Violences faites aux femmes : ce que le médecin peut faire

Interview du Dr Ghada Hatem, médecin-chef de la Maison des femmes, Saint-Denis (93)


Chapitres


Face à une patiente qu’il pense être victime de maltraitance physique, sexuelle ou psychique, le praticien est souvent démuni. 

Les signes qu’il a repérés sont-ils vraiment évocateurs ? Doit-il dénoncer la situation aux autorités ? Est-il judicieux de parler au conjoint s’il est aussi son patient…Autant de questions auxquelles la HAS (Haute autorité de santé) a récemment apporté des réponses en marge du « Grenelle des violences conjugales ».

Parmi les experts qui ont participé à l’élaboration des recommandations de l’institution sanitaire, le Dr Ghada Hatem-Gantzer qui dirige la Maison des femmes de Saint-Denis. Elle rapporte ici son expérience sur ces prises en charge délicates et évoque les dispositifs à l’étude par le gouvernement, en particulier l’idée de lever le secret médical, sans l’accord de la patiente, en cas de soupçon de violence. 

Sur ce sujet vous pouvez consulter notre sondage

Réagir

Vos réactions (3)

  • Syndrome d'hyperventilation anxieuse

    Le 23 novembre 2019

    Merci infiniment de votre travail, de votre combat. Pneumologue, je reçois fréquemment des femmes tousseuses chroniques ou oppressées (syndrome d'hyperventilation) qui en fin de consultation s'écroulent, pleurent et avouent des viols, incestes, agressions. Je pousse à porter plainte si ce n'est fait. La réponse d'une jeune fille de 20 ans m'a glacée: "Je n'ai pas osé, il est si gentil, personne ne me croira" . Elle parlait d'un enseignant. Je l'ai encouragée à porter plainte, à garder confiance dans les policiers qui l'écouteraient. J'étais dans la problématique délicate du signalement sans le consentement. Ma démarche de toute façon ne pouvait aboutir, je n'avais pas le nom. Il y 10 ans, je recevais une ou deux patientes par semaine maintenant c'est 8 ou 9. Mon expérience de médecin et le mouvement Me Too m'a ouvert les yeux et je cherche sans doute plus systématiquement ces traumatismes sexuels, c'est un biais sans doute. Mais tout de même... quelles souffrances...quelle inflation de souffrances.

    Dr Annie Faure

  • Remarquable interview

    Le 24 novembre 2019

    Voilà une remarquable interview d'un praticien tout à fait remarquable.
    Dans un monde de violence, il faut remarquer que cette violence "tombe" d'abord sur les cibles plus faciles que sont les femmes et les enfants.

    Remarquons que lorsque l'on conseille de travailler d'abord la prévention et l'éducation à l'école, on parle d'un problème croissant de façon exponentielle et que l'éducation nationale ignore trop souvent, par déni, négligence et lâcheté.
    Il suffit d'écouter les échanges d'une sortie scolaire d'enfants de dix à treize ans pour réaliser que les violences verbales, le mépris et le harcèlement sont déjà là. Il suffit de discuter avec des amis ayant des enfants au collège pour apprendre que les violences faites aux enfants - souvent aux filles - sont souvent classées sans suite du fait de l'administration du collège qui 1/ ne veut pas de vagues, 2/ craint les conséquences pour eux-mêmes et l'établissement (certains refusent les plaintes, d'autres suggèrent le changement d'établissement... de la personne subissant les violences), 3/ que le climat d'agression verbale étant devenu si courant, il finit par apparaître comme normal.

    Exemple : une jeune fille de 13 ans et demi a été changée d'établissement à la rentrée par ses parents sur Nantes. Après deux mois elle dit à ses parents : "Merci de m'avoir changé d'établissement. J'en avais vraiment assez de me faire traiter régulièrement de "sale pute". Sans commentaires.
    Quand les choses commencent ainsi il ne faut pas s'étonner qu'à l'âge adulte les choses soient ce qu'elles sont.

    Dr Jean-François Michel

  • Violences faites aux hommes...

    Le 04 décembre 2019

    Nul n'en parle et pourtant elles existent, bien plus rarement physiquement qu'aux femmes mais psychologiquement, qu'en est-il ?

    Dr Y. Gille

Réagir à cet article