins s’intensifie et demande aux autorités politiques et judiciaires de les protéger. Un phénomène récemment amplifié par la décision prise par le nouveau propriétaire de Twitter, Elon Musk, de mettre fin à la lutte contre la désinformation scientifique sur son réseau social, au nom de la liberté d’expression.

Malgré ces menaces, « Le Doc » n’est pas prêt à arrêter son action de vulgarisation et de communication scientifique. « Je vais continuer à essayer de faire passer des messages de santé, nous n’allons pas nous taire ».

Nicolas Barbet

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Impunité de l'anonymat

    Le 10 décembre 2022

    L'anonymat permet toutes les insultes, menaces et manipulations. Mais quand bien même on l'interdirait, le monde entier croulerait alors sous les procédures.
    Insoluble. Les réseaux asociaux sont la plaie de ce siècle.

    Dr A Krivitzky

Réagir à cet article