Quel film, dont le réalisateur a été nommé aux Oscars, sans scène de sexe et sans arme à feu, est « censuré » en France ?

Paris, le vendredi 17 janvier 2020 - En ne se concentrant que sur la petite musique du film et en oubliant les paroles, on pourrait croire à un de ces reportages à la mode, tels ceux diffusés par Envoyé Spécial, mettant en scène des journalistes, à l’apparence sympathique et débonnaire, mais en réalité téméraire et au service de la vérité. C’est le même ton gentiment inquisiteur, c’est la même mécanique : amener le spectateur par des exemples édifiants et des démonstrations souvent sans appel à lui révéler des informations soigneusement dissimulées. Bref, toutes les recettes du succès auprès d’une opinion (notamment jeune) férue de ces enquêtes journalistiques donnant le sentiment d’être plus intelligent et de disposer d’une argumentation solide.

Au royaume des aveugles, les danseurs de swing sont rois

En se concentrant uniquement sur le casting, on ne peut que se conforter dans l’idée que tous les ingrédients d’un champion du box office sont réunis. A la réalisation, Scott Hamilton Kennedy, nominé aux Oscars en 2009 pour le film The Garden, à la narration, le populaire astrophysicien Neil de Grasse. Ajoutez à cela un sujet porteur puisque se concentrant sur l’alimentation, l’agriculture et de façon inévitable les enjeux écologiques et on peut facilement estimer que la jeune société de production 2iFilms aurait eu tort de refuser la production du documentaire Food Evolution ayant par ailleurs connu un beau succès aux Etats-Unis. L’objectif de ce film est de mettre en lumière, exemples marquant à l’appui, les mécanismes de diabolisation des organismes génétiquement modifiés (OGM), en signalant notamment comment la voix des scientifiques est souvent minimisée et écartée au profit de déclarations de non experts. Le documentaire revient par exemple sur les coulisses surréalistes du débat ayant entraîné l’exclusion des OGM d’Haïti, débat largement monopolisé par le discours d’un charismatique ancien danseur de swing assurant l’existence d’un lien entre la papaye génétiquement modifiée et le Sida. Il évoque également le rejet du riz doré génétiquement modifié, permettant pourtant d’éviter la cécité, et dont la diffusion est soutenue par de nombreux Prix Nobel.

Juliette Binoche

Dix-huit mois après avoir accepté de produire ce film en France, les responsables de cette petite entreprise qui pensait faire de Food Evolution leur premier coup d’éclat ont déchanté. Ils viennent de faire l’analyse de leur échec dans une note confidentielle, reprise par plusieurs journaux et commentée par leurs soins. Première étape fin 2018, 2iFilms tente d’obtenir le label Art et Essai. C’est l’imprévisible rejet : « Le comité des cinquante experts l’a écarté sèchement en février 2019 : aucune voix pour, neuf contre et six abstentions » raconte Eddy Agnassia, patron de la société de production, soit un des pires votes jamais enregistrés. Les responsables de 2iFilms refusent de s’avouer vaincus et démarchent une à une les salles de France. Les refus vont se multiplier : le film n’a finalement été programmé qu’une soixantaine de fois dans 49 salles. Les raisons des rejets de certaines salles seront parfois explicites. « Le film va à l’encontre des valeurs que nous défendons », écrit le responsable d’une salle alsacienne. Dans les festivals, les bonnes nouvelles précèdent parfois de lourdes déceptions. Ainsi, programmé pour faire l’ouverture du festival international Le Temps Presse, Food Evolution est finalement retiré. « Marc Obéron, son directeur, nous a contactés pour nous indiquer que la direction du festival avait reçu des pressions pour le déprogrammer, car le film ne semblait pas plaire à certains membres du jury », explique Eddy Agnassia. Parmi ces membres, figurait par exemple l’actrice Juliette Binoche dont les récentes prises de paroles ne laissent guère de doute quant à sa perception d’un film se faisant fort de dire une autre vérité sur les OGM.

Liberté d’expression génétiquement modifiée par Générations Futures

Les responsables de 2iFilms ne cachent pas leur amertume et plus encore leur déception de constater le poids des pressions de certaines associations sur le cinéma français. « Les associations militantes, notamment Générations Futures qui est très actif dans les différents festivals consacrés à l’alimentation et à l’agriculture, ont verrouillé toute expression visuelle différente de la leur et imposé leur vision idéologique de l’alimentation et de l’agriculture auprès du public, refusant ainsi toute représentation contradictoire dans le cinéma » écrivent-ils. Aujourd’hui 2iFilms veut croire que la vie de Food Evolution n’est pas terminée et que le film pourra connaître une autre destinée grâce à la VOD.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (3)

  • La Science à sens unique

    Le 19 janvier 2020

    J'aime bien le commentaire qui dit "comment la voix des scientifiques est systématiquement écartée ou minimisée...".
    Ah ? Tous les scientifiques ne font ils donc que défendre les OGM ? Vraiment aucun scientifique dans le camp adverse "anti-OGM" ?
    C'est un peu grossier comme manoeuvre, comme si Monsanto, blanc comme neige, n'agissait que pour le bien de l'humanité, et qu'aucun scientifique n'y ait jamais rien trouvé à redire, bien au contraire, la preuve étant apportée par ce film.

    Chacun a le droit de s'exprimer, en faisant du cinéma, par exemple, mais là, LOL, c'est pas du cinéma, c'est de la propagande, et bien grossière en plus... Je conseille même d'acheter le DVD, vous serez édifié : OGM is good for you ! et pour le portefeuille de Monsanto, aussi (et surtout).

    Par contre, mieux manger, ça, on vous l'apprends pas, c'est probablement pour ça que ça fait un tabac aux USA. C'est tellement plus facile de se laisser aller..

    E Orvain

  • Soyons précis.

    Le 20 janvier 2020

    L'extrait "comment la voix des scientifiques est souvent minimisée et écartée" biaise la compréhension si on efface (volontairement ?) sa seconde partie : "au profit de déclarations de non experts" ce qui, complet est bien : "comment la voix des scientifiques est souvent minimisée et écartée au profit de déclarations de non experts".
    Ceci signifie qu'elle n'est pas dite "souvent minimisée" dans l'absolue ou généralement mais minimisée au profit (ou par rapport) aux déclarations de non experts.
    Comme quoi supprimer (volontairement, encore ?) un bout d'une citation en change fondamentalement le sens.
    Les journalistes m'en semble souvent des experts.

    Reste que si, aujourd'hui, je suis relativement sans opinion arrêté sur les OGH "en général" c'est probablement justement à cause de ce "en général". La langue d’Ésope, comme une multitude d'autres choses n'est-elle pas la meilleur et la pire des choses ?
    Ça me rappel furieusement ces gens qui sont "contre les antibiotiques" !

    Dr Y. Gille

  • "Tous les scientifiques ont choisi la cigarette Kent"

    Le 21 janvier 2020

    "comment la voix des scientifiques est souvent minimisée et écartée au profit de déclarations de non experts..." Mais nous revoilà dans la fabrique du doute! Tous les scientifiques soutiennent les OGM... Enfin, tous les scientifiques sérieux. Une pub pour les cigarettes Kent disait: "tous les scientifiques ont choisi la cigarette Kent avec son filtre micronite" (un filtre en amiante!).
    Tous les scientifiques... unis à l'époque pour promouvoir le tabac et l'amiante, aujourd'hui les OGM et les pesticides.
    Mais qui sont tous ces scientifiques?

    Dr Jean-Jacques Perret
    PS: pour le Dr Orvain: pour une fois que nous sommes d'accord sur quelque chose!

Réagir à cet article