Traitement de l’hypertrophie bénigne de la prostate par laser holmium : les résultats restent bons à long terme

Le traitement de référence de l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) est représenté par la résection transurétrale  (RTU) de l’adénome, en effet très efficace malgré des complications non exceptionnelles. Le laser holmium (Laho) est utilisé depuis 1996 dans le traitement de l’HBP. Plusieurs publications ont mis l’accent sur ses bons résultats à court et moyen terme, mais les auteurs canadiens se sont attaché aux résultats lointains, car plusieurs techniques peu mutilantes ont un taux important de récidives. Par ailleurs le Laho s’est révélé efficace chez les patients en rétention.

La cohorte étudiée (1998-2010) est composée de 949 hommes, dont 343 ont consulté pour une rétention aiguë d’urines (RAU). Un grand nombre d’entre eux ont été suivis pendant 5 (563) et 10 ans (89).

Leur âge moyen était de 70 ans, et le volume moyen de leur adénome avoisinait 80 cm3. La durée opératoire moyenne a été de 96 mn et le score IPSS (International Prostate Score Symptom : dysurie-pollakiurie, etc) préopératoire était de 19.

Le débit maximum d’urines préopératoire (Qmax), le volume résiduel postmictionnel (VRP) et la qualité de vie (qdv) ont été également évalués.

Toutes ces variables se sont considérablement et durablement améliorées au fil du temps ; ainsi, le score IPSS est descendu de 19 à 7 à un mois, puis à 3,5 à 9 ans ; parallèlement, le Qmax est passé de 8 à 22 et 26,6 ml/s, et le VRP de 331 à 48 et 27 ml, cependant que le taux d’antigène de la prostate (PSA) chutait de 86 % à 3 mois et se maintenait à des chiffres très bas.

Les résultats sont un peu moins spectaculaires dans le sous-groupe des malades qui ont consulté en urgence pour une RAU ; si l’IPSS et le Qmax demeurent nettement améliorés, le VRP remonte à 52 ml à 10 ans.

La transfusion ne s’est imposée que pour les sujets sous anticoagulants.

Les complications ont été très rares : contracture du col vésical chez 7 hommes et sténose urétrale chez 15 opérés.Il n’y a eu que 7 réinterventions pour adénome résiduel. Enfin, 47 malades ont eu une passagère incontinence urinaire d’effort à 3 mois, qui avait disparu chez 42 d’entre eux lors de leur dernière consultation. Les résultats se sont encore améliorés avec l’expérience de l’opérateur et ceux de la période 2007-2010 sont supérieurs à ceux des années précédentes.

La technique au laser holmium est donc sûre, les complications rares, et les bons résultats, durables.

Dr Jean Fred Warlin

Références
Elmansy HM et coll. : Holmium laser enucleation of the prostate: long term durability of clinical outcomes and complication rates during 10 years of followup.
J Urol., 2011; 186: 1972-1976.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article