Un meilleur développement cognitif pour les enfants nourris au sein

Plusieurs études ont montré que le QI des enfants sous allaitement maternel est supérieur de 5 points en moyenne à celui des enfants sous allaitement artificiel mais les paramètres qui interfèrent sont nombreux. Après correction des facteurs de confusion, en particulier l’éducation maternelle, la différence semble beaucoup moins nette.

Une étude britannique apporte une nouvelle lumière sur le sujet. Le nombre des enfants suivis a permis de tenir compte de ces nombreux facteurs, notamment la durée de la gestation et le statut socio-économique des parents.

L’étude longitudinale (Millenium Cohort Study) est partie d’un échantillon représentatif de la population générale de 18 818 enfants nés au Royaume Uni en 2000-2001, vivants à 9 mois. Les informations détaillées ont été recueillies à 9 mois, 3, 5 et 7 ans. L’importance de l’effectif a permis de stratifier, en cas d’allaitement maternel, sa durée et d’étudier à part les prématurés nés entre 28 et 37 semaines. A 5 ans, les enfants ont été soumis à des tests cognitifs validés en comparaison du test de Wechsler, explorant le vocabulaire, la concordance d’images et l’organisation spatiale (British Ability Scales). Les enfants nés de grossesses multiples ou avant 28 SA, non blancs, ne parlant pas anglais ont été exclus. Finalement, l’étude a porté sur 11 879 enfants dont 778 prématurés.

Parmi les mères, 8 % ont consommé des boissons alcoolisées, 23 % ont fumé pendant la grossesse, 14 % étaient seules, 7 % avaient fait des études supérieures. Le taux d’allaitement maternel a été de 68 % (63 % pour les prématurés), sa durée d’au moins 4 mois pour 31 %, dont 16 % exclusivement. Une corrélation notable a été observée entre la durée de l’allaitement maternel et une grossesse planifiée, l’absence de tabac, des mères plus âgées,  non seules, de niveau d’éducation et de classe sociale plus élevés. Parmi les mères qui avaient allaité au moins 4 mois, 61 % faisaient chaque jour la lecture à leur enfant contre 45 % de celles n’ayant jamais allaité.

Pour les enfants nés à terme, le score de vocabulaire augmentait avec la durée d’allaitement, jusqu’à 114,2 pour 1 an contre 106,5 chez les enfants jamais allaités. Après ajustement en fonction des facteurs de confusion, une amélioration significative de 2 points était constatée pour le score de concordance d’images en cas d’allaitement d’au moins 4 mois et pour le  vocabulaire après au moins 6 mois d’allaitement maternel. Chez les prématurés, une augmentation du score de vocabulaire de 4 points a été notée en cas d’allaitement ≥ 4 mois et de concordance d’images si allaitement ≥ 2 mois, et d’organisation spatiale de 6 si l’allaitement avait duré au moins 2 mois. Ces différences suggèrent que les enfants alimentés au sein ont une avance de 1 à 6 mois sur ceux sous lait artificiel.

En conclusion, l’allaitement au sein est associé à une amélioration du développement cognitif, en particulier chez les prématurés. 

 

Illustration : l'amélioration des capacités cognitives de l’enfant vu par Paul Cézanne

Pr Jean-Jacques Baudon

Référence
Quigley MA et coll. : Breastfeeding is associated with improved child cognitive development: a population-based cohort study. J Pediatr 2012; 160: 25-32

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article